Guerre de titans à l’Urd : Quand Igor et Boubou deviennent juste des « tout-petits »

9

Les polémiques et tiraillements pour se positionner dans le cadre de la candidature de l’Union pour la République et la démocratie des anciens dignitaires du régime déchut d’Ibrahim Boubacar Keïta, notamment Mamadou Igor Diarra et Dr Boubou Cissé, donnent visiblement une lecture sur la personnalité et le caractère des militants de 25e heure à l’URD. Il s’agit d’un manque de culture politique, d’idéologie, de conviction et de probité politique.

Au-delà d’une insulte à la mémoire de feu Soumaïla Cissé, c’est le combat d’une vingtaine des militants de ce parti bâti autour des idéaux de la démocratie interne et de leadership avéré, qui est mis en cause par cette polémique stérile dont les ficelles sont tirées par  des anciens dignitaires du régime déchut d’Ibrahim Boubacar Keita, notamment Mamadou Igor Diarra et Dr Boubou Cissé.

Tout d’abord, Mamadou Igor Diarra, qui se fait très actif sur le terrain, a adhéré en premier lieu avant de se positionner à la sous-section URD de Markala. Ce dernier qui se vend aujourd’hui par des mérites du parti est un cadre qui manque beaucoup de choses en termes de militantisme. Un aspect très important dont feu Soumaïla Cissé s’est investi pour inculquer la culture politique au sein de son parti.

Le rouquin de Markala qui devrait jouir d’une estime assez considérable au sein du parti de la poignée de mains s’est fait marcher dessus en 2018. En effet, dans la perspective de la présidentielle de 2018, Mamadou Igor avait sollicité l’accompagnement du parti de feu Soumaïla Cissé pour se faire parrainer, comme l’exigence la loi électorale. Il avait tenté de convaincre le président de l’URD  à l’époque d’épouser son leadership politique. N’ayant pas une base politique, Mamadou Igor Diarra était obligé de se contenter des scores misérables à la limite dérisoires pour un ancien ministre qui se tapait la poitrine d’être un homme « clean », dont les Maliens ont besoin. Alors qu’il devrait accompagner Soumaïla Cissé face à un régime qualifié de corrompu par l’opinion nationale et même les Maliens établis à l’extérieur, l’aventurier politique a préféré abandonner le candidat de l’alternance qui était d’ailleurs porté par plusieurs formations politiques et de la société civile. Le candidat de l’alternance a été soutenu par sa base politique qui croit dur comme fer à la conviction et l’idéologie politique portées par l’homme, même pendant les moments d’incertitudes où il était entre les mains des terroristes au grand Sahara.  Quelques mois seulement après sa disparition tragique, Mamadou Igor vient dans la famille URD, avec l’ambition démesurée de porter les couleurs du parti à la présidentielle de 2022. Le seul critère qu’il justifie cette ambition est sa position financière. L’URD était-il lié seulement à la fortune de Soumaïla Cissé ? Des milliers de conseillers, militants et centaine de sections n’avaient-ils pas de conviction ? En attendant, si cette candidature passe au parti de feu Soumaïla Cissé, les vingt ans de combat politique et de leadership n’auront certainement rien servi.

Le second aventurier est Boubou Cissé. Il est aussi engagé dans une bataille sans concession pour arracher le leadership de l’URD, devenu vacant avec la disparition du chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé. Il est même au sérieux. Mais ce qui pourrait susciter l’interrogation chez l’homme de Djenné, c’est que la vie de l’URD a été marquée du sceau de son opposition au pouvoir du Président IBK, depuis 2013. Les gouvernements successifs du Président Keïta, jusqu’à sa chute le 18 aout 2020, ont senti une opposition qui n’a pas baissé les bras, ne laissant pas le choix à un pouvoir obligé de maintenir ses gardes, à tout point de vue. Et de 2013 à 2020, Dr. Boubou Cissé a occupé les postes clés, comme celui de ministre de l’Industrie et des Mines en 2013; de ministre des Mines en avril 2014 ; de ministre de l’Economie et des Finances ; ensuite de Premier ministre et ministre de l’Economie et des Finances cumulés, de janvier 2016 jusqu’au 22 avril 2019. Il reste Premier ministre jusqu’au 18 août 2020, date du renversement du pouvoir IBK par une intervention militaire.

