« L’imam Dicko peut offrir une porte de sortie à la France au Mali » (lemonde.fr)

12

Pour Serge Michailof, chercheur à l’Iris et ex-directeur des opérations de l’Agence française de développement, le religieux pourrait se révéler « un Khomeini malien ».

Tribune. Malgré d’indéniables succès tactiques telle la « neutralisation » d’Abdelmalek Droukdel, le chef d’Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), l’armée française n’a pu empêcher, après sept ans d’efforts, l’extension des zones d’action djihadistes. L’opération « Barkhane » doit désormais disperser ses efforts au Mali, mais aussi au Niger et au Burkina Faso, trois pays totalisant 60 millions d’habitants sur une superficie de six à sept fois la France.

Sur le terrain, la destruction des postes militaires frontaliers entre le Burkina Faso et le Niger a démontré la capacité des djihadistes à infliger de sanglantes défaites aux armées locales. Quant à la Minusma, la force de maintien de la paix des Nations Unies au Mali, elle est recluse dans des bases dont elle ne sort qu’avec de grands risques.

L’armée française est la seule force structurée capable de « tenir » la situation. Mais le succès de son intervention au Mali reposait sur l’hypothèse d’une reconstruction de l’armée et de l’appareil de sécurité malien qui ne s’est jamais réalisée. La France a ici une part de responsabilité.

Promotions clientélistes

La formation de l’armée et des services de sécurité maliens repose essentiellement sur deux programmes européens, EUTM et EUCAP, ainsi que plus de soixante-dix projets financés par des accords bilatéraux. Malheureusement, leur approche relève d’un modèle voué à l’échec.

Pourquoi ? Parce que les programmes sont définis loin du terrain par des étrangers intervenant sur des périodes trop brèves pour comprendre les besoins et les capacités locales. Ils ne peuvent aborder les aspects politiques qui exigent d’en finir avec les promotions clientélistes ou politiques, y compris d’ex-rebelles touareg et de mettre en place une gestion des ressources humaines fondée sur le mérite. Il faudrait pour cela une forte volonté politique. On est loin du compte.

Une étude récente met en évidence une exaspération et une incompréhension réciproques des militaires et responsables maliens et de leurs partenaires internationaux. Aux critiques maliennes portant sur l’inadaptation des formations et l’incompétence de formateurs ne parlant pas français, répondent les critiques de ces derniers sur la gabegie générale, le manque de motivation des officiers maliens et l’indiscipline de la troupe.

Un exemple caractéristique de désaccord est le refus du ministère malien de la défense d’informatiser le système de paiement de la solde permettant d’éviter les détournements sur la paie. La conclusion générale est que, tous ces programmes conçus et pilotés par des Occidentaux pourront se poursuivre encore quinze ans sans résultats satisfaisants.

L’armée française au Mali peut encore gagner des batailles. Mais faute d’espérer s’appuyer sur un appareil régalien malien, elle se trouve dans une impasse stratégique. Après avoir été reçue avec des fleurs en 2013, elle se fait désormais caillasser.

A la réflexion, si l’opération « Serval » en 2013 était sans doute indispensable, sa transformation en « Barkhane » se révèle très discutable. En mettant la France en première ligne et en apportant une garantie de survie au régime actuel, elle lui a permis de se dispenser des incontournables réformes de son appareil de sécurité. Aujourd’hui, le régime du président Ibrahim Boubacar Keïta, dit « IBK », est à bout de souffle. Sa légitimité démocratique est fragile. Son principal opposant, Soumaila Cissé est prisonnier d’un groupe djihadiste depuis plus de cent jours et, en son absence, son parti se fissure.

Symbole d’un échec

Dans ce contexte, un imam wahhabite, Mahmoud Dicko, a su fédérer un ensemble d’oppositions, constituer un quasi parti, le Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) et organiser deux manifestations de masse à Bamako les 5 et 19 juin. Comme le souligne Bakary Sambe, directeur du Timbuktu Institute, l’ascension de l’imam Dicko est le symbole de l’échec de l’élite politique malienne.

