Corps de la paix : 40 nouveaux volontaires ont prêté serment

0
3

Ils serviront dans les secteurs de l’agriculture, l’éducation, la gestion des petites et moyennes entreprises, la santé, la sécurité alimentaire, l’eau et l’assainissement.

De nouveaux volontaires américains du Corps de la paix viennent d’entrer en service dans notre pays. Ils sont au nombre de 40. Ils ont prêté serment vendredi au cours d’une cérémonie présidée par l’ambassadeur des Etats-Unis dans notre pays, Mary Beth Leonard. La cérémonie s’est déroulée en la résidence de la diplomate au Quartier du Fleuve. C’était en présence de quatre ministres : Tiémoko Sangaré (Environnement et Assainissement), Mohamed El Moctar (Artisanat et Tourisme), Harouna Cissé (Développement social, Solidarité et Personnes âgées), Modibo Kadjoké (Emploi et Formation professionnelle). Ces nouveaux volontaires ont été formés dans les domaines de l’éducation, de la santé, de l’environnement, des petites et moyennes entreprises et dans les langues nationales. Ils vont servir dans la région de Kayes, Koulikoro, Sikasso et Ségou avec les associations villageoises et dans les centres de santé communautaire.

Ainsi, pendant deux ans ils apporteront leur assistance technique à ces communautés à la base, renforceront leur capacités, et feront comprendre la culture malienne aux Américains et vice-versa. Les volontaires travailleront dans les secteurs de l’agriculture, l’éducation, la gestion des petites et moyennes entreprises, la santé, la sécurité alimentaire, l’eau et l’assainissement. Les volontaires, a souligné le directeur de la formation du Corps de la paix Bocar Bocoum, apportent à notre pays leur énergie, leur intérêt pour les autres cultures et leur désir d’aider les communautés. Ils s’engagent pour une durée de deux ans au cours desquels ils identifieront les ressources et les stratégies nécessaires au développement des communautés.

Depuis la création du Corps de la paix plus de 200 000 Américains ont servi en tant que volontaires dans 136 pays à travers le monde, dont plus de 3.000 à travers notre pays, a indiqué Mary Beth Leonard Pour le représentant du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Sékouba Cissé, cette prestation de serment constitue une manifestation éloquente de la qualité des relations d’amitié et de coopération qu’entretiennent notre pays et les Etats-Unis depuis les premières heures de l’Indépendance. « Qu’il s’agisse des multiples programmes de l’Agence américaine de développement international (USAID), de la coopération dans le cadre du Millenium Challenge Account (MCA), de la lutte contre le paludisme et le Vih-Sida, de la sécurité politique et alimentaire, notre pays demeure un partenaire privilégié des Etats-Unis d’Amérique », a relevé, Sékouba Cissé. « Le travail remarquable accompli bénévolement par des milliers de volontaires américains dans notre pays contribue à créer une formidable chaîne de solidarité, d’amitié et à améliorer le cadre de vie des populations », a-t-il poursuivi. Au nom de leurs collègues trois nouveaux volontaires ont livré des messages de soutien au raffermissement des relations entre notre pays et les Etats-Unis en langues nationales kassonké, malinké et bambara, avant de s’engager à bien accomplir leur mission.

Rappelons que l’idée de créer le Corps de la paix a été présentée par l’ancien président américain, John Kennedy le 14 octobre 1960 à l’Université de Michigan. Il avait alors demandé aux étudiants de consacrer deux ans de leur vie à aider les populations des pays en voie de développement. Depuis, des milliers d’Américains ont répondu à l’appel du service et actuellement 9000 volontaires servent dans 70 pays à travers le monde. C’est en avril 1971 que le Corps de la paix a signé un accord avec le gouvernement du Mali facilitant l’arrivée des premiers volontaires dans notre pays. Actuellement, 153 volontaires servent chez nous. A ceux-ci viennent s’ajouter les 40 nouveaux. Le Corps de la paix s’est fixé 3 objectifs : fournir une assistance technique aux pays qui en ont besoin, aider les ressortissants du pays d’accueil, promouvoir une meilleure compréhension entre les peuples.

 

Sidi Yaya Wagué

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.