Rencontre entre le PARENA et le ministre Ibrahim Ikassa Maïga hier : Le Parti de Tiébilé Dramé invite les autorités à abandonner le projet d’Assises de la refondation

2

Le Parti Pour la Renaissance Nationale (PARENA) dirigé par Tiébilé Dramé, ancien ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale, a reçu, hier, mardi 12 octobre, à son siège à Bamako (Mali), la visite du Ministre de la Refondation de l’Etat, chargé des Relations avec les Institutions, Ibrahim Ikassa MAÏGA, accompagné de ses collaborateurs. Le président du Parena, Tiébilé Dramé, a saisi l’occasion de la réunion avec le ministre Maïga pour inviter les autorités de la transition à abandonner le projet d’assises de la refondation, et à se consacrer sur l’essentiel : la restauration de la légalité constitutionnelle et la lutte contre l’insécurité.

Plusieurs cadres du Parena ont pris part à cette rencontre avec le ministre Maïga. Outre, le président du parti Bélier Blanc, Tiébilé Dramé, on notait la présence des autres responsables comme Djiguiba Keïta (PPR), Sidi El Moctar Kounta, Sidi Touré et bien d’autres. Au menu de cette rencontre : les Assises nationales de la Refondation (ANR) et l’organe unique de gestion des élections.

A l’issue donc de la rencontre, le PARENA a rendu public un communiqué dans lequel il invite les autorités de la Transition à abandonner le projet d’Assises de la refondation, et à se consacrer à l’essentiel: la restauration de la légalité constitutionnelle et la lutte contre l’insécurité. « S’agissant des « Assises de la refondation », la direction du Parena a réitéré la position de notre Parti à savoir le caractère inopportun et diviseur des assises annoncées au moment où notre pays est confronté à des défis plus graves notamment l’aggravation de l’insécurité. La gravité du moment impose le rassemblement des enfants du pays pour rechercher les moyens de restaurer la sécurité et la cohésion nationale.

Le président du Parena a saisi l’occasion de la réunion avec le ministre Maïga pour inviter les autorités de la transition à abandonner le projet d’assises de la refondation, et à se consacrer sur l’essentiel : la restauration de la légalité constitutionnelle et la lutte contre l’insécurité », révèle le communiqué du PARENA. En ce qui concerne l’organe unique de gestion des élections, le Parena a recommandé au ministre Maïga de continuer le dialogue avec toutes les parties prenantes afin de trouver un consensus minimum pour la tenue d’élections crédibles.

Dans une interview accordée à la presse tout juste après la rencontre, le Ministre de la Refondation de l’Etat, chargé des Relations avec les Institutions, Ibrahim Ikassa MAÏGA, a fait savoir que le Mali est dans le tréfonds de la crise. « Nous sommes dans la démarche du consensus pour mobiliser les énergies autour du Mali. Aujourd’hui, je suis venu à l’école du PARENA, à l’école du ministre Tiébilé Dramé combattant infatigable de la démocratie d’un Mali vrai qui doit se retrouver. Lui et sa formation politique ont toujours affirmé parce qu’ayant muri profondément leur vision du Mali de ce que doit être et dans les moindres détails souvent les reformes dont nous avons besoin.

Au sortir de nos échanges, nous avons certaines vues communes, nous avons, certes, des divergences aussi dans l’approche, sinon, le Mali nous est commun…Nous sommes venus à l’écoute, personne ne fera seul le Mali, c’est tous les Maliens qui doivent le faire », a déclaré le ministre.

Selon lui, les divergences, c’est par rapport à l’opportunité de tenir les Assises Nationales de la Refondation de l’Etat. Cependant, le ministre dira qu’« Il faut qu’il y ait un cadre de concertation pour définir ensemble l’existant. Au niveau du gouvernement, nous avons pensé que les ANR donneront la parole aux Maliens ». Enfin, le ministre Maïga a précisé que les plus hautes autorités s’activent pour aller vers toutes les forces vives du pays afin d’obtenir le consensus autour des Assises Nationales de la Refondation.

Aguibou Sogodogo

 

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Monsieur le ministre Ikassa, nous croyons en vous. Ces militants infatiguable de la magecratie , nous n’avons pas besoin. Ils ont échoué lamentablement. Place à la refondation. Vive les Assises Nationales de la Refondation, quoi de plus rassembleur que de donner la parole au Peuple meurtri du Mali. Ce peuple victime de ses pseudo fils, qui l’ont pillé et livré à la mauvaise gouvernace. Nous disons vivement les ANR pour un Mali nouveau au service de son Peuple souverain. Vive la transition, Vive les ANR, Vive la fin du financement des partis politiques, Vive la fin des exonerations malpropres qui tuent notre économie. Dieu assiste le Mali et ses dignes fils.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here