Mali : retour au calme à Bamako après une folle journée

3

La ville de Bamako retrouve sa sérénité vingt-quatre heures après la mutinerie des militaires du camp Soundjata Kéïta de Kati, qui a conduit  à la démission forcée du président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta.

-Maliweb.net- Tout est redevenu normal comme si rien n’était! Réouverture  des activités commerciales, circulation fluide et régulée par la police et  la  population vaque de nouveau à ses occupations quotidiennes. La ville de Bamako retrouve son calme et sa sérénité au lendemain de la démission forcée du président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta. Toutefois, on note la fermeture de toutes les  banques, des services publics et quelques commerces par peur des vandales.

Une accalmie qui contraste avec les scènes de pillage et de désolation de la veille.  Profitant de la mutinerie des militaires,  des jeunes se sont adonnés aux saccages des biens des édifices  publics et privés. Ce sont les cas de l’ancienne Primature, des Stations d’Essences, du bureau et du domicile du désormais ancien ministre de la Justice et des Gardes des Sceaux, Maître Kassoum Tapo pour ne citer que ceux-ci.

Rappel du déroulement  des évènements du mardi 18 août

Vers 8H : une mutinerie éclate au camp Soundiata Kéïta de Kati (Ndlr là où le coup d’Etat de 2012 est parti). Des militaires excédés défoncent les portes de la poudrière (magasin d’armes) et se servent des armes. Après des coups de feu en l’air, des colonnes de véhicules de militaires prennent  la direction de la ville de Bamako située à quelques kilomètres.Les mutins procèdent à l’arrestation de tout le commandement militaire.

Vers 9H – Des personnalités politiques de premier plan  comme le Président de l’Assemblée Nationale, Moussa Timbiné, le Ministre de l’Économie et des Finances, M. Abdoulaye Daffé ont été arrêtées.  Au même moment, les forces prennent position à la cité administrative et interdit l’accès à la population. Le personnel est contraint de quitter les lieux.

10H : les services publics, les institutions de la République, les banques, les Institutions financières et plusieurs stations-services ferment à Bamako. La circulation s’embouteille, les travailleurs cherchent à rentrer à la maison.

12H : Des milliers de manifestants investissent le Boulevard de l’Indépendance à Bamako pour disent-ils célébrer leur victoire. Des commerçants ferment leurs magasins par peur des vandales. Certains regagnent les manifestants et d’autres rentrent simplement à la maison.

13H : On annonce l’arrestation des Généraux Ibrahima Dahirou Dembélé, ministre de la Défense et  M’Bemba Moussa Keïta, Ministre de la Sécurité  et de la Protection Civile et plusieurs autres hauts gradés de l’armée par les militaires

14H : certains bâtiments publics et privés sont incendiés et les biens emportés par des manifestants en colère. Une foule nombreuse se dirige vers la résidence privée du président de la République, l’Etat Ibrahim Boubacar Keïta à Sébénikoro. Le bâtiment était encore protégé par la garde présidentielle.

16H : le Gouvernement, à travers le cabinet du Premier Ministre, publie un communiqué dans lequel il demande aux mutins de « faire taire les armes » et prône l’ouverture d’un dialogue.

17H : On annonce l’arrestation du Président de la République, son Premier ministre, Dr Boubou Cissé, le Directeur de la Sécurité d’Etat, le Général Moussa Diawara et conduits par les mutins  au Camp Soundiata Keïta à Kati. Le Convoi composé de plusieurs 4X4 et encadré par les forces de sécurité traverse la ville de Bamako. Il s’ensuit le pillage du domicile de son fils, Karim Kéïta.

00 H : le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta annonce à la télévision nationale (ORTM1) sa démission et dissout dans la foulée le gouvernement et le parlement.

2 H : le Colonel-major Ismaël Wagué (porte-parole des mutins) annonce à la télévision nationale la création du Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP). Il appelle à la mise en place d’une transition civile.

Abdrahamane SISSOKO/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

    • TU ES ABSOLUMENT IMBECILE POUR APPLAUDIR UN COUP D’ETAT!
      YOU ARE NOTHING BUT A STUPID AND A FUCKED PERSON!!!

      • FILS D’IMBECILES. BOUA LE VENTRU LE NULLARD L’INCOMPETANT ET LE CON EST PARTI, MERCI A DIEU POU UN MALI NOUVEAU ET DEBRASSES DE BOUA LE VENRU IBK ET SON REGIME DE CORROMPUS, DE FAINEANT, DE SUFACTUREURS ET GROS VOLEURS DU DENIER PUBLIQUE SANS EDUCATION FAMILIALE ET SANS HONNEUR ET DIGNITE. DEMANDES A TA MERE QUI EST VERITABLEMENT TON PERE? BRAVO SADIO CAMARA POUR TON PATRIOTISME DE NOUS AVOIR DEBARASSE DE BOUA LE VENTRU IBK UN GROS VOLEUR FAINEANT.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here