Décrispation politique : Le conflit de leadership entre Modibo Sidibé et Soumaïla Cissé renaît

7

Après que le chef de file de l’opposition malienne eût bénéficié d’un concours de circonstances le propulsant au-devant de la scène pour diverses concertations  en vue de décrisper l’atmosphère politique nationale, le leader des FARE Anka Wuli, Modibo Sidibé, a semblé reprendre du poil de la bête. Histoire de contrecarrer cette prééminence de Soumaïla Cissé ?

Après ses entrevues avec le président IBK, les présidents Moussa Traoré, Alpha Oumar Konaré, des échanges téléphoniques avec le président ATT, Soumaïla Cissé est apparu comme un acteur de premier plan de la décrispation en cours et unanimement saluée par l’opinion nationale et internationale. Bien évidemment avec IBK, le capitaine du Bateau Mali, quelque peu secoué par les vagues et la tempête de la crise politico-sécuritaire…

Et certaines chancelleries occidentales, des partenaires du Mali et les observateurs politiques n’ont de cesse d’adresser des messages de félicitations au leader de l’URD, non moins ancien président de la Commission de l’UEMOA pour cette « ouverture d’esprit et cette disponibilité » à dialoguer avec le pouvoir. Ce qui a rehaussé de façon significative la côte de popularité de « Soumi champion » au sein de l’opinion. Cela-t-il suffi pour réveiller le zèle de Modibo Sidibé des FARE, dont la rivalité avec M. Cissé n’a jamais pu être démentie ? L’on a vu brusquement Modibo Sidibé prendre vigoureusement son…bâton de dialogue pour claironner son « dialogue républicain refondateur » après qu’il eût été reçu par le chef de l’Etat. Il sera reçu à la CODEM, au MPR, à l’ADEMA-PASJ, au CNID… pour proposer son « document » de renaissance du Mali ! Comme si, visiblement, le patron des FARE est en réveil de leadership pour devancer Soumaïla Cissé dans l’arène politique.

Modibo Sidibé sera, dans la foulée, annoncé à la une de journaux comme potentiel Premier ministre devant remplacer Soumeylou Bouèye Maïga. Et, comme si cela ne suffisait pas, le leader du parti du baobab crachera dans la démarche de recherche de consensus vers un gouvernement de rassemblement de la nation. « Un gouvernement d’union nationale sera catastrophique pour le Mali », crache-t-il, comme s’il a une autre recette, (magique, celle-là), que l’appel d’IBK aux fils du pays à venir par leurs mains boucher la jarre nationale trouée… En référence au Roi Guézo ! Modibo est-il plus sage que ce  célèbre Roi Dahoméyen (Béninois) auquel IBk ne cesse de se référer ces derniers mois ? Quelle mouche a-t-elle piqué Modibo Sidibé dans le contexte actuel d’extrême difficulté pour le pays ? La question se pose.

Il faut rappeler que depuis le vote de la loi sur le statut suivi de l’installation, pour la première fois au Mali, d’un « cabinet du chef de file de l’opposition politique », le leader des FARE, l’ex-Premier ministre Modibo Sidibé n’a jamais pu cacher sa gêne devant ce dispositif institutionnel de renforcement de la démocratie. L’homme n’hésitait à pourfendre le concept de « chef de l’opposition », pourtant défini clairement par la loi. Modibo Sidibé finira par se faire le chantre de la théorie de « l’opposition plurielle », ayant, lui aussi, opté pour animer le contre-pouvoir à l’avènement d’IBK. Malgré sa proximité d’analyses et de perceptions d’avec le challenger d’IBk à la présidentielle de 2013 (comme de 2018) des questions brûlantes de la nation, le président des FARE AnkaWuli ne parvenait même pas à venir facilement au Cabinet du chef de file pour des rencontres politiques. L »homme trouvait souvent des excuses pour se faire représenter aux réunions de l’opposition par le vice-président des FARE, Souleymane Koné. Il fera même un faux bond retentissant à un meeting unitaire de cette opposition, dont Soumaïla Cissé est le leader, du fait la relative bonne représentativité de son parti, l’URD à l’Assemblée Nationale.

La rivalité ainsi apparente entre Modibo et Soumi n’a pu se cacher à aucun observateur de la vie politique nationale de 2013 jusqu’à la présidentielle de l’année dernière. A cette échéance, si Souleymane Koné a gardé ses bons rapports avec l’opposant en chef, leader de l’URD, Modibo Sidibé a dû penser, confient certains de ses proches, qu’un soutien à IBK vaut mieux qu’un ralliement au président de l’URD. Ce qui a ému certains cadres du parti FARE. Et certains Maliens !

