Place de la République : Me Baber Gano signe, enfin, son entrée !

0

Après deux tentatives infructueuses en 2007 et 2013, Me Baber Gano, Secrétaire général du Rassemblement pour le Mali (RPM), accède, enfin, à l’hémicycle.

Il est l’unique membre du gouvernement de Dr Boubou Cissé à avoir prouvé qu’il dispose bel et bien d‘une légitimité pour siéger à l’Assemblée nationale. Me Baber Gano, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est une personnalité qui n’est plus à présenter. Avocat à la Cour très connu, il a fondé un cabinet parmi les plus célèbres du pays du fait de sa rigueur professionnelle.

Plusieurs fois ministre de la République, il est actuellement le chef du département de l’Intégration africaine, après avoir été respectivement celui des Transports et celui de la Promotion des investissements. Dans le landerneau politique, il est le Secrétaire général du Rassemblement pour le Mali (RPM), la formation politique dont le Président fondateur est Ibrahim Boubacar Kéïta.

La patience, dit-on, est un chemin d’or surtout pour qui sait s’armer de patience, donc de courage. Or, du courage, ce cadre du RPM en a à revendre. La preuve : il en était à sa troisième tentative de briguer ce poste d’élu de la nation à partir de sa ville natale, Djenné. En 2007, la liste RPM (Me Baber Gano et Zakaria Mady Touré) est troisième  avec 5. 572 voix (15,84%) au 1er tour des législatives. Le duel au second tour a tourné à l’avantage de l’Union pour la République et la Démocratie (Sékou Abdoul Quadri Cissé et Habibou Sofara) au détriment de l’ADEMA-Pasj (Mahamane Santara et Mamadou Gano).

En 2013, l’alliance RPM-ADEMA-PASJ (Me Baber Gano et Kola Amadou Cissé) n’a pas réussi à battre le duo Sékou Abdoul Quadri Cissé-Habibou Sofara de l’URD.

Mars 2020. En s’alliant à l’URD, le Secrétaire général du RPM a fait preuve de réalisme. La conjugaison des efforts des deux mastodontes politiques a fini par payer. En effet, Me Gano et ses colistiers sont élus dès le 1er tour avec 14. 526 voix (55,07%) contre 4. 273 voix (16,20) pour l’ADEMA-PASJ et 3. 337 voix (12,63) pour l’Asma-CFP.

Entre la légitimité des urnes et la légalité d’un décret, le ministre de l’Intégration africaine a vite fait son choix. En dépit des critiques que l’on peut formuler contre l’alliance RPM-URD, l’acte posé par Me Baber Gano est rare sous nos cieux pour ne pas être souligné. Ils ne sont pas nombreux sur l’échiquier politique à renoncer à une carrière ministérielle pour siéger à l’Assemblée nationale. L’histoire du Mali démocratique en a enregistré deux cas. Il s’agit du Pr Dioncounda Traoré et de Tiébilé Dramé. En préférant  exercer une responsabilité tirée de sa légitimité, Me Baber Gano donne une belle leçon aux acteurs politiques maliens.

Chiaka Doumbia

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here