Négociations de paix à Alger : Iyad Ag Ghali soupçonné de marchander son immunité

8
Iyad-Ag-Ghali
Iyad-Ag-Ghali

Évaporé dans l’immensité du Sahara après le déclenchement de l’Opération Serval, il avait été localisé en janvier 2014 par les services de renseignements français dans les environs de Tinzawaten, Commune algérienne proche de la frontière malienne, avant de nomadiser avec ses fidèles dans la région voisine d’Abeïbara, au Mali. «Comme de nombreux jihadistes du Nord malien, il aurait ensuite migré vers le Sud libyen», affirme ainsi un haut responsable français, précisant également qu’il était dans la région de Sebha au début de l’année.

Malgré son exil, ce meneur de la rébellion touarègue des années 1990, devenu un ardent défenseur de l’Islam radical, serait encore très influent dans le septentrion malien. Figure respectée du clan des Ifoghas qui domine les principaux groupes rebelles, le Mouvement national de libération de l’Azawad (Mnla) et le Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (Hcua), on lui prête plus d’influence que l’Amenokal, le chef traditionnel de cette tribu. Aussi, on apprend qu’il a su se rendre incontournable dans de récentes libérations d’otages français, alimentant l’idée d’une protection de la France à son égard.

«C’est une cible : si on peut l’avoir, on ne reculera pas, même si cela pourrait avoir des conséquences politiques, car il joue toujours un rôle important. L’homme, qui arbore une épaisse barbe sous son chèche, est par ailleurs inscrit depuis deux ans sur la liste des terroristes recherchés par les États-Unis pour ses liens avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi)», se défend un officier des services de renseignements français.

Absent à Alger, de nombreux observateurs soupçonnent aujourd’hui Iyad Ag Ghali de peser sur les négociations de paix et de marchander son immunité, notamment à travers deux de ses ex-lieutenants, Alghabass Ag Intalla et Cheikh Ag Aoussa. Anciens cadres d’Ansar Eddine, ces deux hommes sont désormais à la tête du Hcua, l’un des principaux groupes rebelles assis à la table des pourparlers inter-maliens.

R. Diakité

Commentaires via Facebook :

8 COMMENTAIRES

  1. IL temps de groupe GATIA et ces allies d’aller chercher LYAD AG GHALI dans le grotte et faire sortir comme de gros rat amènera à KOULICORO interrogation d’bord après la place publique ❗ ❗ ❗ ❗ ❗

  2. ” est l’un des chefs jihadistes les plus recherchés de la bande sahélo-saharienne.”

    Comment ça, “l’un des plus recherchés”?… 😯 😯 😯 😯 😯

    Pas du tout!… Il suffit de demander à Abdoullaye Diarra de l’Indépendant! 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    Lui, à longueur d’années, il nous dit précisément OU il se trouve, QUAND et à QUELLE DATE précise il s’y trouve, où il tient telle ou telle réunion ULTRA-SECRETE avec d’autres djihadistes ULTRA-RECHERCHES, etc etc. 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    Pourquoi les services secrets Maliens, Français, et Américains ne demandent pas tout simplement à Abdoullaye Diarra? 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    Surtout que selon le même Diarra de l’Indépendant, ça fait déjà des mois et des mois que Lyad se promène tranquillement dans les rues de Kidal sous escorte Française, il prend son thé dehors, etc… 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    On se demande bien pourquoi les services secrets qui le traquent ne lisent pas TOUT SIMPLEMENT l’Indépendant! 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    Houbien? 😛

  3. 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆
    Meeeeeeeeeeeeeeeerrrrrrrdeeeeee…!!!! 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    Ce n’est pas le même IYAD qu’on nous avait dit … se promenait main dans la main à KIDAL avec ses “complices” français …???? 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    Moussa Ag,… ANW TEY MALO DEH …. 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    • Salut soldat! 😆 😆 😆 😆

      Les services secrets sont des cons!
      Quand on pense qu’il leur suffirait de demander à Diarra pour pouvoir le coffrer tout de suite… :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

Comments are closed.