Boubou SIDIBE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. il y a pas match entre Modibo et Soumaila . C est Dieu . Modibo a combien d’élus ?
    Vraiment ne faites pas de comparaison entre les 2 hommes . c ‘est les la différence qui est entre le ciel et la terre qui les sépare .
    Modibo est valable mais sur le plan politique il ne vaut soumaila

  2. Dites moi Mr quel était le SCORE de Modibo SIDIBE à la Présidentielle de 2013 ? Et quel était son SCORE en 2018 tjrs par rapport à Soumaïla CISSE ? Modibo est tjrs resté loin dans le classement final derrière IBK et Soumaïla. Que Modibo se fasse élire Député d’abord pour jauger son poids politique.
    Il est tout simplement EGOÏSTE. C’est pas pour rien que Soumaïla soit mille fois plus sollicité que lui par différentes personnalités ETRANGERES ET NATIONNALES et cela de la façon la plus officielle et légitime dans la crise actuelle que traverse le pays; ça il faut que Modibo l’accepte.

  3. MODIBO SIDIBE pense qu’ il suffit d’occuper de hautes fonctions ,qu’ en réalité il ne mérite pas,s’il n’avait pas le soutien d’ATT et d’AOK,pour être le chef de fil de l’opposition.
    Le chef de fil de l’opposition est lié à la légitimité populaire.
    C’est cette légitimité populaire qui permet ,dans les grandes démocraties,d’avoir les hautes fonctions que MODIBO SIDIBE a occupées.
    Quand SOUMAILA CISSE militait à l’ADEMA PASJ ,MODIBO SIDIBE était policier dans un commissariat de la place qu’ il a quitté grâce à ATT qui l’a ensuite confié à ALPHA OUMAR KONARE.
    L’homme a occupé de hautes fonctions pendant tout le mandat de l’ ADEMA-PASJ sans être un cadre de ce parti,une anomalie démocratique.
    Il en a fait ainsi avec AMADOU TOUMANI TOURÉ de 2002 à 2011 sans être un animateur de ceux qui ont aidé l’homme du 26 mars 1991à être élu.
    IL VOULAIT ÊTRE PRÉSIDENT AVEC LE MÊME APPUI D’ATT SANS ETRE POPULAIRE CAR C’EST IMPOSSIBLE QUE L’HOMME SOIT POPULAIRE.
    Dans son propre quartier,il est détesté.
    Tout le monde le trouve hautain,qu’ on ne voyait jamais dans les activités du quartier quand il occupait les hautes fonctions.
    On a tendance à croire que son score de la dernière présidentielle reflète sa vraie popularité.
    Si il a pu gagner quelques voix en 2013,c’est grâce aux soutiens d’ATT qui ont fini par l’abandonner.
    Il nous montre là qu’ il n’est pas un démocrate en refusant de reconnaître en SOUMAILA CISSE la légitimité conférée par les électeurs maliens depuis 2002 quand ,lui ,arrive à peine à être un conseiller municipal.
    Des hommes politiques,dans les grandes démocraties,sont devenus président sans occupés de hautes fonctions.Certains ont occupé de hautes fonctions sans être président pourtant légitimes car élus à la tête des mairies et parlementaires.
    MODIBO SIDIBE N’A JAMAIS ÉTÉ ÉLU.
    Seule compte la légitimité populaire.
    Ni Sarkozy,ni Hollande et MACRON n’ont jamais été premier ministre .
    Si MODIBO SIDIBE avait compris que la légitimité n’est pas liée aux fonctions occupées ,il aurait accepté que SOUMAILA CISSE soit son PATRON car plus aimé par les maliens que lui.
    La légitimité n’est ni liée à la capacité intellectuelle,ni aux fonctions occupées,mais à la capacité de L’HOMME à se faire AIMER.
    Cette capacité est liée à la faculté de l’ HOMME POLITIQUE à mettre des relais sur toute l’étendue du territoire permettant de véhiculer ses idées.
    SOUMAILA CISSE l’a fait après avoir quitté l’ADEMA PASJ ,MODIBO SIDIBE a été incapable.
    OSER LUTTER ,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  4. ils t’ont payé combien les membres de l’URD pour que tu vende ton étique Mr le journaleux? le leadership ne se force pas et ne s’achète pas comme le fait ton président de l’URD c’est pas un leader fait et il manque de charisme il en ait conscient que la seule chose qui le maintien dans cette position reste est son argent. je ne suis pas politique mais ça fait des années que j’observe la vie politique malienne et je peux te dire que Modibo SIDIBE dépasse de loin Soumaila CISSE en leadership politique et management de l’Etat c’est un travailleurs rigoureux.

  5. certains peuvent penser ce qu’ils veulent ; il faut reconnaitre que Modibo Sidibé est un égoïste de la pire espèce.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here