Face aux nombreuses et multiples violations graves des statuts et règlement de la femafoot depuis le 29 aout 2019 par le comite exécutif de la Femafoot : Le football malien se retrouve de nouveau encore au Tribunal Arbitral du Sport(TAS)

0

Après la grave crise aigue qui avait secoué le football malien du 10 janvier 2015 au 19 juin 2019, le monde footballistique n’avait imaginé que la crise allait faire son retour de nouveau en si peu de temps. Et pour cause le nouveau comité exécutif mis en place le 29 août 2019 et dirigé par Bavieux Touré s’est distingué par des violations graves de plusieurs articles jugés attentatoires pour la bonne marche du football malien par certains membres de la fédération malienne de football regroupés au sein d’un Collectif.il s’agit de l’article 25 en ses alinéas 1, 2 et 3 ; l’article 38 du règlement d’application des statuts en ces dispositions transitoires ; l’article 76 ; l’article 86 en ses alinéas 1, 2, 3, 4, 5, 6 et 7 ; l’article 87 en ses alinéas 1, 2, 3, 4 et 5 ; l’article 88 en ses alinéas 1, 2, 3, 4, 5 et 6 ; l’article 89 en ses alinéas 1, 2, 3, 4, 5, 6 et 7 ; l’article 90 en ses alinéas 1, 2, 3 et 4 ; l’article 91 en ses alinéas 1, 2, 3 et 4 ; l’article 92 en ses alinéas 1, 2 et 3.     

En effet après la fin tumultueuse du mandat de Boubacar Baba Diarra le 8 octobre 2017, un comité de normalisation avait été mis en place par la FIFA en janvier 2018. Du coup un nouveau processus fut engagé qui a aboutit à l’obtention des nouveaux statuts et règlement de la fédération et adoptés par l’Assemblée générale de la FEMAFOOT le 19 juin 2019 au stade du 26 mars.  Dans ces nouveaux statuts, on note plusieurs changements notoires par rapport aux statuts de 2011.Après l’élection du président et les 15 membres du comité exécutif de la fédération malienne de football, il ressort de ces nouveaux statuts que certaines commissions au nombre de six(06) appelées indépendantes et Juridictionnelles sont soumises au vote. Il s’agit de la commission d’Audit et de Conformité, de la Commission Electorale, de la Commission d’Appel des Elections, de la Commission centrale de Discipline, de la Commission centrale d’Ethique et de la Commission centrale de Recours. Aussi il ressort de la création de la ligue nationale du football professionnel(LNFP) et de la ligue nationale du football féminin(LNFF). Si le comité de normalisation a pu mettre en place un comité exécutif, il revenait à ce dernier d’organiser l’élection des membres des six commissions dites indépendante et juridictionnelle avec le même quorum qui a permis l’élection du président et les 15 membres du comité exécutif comme stipule l’article 38 du règlement d’application des statuts en ces dispositions transitoires. Mais hélas le calcul électoraliste des membres du nouveau comité exécutif élu le 29 août 2019 a pris le dessus sur l’application stricte des statuts au profit de leurs seuls et uniques intérêts. Notons  que n’eut été la trahison de deux délégués de la ligue de Gao, l’actuel comité exécutif ne serait jamais aux affaires.  Ainsi tous les articles jugés défavorables au comité exécutif sont systématiques violés à ciel ouvert et d’autres sont mis dans la poubelle. Du coup le football national se gère comme bon semble le comité exécutif qui se croit certainement tout permis. Parmi ces articles qui leur sont défavorables on note l’article 25 en ses alinéas 1, 2 et 3 ; stipule l’article 38 du règlement d’application des statuts en ces dispositions transitoires ; l’article 76 ; l’article 86 en ses alinéas 1, 2, 3, 4, 5, 6 et 7 ; l’article 87 en ses alinéas 1, 2, 3, 4 et 5 ; l’article 88 en ses alinéas 1, 2, 3, 4, 5 et 6 ; l’article 89 en ses alinéas 1, 2, 3, 4, 5, 6 et 7 ; l’article 90 en ses alinéas 1, 2, 3 et 4 ; l’article 91 en ses alinéas 1, 2, 3 et 4 ; l’article 92 en ses alinéas 1, 2 et 3. Face à ses nombreuses et multiples violations des statuts par le comité exécutif jusqu’en faire une mode de gestion, le Collectif des ligues et clubs majoritaires de la fédération malienne de football  n’a cessé de protester contre de ce qu’il appelle des dérives dangereuses pour le football malien. C’est dans cet ordre d’idée que cinq recours ont été déposés devant la commission de recours qui a refusé de trancher en violation flagrante de son propre article 92.2 stipulé dans les statuts. Après des démarches infructueuses auprès du département des sports et de certaines bonnes volontés, les responsables du Collectif ont décidé de saisir le Tribunal arbitral du sport. Ce qui a été fait les 10 et 11 novembre dernier. Il reviendra maintenant au TAS de déclarer la recevabilité ou nom de la saisine. Si la plainte du Collectif est déclarée recevable, le football malien est de nouveau parti vers une nouvelle crise aigue dont personne ne mesure les conséquences qui seront certainement désastreuses. Selon nos informations proches du dossier du Collectif, les plaignants  exigent l’annulation de la saison 2019-2020, la mise en place des six commissions conformément au quorum de 2019 conformément à l’article 38 du règlement d’application des dispositions transitoires des statuts de la fédération malienne de football, l’Audit des fonds de la saison 2019-2020. En attendant le comité exécutif continue de crier sur tous les toits du pays qu’il n’y a aucun problème. Au même moment, il nous revient que certains membres influents du comité exécutif se rendent nuitamment chez certains responsables sportifs pour demander aux responsables du Collectif de ne pas saisir le TAS mais sans succès.

Affaire à suivre donc…

Saïd

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here