Fraichement sorti entre les pattes de l’éléphant dans une confuse affaire judiciaire de « complot contre le gouvernement», Dr. Boubou Cissé a rapidement pris ses quartiers à l’URD, s’insérant parfaitement dans les organes et prenant une part active dans les instances du parti, a laissé entendre notre confrère Le Républicain. Est-ce pour trouver refuge au sein de ce grand parti pour bénéficier de sa protection et sa clémence, après lui avoir infligé une vie dure ? Est-ce pour profiter de l’appareil politique qu’est l’URD pour prendre son envol, en apportant boussole et kérosène s’interroge-t-il toujours.

En tout cas, aucun militant ne croirait que Dr. Boubou Cissé perdrait son temps à poursuivre une politique de phagocytose pour décimer le parti de Me Demba Traoré, de Salikou Sanogo, de Ibrahima Ndiaye et autres, qui ont rendu la vie difficile au pouvoir contesté du président IBK et Boubou Cissé. Un entrisme serait une futilité en période de démocratie pluraliste. Boubou Cissé parvient-t-il à se faire accepter par ses nouveaux camarades de l’URD où il a posé ses valises et prétend au gouvernail, au grand dam de ceux qui ont trimé pour bâtir brique après brique cet édifice, affronté les intempéries, marché dans les bourrasques, piétiné épines ce n’est pas évident. Et Dr. Boubou Cissé ne peut pas revendiquer l’héritage politique de feu Soumaïla Cissé, et l’URD non plus accepter l’inverse.

Filifing Diarra, stagiaire

Commentaires via Facebook :

9 COMMENTAIRES

  1. Je conseille à Boubou de retourner rapidement à la Banque mondiale. Il perd son temps et risque de tout perdre (temps, argent, et avenir professionnel)

  2. Témoignage : Je me nomme cecile âgée de 36 ans.J’étais en relation avec mon homme il y a de cela 3ans et tout allait bien entre nous, à cause d’une autre femme il s’est séparé de moi depuis quelques mois. J’avais pris par tous les moyens pour essayer de le récupéré mais hélas ! Je n’ai fais que gaspiller mes sous. Mais par la grâce de dieu l’une de mes amies avait eut ce genre de problème et dont elle a eut satisfaction par le biais d’un nommé HOUNON AZE au premier abord lorsqu’elle m’avait parlé de ce puissant je croyais que c’était encore rien que des gaspillages et pour cela j’avais des doutes et ne savais m’engager ou pas. Mais au fur des jours vu ma situation, elle insiste a ce que j’aille faire au moins la connaissance de ce puissant en question et c’est comme cela que je suis heureuse aujourd’hui en vous parlant. C’est à dire mon homme en question était revenu en une durée de 7 jours tout en s’excusant, aujourd’hui il me suggère à ce qu’on se marie le plus tôt possible, je me plains même pas et nous nous aimons plus d’[email protected] La bonne nouvelle est qu’actu€llement je suis même enceinte de 2 mois. Sincèrement je n’arrive pas à y Croire qu’il existe encore des personnes aussi terrible, sérieux et honnête dans ce monde, et il me la ramené, c’est un miracle.Je ne sais pas de quelle magie il est doté, veuillez le contacter : 0022 968 671 189

  3. FAUX BOUBOU A BEAUCOUP FAIT DE MAL AU MALI ET JE ME DEMANDE COMMENT L URD PEUT LUI FAIRE CONFIANCE

    IL EST URGENT DE METTRE FIN A L IMPUNITE AU MALI ET C EST CE QUE LE PEUPLE ATTEND CHOGUEL DONC ACCELERE
    IL FAUT S OCCUPER DE TOUS LES DETOURNEURS DE FONDS VOLEURS HYPOCRITES

    Mali : Boubou Cissé, ou l’histoire secrète de la corruption
    8 juillet 2020 Par: NORDSUD JOURNAL

    Dans le système malien, le ministre de l’économie et des finances est techniquement le chef du gouvernement, car ayant la gestion de l’argent du pays, c’est lui qui décide les priorités à financer et imprime le rythme du gouvernement.