Mahmoud Dicko est un personnage controversé mais c’est un leader religieux charismatique, populiste et très investi dans le combat politique. Il a su bloquer l’adoption d’un nouveau Code de la famille en 2008, a favorisé l’élection du président IBK en 2013 pour ensuite s’opposer à lui. Polyglotte, aussi à l’aise en français qu’en arabe ou dans les langues vernaculaires, sa capacité de mobilisation autour du thème de la corruption du régime et de son échec sur le plan sécuritaire est considérable. Quelle que soit l’issue de l’épreuve de force qu’il a engagée avec le régime, on imagine mal l’avenir politique du Mali sans lui.

Dans ces conditions, la France, inquiète de cette irruption d’un religieux wahhabite sur la scène politique malienne, devrait se tenir à l’écart du jeu politique du moment. Le régime actuel a fait la preuve de son incapacité tant à construire un appareil d’Etat et une armée qu’à négocier au moins une trêve avec les djihadistes.

L’imam Dicko est un politicien habile, conscient des rapports de forces. Il représente une possibilité de négocier la paix avec les groupes djihadistes. Il peut certes mettre la France à la porte et appeler les Russes ou les Chinois à la rescousse. Il peut se révéler comme un Khomeini malien. Ce serait le manifeste d’un désaveu de la politique menée par la France au Mali, mais aussi une porte de sortie offerte à « Barkhane », quand la situation semble sans issue. Rappelons-nous qu’après dix-huit ans de guerre, les Américains ont finalement dû composer avec les talibans.

Serge Michailof est un chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et à la Fondation pour les études et recherches sur le développement international (Ferdi), ancien directeur des opérations de l’Agence française de développement (AFD), auteur d’Africanistan, l’Afrique en crise va-t-elle se retrouver dans nos banlieues ?, Fayard (2015).

Source: https://www.lemonde.fr/afrique

Commentaires via Facebook :

12 COMMENTAIRES

  1. Tienkafo
    Israël, c’est l’équivalent de L’AZAWAD.
    La Palestine, c’est le Mali
    L’ANGLETERRE a pris une partie de la Palestine pour créer Israël.
    C’EST CETTE ACTION QUI A ÉTÉ DÉNONCÉE PAR LES ARABES.
    Elle a été validée par l’ONU influencée par les grandes puissances alliées de l’angleterre.
    C’est comme si la France aide les touaregs à créer L’AZAWAD pour ensuite valider son indépendance à l’ONU aidée par ses alliés.
    Les juifs étaient très minoritaires au moment de la création de l’Israël.
    Le nouvel ÉTAT a été popularisé par l’immigration des juifs de par le monde.
    Le mot apparteid intervient car une minorité juive s’impose à une majorité arabe.
    On a fini par construite un mur pour se protéger des ARABES.
    Quand les touaregs ont pris possession de la ville de kidal, ils ont instinctivement chassé les noirs.
    Ça veut dire qu’ils sont prêts à faire de kidal, une ville uniquement peuplée de Touaregs,à considérer les habitants de GAO, Tombouctou comme des citoyens de seconde zone comme les arabes palestiniens face à Israël.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  2. “Une étude récente met en évidence une exaspération et une incompréhension réciproques des militaires et responsables maliens et de leurs partenaires internationaux. Aux critiques maliennes portant sur l’inadaptation des formations (😂😂😂) et l’incompétence de formateurs (😂😂😂) ne parlant pas français, répondent les critiques de ces derniers sur la gabegie générale, le manque de motivation des officiers maliens et l’indiscipline de la troupe.”

    Ne nous étonnons pas ensuite si sommes, hélas, devenus une RISÉE MONDIALE !!!😢😢😢

    Ce sont donc nos pitoyables généraux-ventrus-de-salon (qui n’ont même jamais vu de près la moindre kalachnikov pour la plupart et qui font rire tous les etats-major de planète!😎) qui parlent sans honte aucune de “l’inadaptation”😂😂😂😂😂 des formations militaires européennes, et mieux, qui parlent sans complexe du “manque de compétences”😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂 des militaires toubabs !!!!!!

