Sanctions de la CEDEAO et de l’UEMOA contre le Mali : Mon cœur saigne

1

Oh Mali, pays souverain, ma chère patrie, terre d’Afrique ! Je remercie Dieu, Allah SWT, le Tout-Puissant, de me faire naître sur cette terre bénie où j’ai eu mon tout premier souffle.

Oh grand empire du Mali, pays avec une culture si riche, mais aussi pays riche en ressources naturelles. Nous avons notre or, depuis les temps immémoriaux de l’empereur Kankou Moussa, considéré comme l’homme le plus riche de tous les temps. Pendant son pèlerinage à La Mecque au XIV siècle, il voyagea avec des tonnes d’or entraînant la chute du cours de ce métal. Nous avons aussi le coton, le riz, le cheptel et tant d’autres.

Mon cœur saigne, avec les sanctions de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest ( Cedeao) et de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) infligées sur le vaillant peuple du Mali depuis le 9 janvier 2022.

Mon cœur saigne par patriotisme, mes chers compatriotes du Mali, citoyens d’Afrique et du monde qui soutiennent notre cause, car le Mali pays sans littoral fait déjà face à une crise multidimensionnelle de paix, de sécurité, de gouvernance, parmi tant d’autres.

Mon cœur saigne, ainsi que toutes les fibres de mon corps en entendant les noms des chefs d’États de la Cedeao, et l’ Uemoa qui ont imposé des sanctions drastiques, oh combien cruelles et injustes pour faire souffrir la population malienne.

Mon cœur saigne, car cette souffrance n’impactera pas que des hommes, des femmes, des vieillards, des jeunes, des nouveaux nés, mais cette souffrance atteindra même des embryons qui se nourrissent des réserves nutritives émanant de leurs mères.

Mon cœur saigne, avec cet embargo des chefs d’État africains qui agissent sous emprise impérialiste pour faire souffrir nos dignes et vaillants peuples en vue de freiner notre développement.

Mon cœur saigne, mais sachez présidents de la Cedeao, vos sanctions contre mon beau et grand pays le Mali, auront un effet boomerang. Sachez également que vous avez devant vous des guerriers, un peuple résilient, digne, debout, soutenu par des Africains dans un élan de solidarité panafricaine et au-delà des contrées africaines.  Le Mali agira en conséquence avec ses partenaires, toutes les bonnes volontés et toutes les personnes éprises de justice et d’humanité pour contrer ce pitoyable embargo.

Mon cœur saigne, mais le Mali sortira grandi de cet embargo aux relents d’abus de pouvoir. La réplique sera si forte qu’elle sera inscrite à jamais dans la mémoire collective et en lettres d’or dans les livres d’Histoire et de géopolitique pour la postérité.

Mon cœur saigne, mais mon si cher pays, ma si grande nation, ma chère patrie, le Mali des grands empires ne tombera pas sous les coups scélérats.

Kadi Sall-Bèye
Master of International Affairs
New-York, 23 janvier 2022
Email: [email protected]

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Devant une telle déclaration d’amour pour son pays, il ne reste plus qu’à joindre les actes à la parole et revenir au pays pour le soutenir dans cette épreuve.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here