    Quand Boubou Cissé arrivait en 2016 au ministère des finances, il trouvait dans les caisses 155 milliards, « au lieu de reconstituer, il a tout vidé », confiait ainsi à Nord sud journal un ancien haut responsable du ministère de l’économie et des finances. Depuis cette année, le nom de Boubou Cissé est cité régulièrement dans des affaires de corruption, des marchés surfacturés ou ne respectant pas les procédures normales. Le Mali est-il devenu une société privée dirigée par Boubou Cissé ? Il sert le Mali ou sa poche ? Dans cet article, nous vous proposons un panorama inédit qui brosse quelques « des grandes affaires » de corruption où le nom de l’actuel premier ministre malien, Boubou Cissé est cité.

    La Plateforme de logistique de Nionsombougou bradée pour Dubai Ports World (DP World)
    En 2018, l’Etat malien signe un contrat de concession de la plate-forme logistique de Nionsombougou de 1000 hectares pour Dubai Ports World (DP World), le troisième exploitant portuaire mondial. Cette plate-forme logistique est située le long de la route principale reliant la capitale malienne à Dakar au Sénégal, et proche de la ligne ferroviaire reliant les deux villes. La plateforme logistique de Nionsombougou aura une capacité annuelle de 4 millions de tonnes de marchandises, a indiqué DP World dans un communiqué. Cependant les procédures d’acquisition de la plate-forme logistique de Nionsombougou de 1000 hectares par DP Word posent problème et de questionnement sur la bonne foi de la partie malienne. D’abord, le ministre des finances, Boubou Cissé n’a introduit les documents de cette concession au conseil des ministres pour approbation qu’après signature du contrat. Pire ! Selon les termes du contrat, l’État malien n’aura qu’une redevance dérisoire de 5% du chiffre d’affaire et oblige l’État à effectuer un important volume de trafic sur cette plate-forme logistique. Incroyable ! A qui profite le crime ?

    L’État « achète » six parcelles de terrain à plus 6 milliards au député Hadi Niangadou
    Il y a quelques années, le député Hadi Niangadou achetait six parcelles de terrain à Gouana, dans le cercle de Kati sur lesquels des habitants se sont installés. L’État demande à Hadi Niangadou d’abandonner ces parcelles aux populations en échange d’un endommagement. Alors la société Banga Immobilière de Hadi Niangadou surévalue les parcelles et aucun gouvernement n’a accepté son offre depuis 14 ans. L’ancien premier ministre Abdoulye Idrissa Maiga a catégoriquement refusé de payer cette somme astronomique de 10 milliards FCFA pour des terrains qui auraient coûtés 12 millions FCFA au moment de l’Achat par Banga Immobilière. En août 2019, le premier ministre et ministre des finances, Boubou Cissé accepte de payer au député Hadi Niangadou plus de six milliards deux cents millions FCFA malgré les réticences de son ministre de Budget, Mme Aoua Sylla qui a émis des réserves. Qu’est ce qui a poussé Boubou Cissé à payer plus de six milliards FCFA à Hadi Niangadou alors que le Mali traverse des périodes des tensions de trésorerie alors que tous ses précédents ont refusé de payer cette somme ? Y a t-il eu un deal pour payer une somme aussi considérable pour des parcelles qui auraient coûtés 12 millions des Francs CFA il y a quelques années ?

    Un blindé « en carton » évalué en moyen à un milliards des FCFA ?