    Comme le rappelle très justement ce chercheur, au départ, et après le succès de Serval, le but des forces Françaises avec Barkhane était de combattre les jihadistes chez nous…LE TEMPS (entre autres) QUE L’ÉTAT MALIEN RECONCTRUISE ET RÉÉQUIPE SES ARMÉES ET REFORME DE FOND EN COMBLE SES PROPRES FORCES DE SÉCURITÉ !!!😎😎😎

    Or, fort de ce que Barkhane était là pour traquer l’ennemi, le Grand Bouffon 1er à continué à faire tranquillement la sieste entre 2 promenades en Boeing, et entre 2 vols ou détournements !
    Reconstruction des armées : RIEN !
    Réarmement des armées : RIEN ! (Ou plutôt si: 740 MILLIARDS VOLÉS ET EMPOCHÉS PAR LE RÉGIME😎😎😎😎😎😎, et 4 ou 5 malheureux hélicos complètement pourris et 4 malheureux avions “de combat”…sans équipements de combat !!!

    En tout et pour tout!…

    Et pendant ce temps, les forces étrangères et notamment françaises pour combattre, traquer, et bombarder nos propres ennemis…….A NOTRE PLACE !!!!

    Je crois (HÉLAS) que ce chercheur a raison quand il dit
    “La conclusion générale est que, tous ces programmes conçus et pilotés par des Occidentaux pourront se poursuivre encore quinze ans sans résultats satisfaisants.”😢😢😢😢😢😢😢

    Autant on peut AIDER ou APPUYER quelqu’un en difficulté mais QUI VEUT S’EN SORTIR, autant personne ne peut aider quelqu’un qui en difficulté, MAIS QUI COMPTE ENTIÈREMENT ET UNIQUEMENT SUR LES AUTRES, POUR RESOUDRE SON PROPRE PROBLÈME……..A SA PLACE!😎😎😎😎😎😎😎😎😎😎😎😎

    Malheureusement pour nous tous et pour le pays, si Barkhane et les autres décident une bonne fois de rentrer chez eux (et les Hollandais l’ont déjà fait, lassés de voir que Zonkeba ne faisait ni le moindre effort ni le moindre sacrifice pour SA PROPRE GUERRE !!), nous ne pourront pas leur donner tort!

    Ils étaient venus nous AIDER, et nous on a voulu qu’ils….. FASSENT À NOTRE PLACE!

    A la 1ère occasion ou au 1er prétexte, attendons-nous à ce les forces étrangères en général et la force Barkhane en particulier, décide d’arrêter de claquer chez nous des milliards d’euros et de perdre des vies humaines, alors que jusqu’à aujourd’hui, le Mali N’A LUI-MÊME RIEN FAIT POUR SES PROPRES ARMÉES ET POUR SA PROPRE SÉCURITÉ !

    Et quand ils seront partis et qu’on se retrouvera SEULS pour faire face à NOTRE problème, on verra (helas) le triste résultat😢😢😢😢😢

    • PS: Et l’arrivée d’un Salafo-bonimenteur-charlatan wahabite sur l’échiquier politique malien, peut tout à fait servir de PRÉTEXTE à la France pour retirer ses troupes !

  3. Les gens ne croyaient pas qu’un jour l’Iran serait une république islamique ni que l’Afghanistan serait comme ça un jour. Regardez la situation de tous ces pays qui n’ont pas su séparer le pouvoir politique et le pouvoir religieux

