Genre et catastrophe, les OSC de Bamako outillées par le projet CREWS de la Banque Mondiale

0

L’hôtel Salam a servi de cadre le mercredi 2 octobre 2019 aux travaux de l’atelier de renforcement des capacités des associations et organisations féminines sur le système  alerte des catastrophes au Mali. Un atelier co-organisé par la banque mondiale et la direction  générale de la protection civile.

La présente formation des femmes des organisations et associations de la société civile de 3 jours, est un projet de la banque mondiale {Projet CREWS}. Son objectif est de familiariser les femmes avec les concepts clés en matière de catastrophes  naturels afin de doter ces femmes de connaissances sur leur rôle et responsabilité dans un contexte de catastrophe pour la prévention et la riposte.

Dans son intervention la représentante de la banque mondiale, Goudo Kouyaté Sissoko dira ‘Depuis des années la communauté internationale s’est engagée à promouvoir l’égalité du genre, et encourager l’autonomisation des femmes dans le contexte de la prévention des catastrophes naturelles’. Avant de poursuivre  avec le rappel de certains instruments internationaux mis en place pour la prise en compte du genre dans la prévention  et la gestion des catastrophes naturelles dans le monde.

Il s’agit entre autres  du cadre d’action de Hyogo pour 2005-2015, document élaboré lors de la conférence sur la prévention des catastrophes qui s’est tenue en 2005 au Japon. Et selon Mme Sissoko, les recommandations de cette conférence ont pour la première fois reconnu l’important rôle joué par les femmes lors des catastrophes.

De similaires conférences ont amené les Nations Unies à incorporer  la prise en compte du genre dans le Cadre de Sendal relatif à la réduction des risques de catastrophes naturelles sur l’horizon 2015-2030.  Le projet CREWS est une initiative de la banque mondiale, exécuté au Mali, au Burkina Faso et au Niger, le projet porte sur le renforcement des observations, de la surveillance et la prévention.

Cet atelier inscrit dans le cadre dudit projet , qui est  une aubaine pour les organisateurs de renforcer les capacités des   participantes en matière de catastrophes, surtout quand on sait que les femmes et  les jeunes occupent une place prépondérante pour réduire substantiellement les pertes et dommages liés aux catastrophes pour reprendre les mots du Col Djibril Tamboura représentant de la Direction nationale de la protection civile,

Khadydiatou SANOGO/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here