Hôpital du Point G : Le Syndicat sort du silence et déballe tout

0

Le mercredi 21 septembre 2022, le comité syndical du Centre Hospitalier Point G, celui dirigé par Karim Traoré et reconnu légitimement par le bureau national du Comité syndical des travailleurs de la santé et l’Union Nationale des Travailleurs du Mali était face à la presse. Objectif : prouver sa légitimité à l’opinion nationale, se porter en faux contre la fausse information relative à un prétendu préavis de grève des travailleurs et témoigner sa bonne collaboration avec la direction respectueuse des droits des travailleurs. C’était en présence des membres d’autres comités syndicaux de la santé.

Contrairement aux fausses informations faisant état d’un arrêt de travail de quelques jours, au sein de l’hôpital du Point G, l’on peut constater de visu, le déroulement normal des activités. Comme pour dire que ce qui est relayée dans les médias et sur les réseaux sociaux est loin de la réalité.

Selon le comité syndical dirigé par M. Karim Traoré qui se réjoui de la bonne collaboration avec la direction, cette fausse nouvelle est l’une des tentatives désespérées d’un groupuscule de personnes, avec à sa tête, un certain Guida Landouré, dans le seul but de saboter les initiatives salutaires du Pr Ilo Bella Diall, DG du CHU du Point G qui se bat pour le bon fonctionnement du CHU en question.

Aux dires du comité syndical de M. Karim Traoré, approuvé par les textes avec preuve à l’appui, c’est le clan du camarade Guida Landouré qui s’est lancé depuis un certain temps dans une guerre de leadership, au détriment de l’hôpital et des usagers. « Des intoxications sont en cours pour montrer que rien ne va à l’Hôpital du Point G, alors que c’est le contraire. Le Point G est aujourd’hui, entre de bonnes mains et est bien équipé pour répondre aux besoins des usagers », se vante Fodé Sinayoko, Secrétaire aux revendications du bureau syndical.

Et Garba Traoré de s’indigner contre les manœuvres du camarade Guida Landouré et ses acolytes. « C’est une mauvaise posture qui va à l’encontre des textes qui régissent le syndicalisme. Un Centre Hospitalier Universitaire de renommée sous régionale comme le Point G ne mérité pas une guerre de leadership surtout syndicale. Qu’ils se ressaisissent », averti-t-il.

Comme dans un procès, tous les intervenants ont fustigé le clan Guida Landouré qui est mal barré. Puisque selon eux, le désordre et les guerres de personne ne servent à rien. Ils estiment que les autorités doivent s’assumer pour mettre fin aux manœuvres du camp Landouré qui exerce dans l’inégalité.

À son tour, Boubacar Konaté dit Gill a dénoncé le laxisme qui est à l’origine de ce bicéphalisme. Alors qu’il était d’après lui-même de mèche avec le camp des frondeurs, il dit regretté toute collaboration avec ces derniers dont la posture peut conduire l’Hôpital à l’abîme. Il a cependant invité le département de tutelle à s’assumer pour que finisse ce problème syndical pour de bon.

Quant à Mahamadoune Bantassi Touré, représentant le bureau national et non moins Secrétaire général du comité syndical de l’ANSSA, il trouve inadmissible deux comités syndicaux dans un seul service. Et d’interpeller les travailleurs à rester derrière le syndicat, légalement reconnu, qu’est celui de Karim Traoré.

Et Mamé Touré, Secrétaire général du comité Gabriel Touré de s’adresser aux travailleurs en ces termes : « Si le Point G part en faillite à cause des grèves inutiles, c’est votre faute. On est personnel et en même temps client de nos hôpitaux. Raison pour laquelle, nous devons tout faire pour les sauver ».

Mamé Touré trouve que contrairement aux agissements du clan Landouré, le syndicalisme doit se faire dans le respect des textes et l’intérêt des travailleurs et des services. « Prenez l’exemple sur Gabriel Touré ou la stabilité est aujourd’hui maître mot. Laisser les considérations politiques pour relever les défis », a-t-il conclu.

Adama Coulibaly

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here