La crise génitale du nouveau-né : définition et conduite à tenir

0

Quelques heures ou quelques jours après leur naissance, certains bébés peuvent vivre des transformations à même de déconcerter ou d’inquiéter les parents qui voient le phénomène pour la 1ère fois : des seins qui se gonflent, des organes génitaux qui se transforment, la peau qui se transforme etc. Bébé, qu’il soit fille ou garçon, vit ces changements, qu’on appelle la crise génitale du nouveau-né.

Pour comprendre simplement la crise génitale du nouveau-né, c’est lorsque les bébés garçons se retrouvent avec des seins et les bébés filles avec un écoulement vaginal qui peut être semblable à des règles. Fait étonnant et curieux bien sûr !

Pour les bébés de sexe féminin, cette crise génitale méconnue antérieurement par les parents, inquiète au point que certaines familles ont accusé à tort les professionnels de la santé de certaines maternités d’avoir excisé le bébé à la naissance ! En réalité, il s’agit de la crise génitale du nouveau-né de sexe féminin ! Aucun professionnel de la santé en charge des accouchements ne pratique de l’excision sur les nouveau-nés!

La crise génitale se manifeste par une augmentation de volume des seins sans être une infection : les seins deviennent comme une mandarine, rouges tuméfiés et il peut en couler un liquide blanchâtre comme du lait. C’est un phénomène hormonal qui touche les deux sexes.

La crise génitale du nouveau-né se manifeste chez le bébé fille par une augmentation du volume des grandes lèvres, la vulve devient humide et congestive. Il apparaît un petit écoulement vaginal fluide glaireux, parfois laiteux, ou comme les règles.

Chez le bébé garçon, on note une augmentation du volume transitoire de la verge, des bourses et des testicules qui régressent rapidement.

Chez le bébé fille ou garçon, on voit sur le visage des éléments qui évoquent l’acné qu’on appelle acné du bébé.

Ce sont ces transformations des organes génitaux, des seins, de la peau qu’on appelle la crise génitale du nouveau-né qui s’explique par le fait que les hormones maternelles inondent le bébé juste après la naissance.

Faut-il s’inquiéter ? Non !

Ces transformations en principe disparaissent quelques temps en observant quelques précautions. Lorsque les seins de bébé se gonflent, n’essayez pas de vider le lait qu’ils contiennent, car cela pourrait provoquer une infection, un abcès du sein. Il faudrait plutôt consulter le centre de santé le plus proche.

Les différentes transformations sont un processus normal qui ne nécessite aucun traitement. Tout rentre dans l’ordre en principe dans deux à trois semaines. Les organes de bébé reprennent l’aspect très infantile qu’ils garderont jusqu’à la veille de la puberté. Il faut consulter si les transformations se prolongent.

Depuis le Burkina Faso

Pr. Charlemagne Ouedraogo

Gynécologue Obstétricien

Ancien Ministre de la Santé

Ancien Président l’Ordre des Médecins

………………………………………………………………………………………………………………………..

Une sexualité satisfaisante est possible malgré l’âge

Dans la conception traditionnelle, la vieillesse est vue comme une période asexuée, les aînés devant renoncer à la sexualité car ayant fait ”leur temps” pendant la jeunesse. Les séniors pourtant ont aussi le droit de jouir d’une bonne sexualité.

L’entrée au 3e âge ne met pas fin à la sexualité même s’il est vrai que des changements interviennent. Le passage d’une sexualité de procréation et de devoir à une sexualité centrée plus sur le plaisir peut avoir des répercussions sur la vie intime, mais ces personnes peuvent bien jouir d’une sexualité satisfaisante malgré l’âge !

Une grande proportion des personnes âgées n’a plus de rapports sexuels, notamment les femmes. Elles se disent qu’elles ont fini avec la maternité correspondant à la ménopause, l’andropause, la diminution de la libido, les dysfonctions sexuelles, la lubrification est perturbée, voire réduite chez la femme etc.

Avec l’âge, les seniors sont confrontés à des maladies chroniques et leur traitement réduit l’intérêt sexuel. Certaines affections comme les cancers, les cardiopathies etc. ont raison sur la sexualité des personnes âgées. Il faut aussi souligner que la perte d’un conjoint et les problèmes sociaux divers peuvent submerger l’intérêt pour la sexualité.

Si chez la femme la sexualité est moins fréquente avec l’âge, chez l’homme, il est coutume de voir que celui-ci éprouve plus l’envie d’être avec des jeunes filles ou de jeunes femmes. Le commun des mortels pense que c’est une façon de se rajeunir : erreur !!!

Les hommes et les femmes âgés atteignent aussi facilement l’orgasme que les jeunes. Un examen de leur vie sexuelle montre que les aînés ont un éventail de pratiques amoureuses et ont souvent besoin d’apporter du plaisir à leur vie sexuelle.

Cependant, les hommes doivent faire attention en voulant rechercher une performance à travers le recours abusif aux aphrodisiaques qui peuvent être délétères, ce qui pourrait endommager leur santé.

La ménopause a son lot de désagréments en rapport avec la sexualité chez la femme avec la baisse des hormones. Pour cela, les femmes ménopausées pourraient utiliser des lubrifiants, elles peuvent bénéficier d’un traitement hormonal substitutif, recréer des moments à deux etc.

Il est important de savoir que la vie sexuelle ne s’arrête pas à la ménopause ni avec l’âge. L’âge n’émousse pas l’intérêt sexuel tant que la personne est en bonne santé.  Le désir peut être moins intense, mais l’orgasme est tout à fait possible même avec l’âge. Ne dit-on pas que les vieilles marmites font les bonnes sauces?

Depuis le Burkina Faso

Pr. Charlemagne Ouedraogo

Gynécologue Obstétricien

Ancien Ministre de la Santé

Ancien Président l’Ordre des Médecins

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here