  4. OSER comparer MAHMOUD DICKO à KHOMEYNI, c’est affirmer que la société malienne est aussi ISLAMIQUE que celle de l’iran,que les animateurs du M5-RFP sont sous son autorité.
    KHOMEYNI A MOBILISÉ LES IRANIENS SUR LA BASE DES PRÉCEPTES DE L’ISLAM.
    MAHMOUD DICKO n’a jamais utilisé le livre saint pour convaincre les maliens.
    SA CRÉDIBILITÉ BATIE PENDANT SON PASSAGE À LA TÊTE DU CONSEIL ISLAMIQUE MOBILISE LES MALIENS.
    Les hommes politiques, la société civile s’associent à cette CRÉDIBILITÉ pour atteindre l’objectif commun:SAUVER LE MALI.
    C’est le mouvement qui s’inspire de MAHMOUD DICKO qui est allé vers les autres, pas le contraire.
    ÇA VEUT DIRE QUE CE N’EST PAS L’IDÉAL QUI ANIME MAHMOUD DICKO QUI MOBILISE LES AUTRES.
    Qui peut imaginer certaines personnalités comme CHEICK OUMAR SISSOKO, MODIBO SIDIBE, MOHAMED ALY BATHILY, MME SY KADIATOU SOW …épousés l’idéologie wahhabite?
    La société malienne n’est ni wahhabite, ni d’aucune branche de l’islam.
    ELLE EST LAÏQUE.
    L’homme malien est naturellement tolérant envers toutes les religions.
    LES INTOLÉRANTS SONT TRÈS MINORITAIRES.
    Elle n’est pas non plus ANTI FRANÇAISE.
    ELLE EST OUVERTE À TOUTES LES NATIONS.
    Elle est, comme toutes les sociétés qui ont connu les grands empires,jalouse de sa souveraineté.
    Rejeter la politique française au Mali ne veut pas dire rejeter l’État français.
    Cette politique qui consiste à privilégier les séparatistes contre l’État du Mali est naturellement dénoncée par tout homme sensé.
    C’est cette politique qui défend un oligarque au sommet de l’État croyant y trouver son compte comme pendant la période de la guerre froide.
    Un homme politique malien issu de la légitimité populaire c’est-à-dire qui défend les intérêts supérieurs du Mali à ses risques et périls va certainement permettre aux autorités politiques françaises de comprendre qu’elles sont guidées sur de mauvais chemins par une minorité Touareg animée par un projet esclavagiste.
    UNE MINORITÉ TOUAREG VEUT DIRIGER UNE MAJORITÉ ÉCRASANTE DE NOIRS AU NORD DU MALI.
    La France, pays des droits de l’homme, veut dupliquer l’apartheid modèle israélien au Nord du Mali croyant défendre ses intérêts.
    LA FRANCE NE PEUT DÉFENDRE SES INTÉRÊTS QU’AVEC L’ÉTAT CENTRAL.
    Mais un ÉTAT CENTRAL incarné par un homme politique légitime.
    On donne trop d’importance à MAHMOUD DICKO.
    Il n’est rien d’autres qu’un draineur de foules rendu possible par son rang d’imam respectable.
    Il a lui-même compris en s’éloignant des activités des animateurs du M5-RFP.
    Il commet le risque de s’engager en politique, il connaîtra le même sort qu’un CHOGUEL MAIGA c’est à dire incapable de passer la barre de un pour cent.
    C’est L’IMAM qu’on respecte plus.
    Homme politique, il n’est plus IMAM aux yeux des maliens.
    La France a intérêt à s’aligner du côté de l’État du Mali, si elle ne veut pas perdre le sahel.
    S’aligner,c’est arrêter tout soutien aux séparatistes, aider le peuple malien à élire un homme politique de son choix.
    Il s’agit là de l’objectif principal du M5-RFP.
    Un gouvernement de transition doit convaincre la France à cesser tout soutien aux séparatistes aux risques de constater le Mali choisir d’autres partenaires comme l’a fait le gouvernement lybien reconnu par l’ONU.
    Ensuite procéder à la refondation de l’État du Mali afin que le peuple puisse élire librement ses hommes politiques, les sanctionner s’il n’est pas satisfait de son bilan comme dans les grandes démocraties.
    C’est la souffrance et l’humiliation subie qui guident les manifestants, pas l’idéologie qui anime MAHMOUD DICKO.
    Le M5-RFP est destiné à moderniser notre démocratie.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