    Au mois de décembre 2019, Boubou Cissé a conduit à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis (EAU) une délégation malienne composée du ministre de la sécurité intérieur, Salif Traoré, du directeur général du Budget, Sidiki Traoré, du Directeur général adjoint de la direction de marché public, Soibou Mariko et de l’ambassadeur du Mali aux Émirats Arabes unis, Boukary Sidibé, alias Kolon. Objectif : mobiliser une première tranche du crédit octroyé à l’État malien depuis juin 2019 par les Emirats Arabes unis en appui budgétaire de 250 millions de dollars , soit 150 milliards des Francs CFA. Il s’agit bien d’un crédit remboursable sur 39 ans et non un don comme comme annoncé au tout début. Le Mali a sollicité les EAU pour le décaissement d’une partie de cet crédit au fin d’acquérir cent (100) véhicules blindés de type Typhon. Le 11 décembre 2019, Boubou Cissé rencontrait Mohamed Al Suwaidi, le directeur du fond d’Abu Dhabi, puis le 12 décembre 2019, il rencontre le vice ministre de la défense Emirati, Matar Salem Al Daheri et Cheikh Saif Zayed Al Nahyan, vice-premier ministre et ministre de l’intérieur Emirati pour leur demander le décaissement d’une première tranche du crédit pour acheter « des blindés pour équiper deux régiments d’infanterie des Fama ». Mais à quel prix ? La presse malienne parle d’un montant total de 100 milliards des Francs CFA, soit un milliard des Francs CFA par Blindé. Si l’on se réfère à des sites spécialisés du domaine militaire comme http://www.opex360.com, le prix d’un blindé de même type, que ceux dont Boubou Cissé était au cœur de la commande, est de 458 millions des Francs CFA l’unité. De ce fait, le prix de cent sera donc 45 milliards 8 cents millions francs CFA. Où est donc passée la différence de plus de 50 milliards des francs CFA ?

    Pire encore, quelques mois plutard, le fournisseur livre plusieurs blindés qui ne répondaient pas aux normes. Le général malien Drabo, responsable des matériels militaires avait officiellement dénoncé cette livraison. La presse malienne et l’Imam Mahmoud Dicko avaient même qualifié ces blindés de « blindés en carton ». nouveau scandale ! Car ce marché de 100 milliards des francs CFA était passé de gré à gré en violation des textes maliens. Nous ne sommes pas au bout de nos surprises. « Il y a deux semaines, le trésor malien a payé 40 milliards des francs CFA, de reliquat du contrat alors même qu’il n’a pas été executé à 100% », nous confie une source au trésor malien. Alors qu’au même moment sur le terrain, et après des attaques terroristes contre ces engins, commence à avoir des sérieux doutes sur l’efficacité même de ces engins. Il faut rappeler que sur le terrain, les mouvements rebelles et djihadistes préfèrent toujours utilisés des pick up 4X4 beaucoup plus légers et rapides.

    En faisant des investigations sur la société qui a bénéficié de ce marche, on decouvre d’autres surprises. En effet, STREIT Group est cité dans beaucoup des scandales de fourniture d’équipements militaires par des experts de l’ONU depuis 2016. Ils lui reprochent d’avoir violé l’embargo interdisant la vente d’armes à la Libye. Elle a aussi vendu des véhicules militaires au Soudan, rapportait le quotidien The Globe and Mail, alors que des sanctions adoptées par Ottawa empêchent tout « Canadien », même « à l’extérieur du Canada » de conclure de telles transactions.

    2.3 milliards « donnés » de gré à gré à Sinsy Coulibaly
    Décidément, la passation de gré à gré est devenu le jeu favori de Boubou Cissé et pour quelle cause ? Le chef du patronat malien, Mamadou Sinsy Coulibaly est marié à Madina Tall, une cousine du premier ministre Boubou Cissé. Le premier ministre et ministre des finances avait octroyé un marché de gré à gré de 2.3 milliards des Francs CFA à Mamadou Sinsy Coulibaly pour impression des bulletins de vote lors des élections législatives 2020. Chose étonnante encore, ce contrat n’a été validé signé et exécuté avant même sa validation en conseil des ministres, en violation des procédures. Mais visiblement, Boubou Cissé n’a rien à gagner dans le respect des procédures.

