Désignation des membres du Comité d’orientation stratégique: Les hamallistes revendiquent leur place

4

Les responsables de l’Association Hamawiya, Tidianiya et Mouhamediya (AHTM), avec comme slogan « Ensemble pour le nouveau Mali » étaient face à la presse le jeudi dernier, au Zawiya Ismaël Drame sis à Niaréla pour parler de la situation actuelle du pays, surtout à l’idée de leur guide spirituel, Mohamed Ould Cheicknè Hamahoula dit Bouyé au développement de son pays et à sa religion. Au cours de cette conférence de presse les organisateurs ont dénoncé la non représentation des associations musulmanes au sein du Comité d’orientation stratégique des réformes Institutionnelles et politique. Attitude qu’ils considèrent comme mépris à leur égard, ainsi que le comportement des responsables en charge du Haut conseil islamique du Mali, organe interphase entre l’Etat et les musulmans.

Dans son intervention le secrétaire général de l’AHTM, Ousmane Sanogo, a rendu un hommage mérité au Cherif de Nioro, Mohamed Bouyé Haidara pour son combat pour le développement de son pays, et surtout au service de l’islam. Mon intervention lors de cette conférence de presse porte sur deux points essentiels. Le premier point concerne les autorités de la transition. Et le second s’adresse aux membres du Haut conseil islamique du Mali qui joue le rôle d’interphase entre les membres et les autorités du pays, a introduit le débat Ousmane Sanogo. Nous disons à nos autorités d’être reconnaissantes et de se rappeler le rôle que Mohamed Mohamed Ould Cheicknè Hamahoula dit Bouyé a joué à leur égard à un moment ou beaucoup n’osaient pas parler. Mais, il l’a fait de façon ouverte avec courage et détermination. Bouyé a été le premier a vous apporter son soutien, a-t-il rappelé. Malgré son soutien, ces autorités n’ont aucun respect envers Bouyé, car ils prennent des décisions sur la vie de la nation sans le consulter, a-t-il regretté. Nous avons dénoncé cela à plusieurs reprises, mais ces pratiques continuent comme si de rien n ‘était. Nous n’accepterons jamais, a mis en garde le secrétaire général de l’AHTM, Ousmane Sanogo. Trop, c’est trop, nous arrivons aujourd’hui à un niveau qu’on ne peut pas fermer les yeux sur ces comportements des autorités de la transition. Nous sommes obligés, selon notre compréhension de défendre à toutes les circonstances les idéaux de notre guide, a-t-il répliqué. « Nous constatons l’apparition d’un nouveau fait qui a dépassé notre entendement que nous n’arrivons pas à comprendre. Après tous nos explications et nos revendication, les autorités de la transition continuent toujours à ignorer notre guide, lors de la prise de décision, malgré son engagement pour le développement du pays.  A notre grande surprise à la mise en place d’un comité d’orientation stratégique de la réforme institutionnelle et politique, notre guide Bouyé n’a été associé ni de près ou de loin pour le choix des 50 membres qui composent ce comité chargé d’élaborer l’avant-projet de la nouvelle Constitution. Aucun membre du Haut conseil islamique du Mali, ni d’autres organisations musulmane ne siège au sein de ce comité », a-t-il déploré. Quel mépris pour les musulmans de la part des autorités de la transition. Mais, nous allons leur montrer que nous sommes là pour réclamer notre part a-t-il mis en garde. Avant de déclarer « ce que vous complotez contre l’islam à travers cette réforme constitutionnelle ça ne marchera pas, nous n’allons jamais accepter ».

Nous demandons tout simplement aux autorités de la transition de revoir la composition de ce comité d’orientation stratégique de la réforme institutionnelle et politique afin de prendre en compte les préoccupations de Chérif de Nioro tout en insérant ses représentants, ainsi que ceux du Haut conseil islamique», a exigé le secrétaire général de l’AHTM. Il a mis en garde les responsables du Haut conseil islamique au cas où les autorités veulent revoir leur copie de faire énormément attention au choix de leurs représentants .

AMTouré     

 

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Le problème des maliens est antérieur à l’ islam : c’est un problème de caractères génétiques qui déterminent nos comportements , ainsi ceux qui ont une vision limitée comme Kinguiranke s’ attaquent aux domaines d’ application tels que l’ islam en oubliant que c’ est l’ acteur qui est le problème et non le domaine d’application ! Que l’ on soit croyant ou non on peut être un bon citoyen ! Être bon citoyen doit être l’ objectif des maliens hein Kinguiranke au lieu de chercher à dénigrer les gens ! Dénigrer les gens est une faiblesse , la faiblesse de ceux qui ne savent pas convaincre , c’est le côté malveillant et méchant de la rhétorique contrairement à la dialectique , cette malveillance et méchanceté que le malien pratique hypocritement et qui dénature l’ islam par exemple !!!!!

  2. Le monde quelque soit les tendances va vers une dérive autocratique : chacun veut la suprematie au détriment du dialogue que l’ on soit croyant ou non !

    • Lastus notre pays est entre les mains de Koufa (Wahabia), Aghaly (Wahabia), Haidara Nioro du Sahel (Hamalliste), Haidara Bankoni (Suni/Khadria), Imam Dicko (Wahabia) Chouala Dravela (Shia) et Souffi Bilal (Soufi). Chacun sans honneur, sans dignite et sans vertu lutte pour sa part du gateau-Mali et c’est ca la verite!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here