La transition malienne face à l’épreuve du temps : Le pouvoir va-t-il étouffer les premiers signes d’usure ?

5

Lorsqu’une transition est courte, elle conserve toute sa vitalité et préserve sa cohésion pour remettre le pays sur les rails. Le pouvoir du Colonel Assimi Goïta est-il dans cette dynamique ?   

Le « pouvoir des cinq colonels » a-t-il toujours le vent en poupe, comme durant les premières semaines après le renversement du président Ibrahim Boubacar Kéita ? L’on peut en douter. Plus de deux ans après le 18 août 2020, beaucoup d’eau semble avoir coulé sous les ponts de Kati à… Koulouba.

En effet, le contexte de gouvernance dans lequel est intervenu le renversement  du régime IBK a incité les nouveaux hommes forts du pays à opter pour la « rupture ». Sans apparemment mesurer toutes les conséquences de cette interruption même dans des pratiques qui se sont installées sur plus de 30 ans de gestion des affaires publiques.
Ce qui a fait que le colonel Assimi Goïta a fini par reprendre en main son « pouvoir », en mai 2021. Non sans  gommer la force charnière constituée par Bah N’Daw-Moctar Ouane.

Cette éviction a permis aux colonels de mettre à la touche la classe politique dans la mise en place de l’appareil de gestion de la Transition. Ce schéma devrait convenir à une période transitoire courte, qui ne dépasserait pas 18 mois. Et le leader de la CODEM, Housseini Amion Guindo soulignait qu’une transition courte était dans l’intérêt même des tenants de ce pouvoir. Cela n’a pas été compris.

Et les mécontentements ont commencé à s’exprimer, notamment avec les diatribes de l’imam Mahmoud Dicko, suivies des dénonciations d’une partie du mouvement M5-RFP, pour déboucher aujourd’hui sur les attaques frontales d’un certain Adama Diarra dit Ben le Cerveau. Des prises de positions qui fragilisent le pouvoir de transition, lui administrant des fissures susceptibles d’être exploitées par de potentiels adversaires. C’est pourquoi la question se pose aujourd’hui de savoir si le pouvoir militaire peut maitriser le contrôle de l’appareil d’Etat jusqu’au terme de cette période sensible.

Et un leader de la classe politique de déplorer le week-end dernier que les soutiens du pouvoir s’effritent, au risque de s’entredéchirer. « Le pouvoir use et s’use. Et, il est souhaitable de faire en sorte qu’il y ait une union des forces vives du pays pour consolider ce pouvoir », a-t-il analysé. Non sans hésiter à conseiller une ouverture rapide aux forces sociopolitiques les plus représentatives des Maliens.

Or, l’on a l’impression que le chef de l’Etat joue à un attentisme qui est préjudiciable aux intérêts immédiats du pays, confronté à une adversité de pays précédemment partenaires historiques, comme la France.

En clair, il urge pour le chef de la Transition de poser rapidement des actes politiques significatifs pour élargir la base de la gouvernance du pays, secoué aussi  par  l’isolement  dont  il  est   victime. Cela permettra d’annihiler les velléités de déstabilisation du pouvoir, pour le sauver à travers la recherche d’un consensus conduisant aux élections.

Boubou SIDIBE/maliweb.net

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. Si par magie les problèmes du Mali peuvent finir en élargissant le Gouvernement aux Politiciens Donc cher Journaliste nos problèmes viennent alors de ces politiciens ? Politiciens ou pas si le pays brûle,il brûlera pour nous Tous! Dieu nous en garde.

  2. Il faut que le gouvernement agisse contre les traitres qui sortent du bois. L’Imam Dicko qui s’éloigne des chemins de Dieu et Ben le Cerveau doivent être punis. Il faut arrêter le laxisme et agir, agir, agir. La prison ou la mort pour ces traitres de la transition. La prison ou la mort pour les politiques voleurs. La prison ou la mort pour les journalistes menteurs.

  3. Journaliste perroquet tu peut rêver que le Mali s’effondre sous le colonel ou les cinq colonels au grand dames de tes maîtres
    Dans la vie il y’a des bats et hauts
    Et en réalité les amion guindo et autres sont tous des opportunistes vautours les Mahmoud dicko et autres ont connais leurs vrais motivations maintenant a chacun sont destin
    Que Dieu protèges et bénis le Mali et Assimi et ses partisans et toutes les idéologies libératrices du mal InchaAllah

  4. Boubou Sidibe you fail to do your homework on this report or at least show you did it. Starting with what is number one duty of transitional government? It is to safely plus quickly get governance on track so government selected by approved method may take over plus properly function. In Mali case there is security against terrorists issue that need be suitably addressed to where clear majority of Mali are able to vote in next election. Then there was corrupt governance plus presence of laws that facilitated that corruption with impunity meaning if those laws were not corrected corruption with impunity that weakened Mali militarily plus embolden terrorists with foreign assistance to try to take over Mali will continue to exist. It was found that condition was such mess that new constitution plus laws are needed.
    What Transitional Government of Mali have done is pointed out serious problems with security plus governance that need be corrected plus how best to correct them. Then in efficient steps plus stages manner pursued correcting those problems. These problems were of severity to degree they will not in needed finality be corrected in one or two years. Therefore mechanisms in place to facilitate success that we are having should stay in place as long as legally possible plus constitution plus laws must obligate them staying in place as long security plus governance serious shortcomings are not resolved.
    Under circumstance Mali exist it was impossible from onset to perceive accurate time frame needed for work to be perceived plus completed but with due diligence Transitional Government agreed to recommendation of ECOWAS plus is working toward fulfilling that agreement. Therefore we must not only look at time frame set for Transitional Government but also work it established needed to be done plus what have been done in little time planning plus work have been ongoing. In short Malian Transitional Government led by President Goita have been extraordinary. In no period over last century have Malian government did so much in so little time. Not to mention having opposition of ECOWAS, terrorists plus NATO France to overcome while it make necessary chamges. There is good cause not to rush back to governance that will facilitate lazy ass Muslim men desire to steal plus needlessly leave many would be productive citizens in poverty. President Goita government is not losing steam as it have done on other occasions it is slowing to change gear or/ plus direction.
    Now Boubou Sidibe that is light!
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  5. Ne vous inquiétez pas, la révision constitutionnelle ira jusqu’au bout du processus c’est-à-dire qu’elle sera soumise au peuple malien par referendum.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here