Affaire des militaires ivoiriens présumés « mercenaires » : Des voix s’élèvent pour appeler le pouvoir à lâcher du lest

5

Le chef de la Transition malienne, le Col Assimi Goïta va-t-il ajouter de l’eau dans son gnamakoudji (jus de gingembre) en faisant libérer les militaires ivoiriens détenus depuis le mois de juillet dernier à Bamako ? le plaidoyer national est assez audible dans ce sens.

La CEDEAO menace le Mali de sanctions si les autorités ne libèrent pas les 46 militaires ivoiriens détenus à Bamako d’ici le mois de janvier 2023. Une sollicitation que pourrait ignorer le chef de l’Etat, au risque d’un nouveau bras de fer… Ce que de nombreuses voix du monde politique et religieux déconseillent.

En effet, après que des leaders et cadres du M5-RFP Malikura (Konimba Sidibé, Me Mohamed Aly Bathily, Mme Sy Kadiatou Sow, Modibo Sidibé, etc) eussent appelé à libérer ces militaires qualifiés de « mercenaires » par le gouvernement, c’est le tour d’autres dirigeants d’alerter sur ce dossier.

Ismaël Sacko du PSDA invite Bamako à faire marche arrière

Pour le président du PSDA, Ismaël Sacko, membre du Cadre d’échanges des partis et regroupement politique pour le retour à l’ordre constitutionnel, il y a péril en la demeure. “Nous avons espoir que les autorités maliennes comprendront et accepteront la main tendue de la CEDEAO, qui ne souhaite qu’une libération pacifique de ces détenus? A défaut de laquelle, il y aura une sanction de la CEDEAO. Ces sanctions, qui pourraient davantage plonger notre pays, pas dans un abîme et dans une issue sans retour. Nous avons espoir que les autorités entendront ce message, nous avons espoir que les autorités feront marche arrière et qu’elles mettront au-dessus de tout, l’intérêt du Mali, la stabilité du Mali et la parfaite entente entre le Mali et ses voisins “. Et d’ajouter que la Côte d’Ivoire et le Mali, c’est deux poumons dans un même corps. “C’est comme l’esprit et le corps, qui ont besoin l’un de l’autre. Nos peuples sont unis, travaillent ensembles, nos États doivent faire de même. Cette situation n’arrange pas le Mali et pourrait créer un préjudice lourd pour la stabilité de notre pays et de notre sous région”, a-t-il martelé.

La CEDEAO veut isoler le Mali dans la sous-région

Pour sa part, Amadou Aya de la CODEM estime que la CEDEAO veut isoler le Mali et qu’il faut que nos autorités analysent bien le contexte pour lâcher du lest en acceptant de libérer ces soldats ivoiriens. Nous devons tout faire pour préserver les relations avec nos voisins, surtout que nos rapports avec la France et ses alliés sont déjà très difficiles », a-t-il indiqué. Avant d’appeler le chef de l’Etat à tenir compte des intérêts des populations, dont plusieurs millions de Maliens vivant en Côte d’Ivoire et ailleurs dans la sous-région.

Il faut rappeler que les dirigeants guinéens et burkinabés voudraient faire amende honorable aux yeux des dirigeants de la CEDEAO, afin d’éviter d’éventuelles sanctions Ce qui pourrait les inciter à ne pas s’aligner derrière le Mali dans sa volonté de résister aux pressions d’Abuja. Ce qui aura le mérite d’isoler Bamako.

Bruno D SEGBEDJI

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. Le Mali et la Côte d’Ivoire sont deux poumons par les citoyennes ivoirio-maliens par part c’est actuel dirigeant negres de maisons qui baisse leurs pantalons au colons. Coulibaly a raison il faut jugé ces hommes et faire entendre leurs versions des fait car le silence n’arrange pas dans cette affaire et ils ont aussi le droit d’être juger et entendu par toutes leurs versions à partir de là on avance les larbins negres de la Cedeao peuvent aboyer comme ils veut le Mali vivra InchaAllah
    Les Sacko Sidibé Bathily et compagnie allez-y vivre ailleurs si vous avez peurs des sanctions nous on est là

  2. Il faut au moins parler en donnant la situation de chacun d’eux afin que le monde sache ce qu’ils ont commis comme délit, avec ce silence de la part de Assimi et ces hommes, personne ne peut savoir les fautes commises par ces dits mercenaires ivoiriens. Le silence ne nous aide pas dans ce dossier très chers autorités maliennes, il faut sortir de ce silence rapidement afin de donner des précisions sur le cas de chacun de ces mercenaires car même les plus grands criminels du monde ont le droit d’être jugés, ils ont des droits qu’il faut respecter. Évitons le silence sur ce dossier très chers autorités.

  3. Les temps ont changer. cette fois-ci, le droguer n’a plus le soutien de ben le cerveau. le peuple malien a faim. il n’a plus la force de se faire manipuler. Donc le droguer assimi a le dos au mur.

  4. Konimba Sidibé, Me Mohamed Aly Bathily, Mme Sy Kadiatou Sow, Modibo Sidibé, Ismaël Sacko, Amadou Aya sont tous des apatrides et des fils charognards du Mali. Bruno tu peux leur chanter la chanson de Aiche Kone: Kadobeke, kadobeke, Mali ban na djon gna ma!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here