    • “La France, pays des droits de l’homme, veut dupliquer l’apartheid modèle israélien au Nord du Mali croyant défendre ses intérêts”.
      Je suis d’accord avec vous que la France privilégie la minorité Touarègue contre la majorité du peuple Malien et cela contredit ce que France dit d’elle même; Pays démocratique et de fraternité.
      Je cesse d’être d’accord avec vous quand vous dites que l’Israël pratique de apartheid. Je crois que vous rabâchez là les positions arabes dans le conflit Israëlo-arabe.
      20% de la population israélienne est arabe. En ci-Jordanie où Jésus est né, il y avait une forte population Chrétienne là-bas. Mais aujourd’hui, à cause de la discrimination et les brimades, il n ‘ y reste maintenant que 3%. En 1947, avant la fin du mandat britannique (à la suite de la défaite de l’empire Ottoman) la commission ad-hoc de l’ONU sur la Palestine a proposé la solution à deux états avec un statut particulier intérimaire de dix ans pour Jérusalem. Ce plan de partition a fait l’objet de la résolution 181 de l’assemblée générale de l’ONU. Les juifs ont accepté cette résolution mais les arabes l’ont rejetée et sont partis en guerre contre les foyers juifs dès qu’ils ont déclaré un état indépendant sur la portion de terre qui leur avait donnée par la résolution 181. Ce sont ces guerres qui continuent jusqu’aujourd’hui. Après le triomphe militaire de l’Islam, les minorités persécutées du proche et moyen orient continuent de diminuer de façon drastique à cause des strictions imposées sur elles. le sort des Coptes en Egypte en est un exemple patent.
      En Matière apartheid, tout le monde vaut mieux que les arabes.

    • Je crois que la question FONDAMENTALE réside dans cette REFONDATION de l’Etat malien.A mon avis cela ne pourra s’opérer qu’avec une équipe de dirigeants bien éclairés ayant une volonté politique bien réelle de TRANSFORMER notre pays sur tous les plans.J’ai du mal a comprendre que la gouvernance actuelle s’est complu dans des ambitions personnelles et familiales au lieu d’inscrire son nom au panthéon de l’histoire.Elle a pourtant été la coqueluche de 77% des électeurs au début .Cela voulait dire allez cher président vous avez notre confiance ; transformez ce Pays! Mais malheureusement il n’en a pas été ainsi.Quel gâchis

  5. Moi je rêve d’un jour où nous allons être capable de réfléchir avec notre propre tête pas avec celle de soi-disant experts. Je rêve d’un jour où nous allons être nous-mêmes pas des occidentaux ou des orientaux. En regardant de près, les Dicko et compagnies se battent pour que nous changions de maître (de Français à l’Arable). Malgré la rhétorique bien articulée, le fond du problème est qu’ils sont inféodés parce que intellectuellement castrés.

  6. La seule porte de sortie pour la franSS : est de partir et nous foutre la paix… que la fransS nous laisse dans notre merde blanche, que la franSS a participé à créer en détruisant la libye !!!

    Nous allons regler nous-mêmes nos problèmes …

    ça fait des siècles, que le suBrpemaSSisme blanc frnaSSais nous emmerde !!!
    Même le diable a honte des crimes dela frnaSS !!!

    Que la franSS mette dans son fion : son armée criminelle pédophile impunie et sa monnaie de singe le franc des colonies franSSaise d’afrique !!!

    L’afrique franKKKofole aura l paix et le développement, quand nous serons débarrassés de la dominaSSion blanche franSSaise !

    Que la frnaSS nous foute la paix : les ancêtres et Dieu en sont témoins !!!

  7. Pour Serge Michailof, chercheur à l’Iris et ex-directeur des opérations de l’Agence française de développement, le religieux pourrait se révéler « un Khomeini malien ».
    ARRETEZ DE NOUS RABATTRE AVEC VOS HISTOIRES A LA CON DE KHOMEINI. IL N’Y AURAIT JAMAIS DE REGIME ISLAMISTE AU MALI . DE MEME QU’IL N’Y AURAIT DE REGIME LAQUAIS COMME CEUX QUE NOUS AVONS AUJOURD’HUI.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here