    Concession de l’aéroport de Bamako ou le parfum du gré à gré pour EGIS

    Le 15 mai dernier, le premier ministre Boubou Cissé avait convié des responsables maliens à l’ouverture des offres financières des soumissionnaires dans le cadre de la mise en concession de l’aéroport international Président Modibo Keita. A l’ouverture des plis, un seul offre, celui de la société française EGIS, associé à son frère Baba Cissé, qui n’est autre que le DG de la SGI-Mali et Mamadou Synsi Coulibaly, président du CNPM, époux de Madina Tall, la cousine de Boubou Cissé. Cette procédure est toujours en cours.

    Répondre

  4. Études
    Boubou Cissé fait ses études primaires à Bamako à l’école Mamadou Konaté, puis à l’école fondamentale de N’Tomikorobougou. Après ses études primaires, il étudie en République Fédérale d’Allemagne puis aux Émirats Arabes Unis.

    Il poursuit ses études universitaires en France, à Clermont-Ferrand en intégrant le Centre d’études et de recherches sur le développement international (CERDI, université d’Auvergne). Il obtient une maîtrise en sciences économiques, suivie d’un DEA en économie du développement. En 2004, il obtient un doctorat en sciences économiques à l’université d’Aix-Marseille1.

    Carrière professionnelle
    BOUBOU CISSE N A JAMAIS CREE D ENTREPRISES A CE QUE JE VOIS

    C EST UN PETIT UNIVERSITAIRE NEGRE DE SALON QUI N A JAMAIS PU CREER SON PROPRE EMPLOI
    IL VEUT RESTER FONCTIONNAIRE A VIE ? QU IL RETOURNE A LA BANQUE MONDIALE!!!!!

    Accueil de Boubou Cissé à Kita, le 31 août 2019
    Il commence sa carrière professionnelle en tant qu’économiste pour la Banque mondiale en 2005. En 2008, il est promu économiste principal et directeur de projet de la Division du développement humain. Il travaille ensuite au Nigeria et au Niger en tant que représentant résident de la Banque mondiale1.

  5. BONJOUR MR BLINDES CARTONS ET MARCHE GRE A GRE QUI PLUS EST MILITANT DE LA DERNIERE HEURE

    ECONOMISTE DE LA BANQUE MONDIALE DEVENU MULTI MILLIONNAIRE

    CHERCHEZ L ERREUR

    Il commence sa carrière professionnelle en tant qu’économiste pour la Banque mondiale en 2005. En 2008, il est promu économiste principal et directeur de projet de la Division du développement humain. Il travaille ensuite au Nigeria et au Niger en tant que représentant résident de la Banque mondiale1.

  6. Tu nous fatigue Maître Demba. Toi qui ne peux même pas gagner des élections communales dans ton quartier prétends gagner des présidentielles au Mali!!!! Que des foutaises et utopie!!!

    Boubou est malheureusement le symbol même de l anti-Soumi. S il a decidé de faire la paix avec la famille URD c est bien. Mais dire qu il devient immédiatement héritier de Soumi, porte étandard et espoir du parti cela serait très mal sain. Avec les milliards volé il peux acheter assez de personnes dans le BEN. Mais sa candidature sera probablement rejetée par la conférence d investiture. Et s il parvient à acheter aussi les delegués il sera rejetté par le peuple ou chassé par la rue. Mais le scenario le plus propable est son arrestation et incarcération avant les élections.

    Mamadou Igor par contre est une chance pour l URD. Et Maître Demba pourra espérer au moins à un gros ministère.

    Peuple de l URD restez unis et ne vous laissez par trompé par l antourage de Me Demba. Avec lui malheuresement l URD ne peut pas gagner les présidentielles.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here