Adresse à la Nation du Président de la Transition, Chef de l’État à l’occasion de l’anniversaire du 18 août 2020.

6

Maliennes,
Maliens,
Mes chers compatriotes,

18 août 2020-18 août 2021 : il y a de cela un an, jour pour jour, notre Peuple prenait son destin en main, tournait une page de son histoire pour commencer à rédiger un nouveau chapitre. L’anniversaire de cet événement m’offre l’occasion de m’adresser à vous, à travers ce message que je veux un message du souvenir et de l’espoir.

Émettant ce vœu, j’ai une pensée pieuse pour ceux qui ont été arrachés à notre affection, de Kayes à Kidal en passant par Bamako, le plus souvent à la fleur de l’âge. Je m’incline également pour ces autres qui, héroïquement, tombent au front, acceptant le sacrifice ultime pour la défense de la Patrie. Qu’ils reposent en paix ! Nous ne saurions les oublier.

Mes chers compatriotes,

Ce qui s’est produit le 18 août est un aboutissement. L’effondrement de l’État survenu le 22 mars 2012 aurait dû être suivi d’un sursaut patriotique. En lieu et place, ce fut une gestion dont l’une des conséquences majeures fut la déliquescence de la gouvernance. Des hommes et des femmes se sont retrouvés, pour exprimer leur volonté de rupture et de changement. Le Peuple a répondu massivement à l’appel. L’Armée nationale, votre Armée, ne pouvait rester dans l’attentisme : elle a donc pris ses responsabilités pour intervenir et permettre la concrétisation du vœu populaire, le changement.

Bien qu’étant un aboutissement, le 18 août est également un nouveau départ. Un chantier gigantesque nous interpelle : comme l’a dit le poète, tout est à refaire, y compris l’homme car, il s’agit de réussir ce à quoi tout le monde aspire : la Refondation de l’État.

Mes chers compatriotes,

La rupture intervenue le 18 août a été immédiatement suivie d’une série de mesures allant dans le sens de cette refondation : de nouvelles institutions ont été mises en place, un nouveau gouvernement a été formé et tout le monde s’est attelé à la tâche.

Un programme d’action gouvernementale, articulé autour de quatre axes, a été élaboré et a été approuvé par les hommes et les femmes exprimant la volonté du Peuple. Avec son exécution, notre ambition consiste à nous sécuriser pour nous développer, nous doter de textes et d’institutions crédibles pour instaurer une gouvernance vertueuse, réussir des élections transparentes aux résultats incontestables, raffermir la cohésion nationale.

Conscients de la nécessité de mener une action patriotique, il nous revient de nous mobiliser pour affronter les défis de l’heure au délà de tout esprit d’exclusion et de clivage.

Mes chers compatriotes,

Un mot a été mis à la mode ces derniers temps, le mot « inclusivité ». Il nous revient de le privilégier, de le cultiver. Nul, qu’il soit personne privée, association ou parti politique, ne doit exclure les autres et personne ne doit se sentir exclu. Ce à quoi, solennellement, je convie, c’est l’unité d’action pour le sursaut national, au nom de la Refondation.

Que Dieu bénisse le Mali !

Commentaires via Facebook :

6 COMMENTAIRES

  1. C est dommage que ce discours soit une déception pour les maliens. En effet rien de positif ( aune nouvelle institution crédible n a vu le jour) n a été fait. La transition piétine; elle aurait du prendre exemple sur certains présidents africains comme Jerry Rawlings, Paul Kagame, Thomas Sankara, Dadis Camara, pour l intégrité, la justice des dirigeants et institutions pour le développement, la sécurité du peuple. Le peuple attend aussi des discours de vérité aux partenaires qui contribuent à l insécurité dans le pays et à son exploitation sauvage, un discours qui parle des pistes de mettre fin aux tueries des paisibles maliens. Bref les maliens patriotes perdent la confiance en la transition. Dommage.

  2. Courage mon Colonel, pourvu qu’au résultat final le changement soit visible. Sinon au Mali, tout le monde est Premier ministre, ministre, président de la transition et tout le monde est érudit.
    Pauvre de peuple inculte et d’une fatuité qui frise l’aliénation.
    VIVE LA RÉPUBLIQUE

  3. Le journal télévisé de 20h a été retardé pour ce charabia de discours la nuit dernière.
    Vous avez fait un coup d’Etat il y a un an de cela, un an jour pour jour. Mais dites nous réellement à cause de Dieu ce qui a changé pour le bonheur du peuple depuis que vous êtes là. Ce qui s’est passé le 18 août 2020 est l’aboutissement de l’envie démesurée de certains militaires. Le colonel aphone dit que l’armée a pris ses responsabilités le 18 août 2020 pour intervenir et permettre la concrétisation du voeu populaire, le changement. Mais depuis un an rien n’a été vu de bon. Les colonels étant au pouvoir, l’insécurité devait au moins être en recule, mais hélas! De Kidal à Sikasso en passant par Ségou, Mopti, Kayes…, l’insécurité est partout. Vous allez comprendre que le mal du Mali n’est pas seulement la mauvaise gouvernance. ”Notre ambition consiste à nous sécuriser pour nous développer, nous doter des textes et d’institutions crédibles pour instaurer une gouvernance vertueuse” dit le colonel aphone. Même si vous restez à Koulouba pour cent ans, nous ne serions pas sécurisés pour nous développer. Tu voulais simplement dire à ce niveau la prolongation de la transition. Parce que ce les colonels n’ont pas pu faire en une année, ils ne pourront pas le faire en 7 mois.

  4. Ces jeunes colonels devaient laisser Bah Ndaou président ( vieux colonel major expérimenté) et descendre au Front pour lutter contre l’insécurité , mais hélas les délices du pouvoir ont faits que ces jeunes colonels ont laissé les maliens dans l’insécurité avec à la clé des mensonges comme l’arrive de la Russie avec le mensonge éhonté du faux patriote Ben le cerveau encore appelé Ben le menteur , le mensonge au nom de la Russie était une manipulation pour trompe les maliens

  5. L’effondrement de l’État survenu le 22 mars 2012 (…)
    Hum… Non, l’État ne s’est pas effondré en 2012, ce sont des bidasses inconscients et crapuleux qui y ont mis un coup d’arrêt à travers le putsch le plus débile de l’histoire.

    Un programme d’action gouvernementale (…), a été élaboré et a été approuvé par les hommes et les femmes exprimant la volonté du Peuple.
    Le CNT n’est représentatif que de lui-même, et surtout pas du peuple. D’ailleurs, une action est cours en justice contestant sa légitimité et sa légalité. Et cerise sur le gâteau, elle a été initiée par l’actuel Premier ministre lui-même. C’est de l’incongruité dans l’absolu.

    En somme, ce discours est creux sans aucune consistance, et fait un black-out total sur la tenue des élections qui doivent pourtant mettre fin à la transition. Enfin, s’il y aura une fin bien sûr. Le comble, c’est la tentative de travestir les faits. Mais, les faits sont têtus comme disait Lénine. Franchement, la refondation ne commencerait-elle pas par un langage de vérité ?

    Pensées rebelles.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here