« Le Mali, la Nation en question », l’ADEMA-Association ouvre le débat

0

Dans le cadre de la commémoration de son 31ème anniversaire, l’Adéma-Association a organisé une conférence débat sur le thème :  « Le Mali, la Nation en question ». C’était le samedi 04 septembre à la Pyramide du Souvenir sous l’égide de Mme Sy Kadiatou Sow, président de l’Association.

La présente conférence débat rentre dans le cadre de la contribution de l’Adéma-Association à la réflexion sur les enjeux et défis majeurs auxquels le Mali est confronté et qui par conséquent, doivent interpeller toutes ses filles et tous ses fils. C’est ce qu’a déclaré sa président Mme Sy Kadiatou Sow.

Le thème « Le Mali, la Nation en question » fait partie des débats que les membres de l’Association mènent régulièrement sur l’analyse de la situation nationale. Cela a permis de constater que les perceptions étaient différentes voire opposées sur la problématique. Les maliens se reconnaissent-ils vraiment dans leur Etat qualifié de failli par beaucoup ?,  s’interroge-t-elle.

Avant d’ajouter que « la question se pose de savoir si le Mali est un Etat qui est toujours à la recherche d’une Nation (en construction) ? Ou est-ce la Nation malienne qui se cherche un état conforme à sa vision, et ses valeurs ? ». Selon Mme Sy Kadiatou Sow, le thème se justifie aussi par le contexte actuel caractérisé par de fortes crispations, de repli identitaire, d’affirmation forte du besoin de souveraineté, avec quelques relents de chauvinisme chez certains.

Le thème a été débattu par le Dr Bréma Ely Dicko et le Pr Yamoussa Kanta. Le premier a développé le concept sous l’angle du ressenti et de la perception de la situation par les maliens. De l’avis de Dr Dicko, l’Etat doit pouvoir se ressaisir et prioriser ses propres intérêts et de mettre en avant la question d’accès aux services sociaux de bases notamment la santé, l’éducation et la sécurité.

Le second a mis l’accent sur la souveraineté mais aussi des attentes des maliens sur la construction d’un Etat. Selon le Pr Kanta, le problème du Mali réside dans les accords de Paris, signés dans la foulée des indépendances des pays africains. Ces accords, souligne-t-il, ont dépouille les jeunes états de toute souveraineté. Après leur exposition s’en est suivi des échanges avec le public. Ce qui a permis d’enrichir le débat.

Abdrahamane SISSOKO/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here