Mali : élections : convocation du collège électoral en mai prochain : Le ministre Moussa Sinko Coulibaly : « Le délai du 31 juillet reste raisonnable »

3
Moussa Sinko Coulibaly, ministre de l'Administration de la décentralisation et de l'aménagement du territoire
Moussa Sinko Coulibaly, ministre de l’Administration de la décentralisation et de l’aménagement du territoire

Le délai du 31 juillet annoncé par le président de la république par intérim pour organiser des élections au Mali est tenable, a confié hier jeudi lors d’une conférence de presse le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de l’Aménagement du territoire, le colonel Moussa Sinko Coulibaly.
Répondant à un journaliste sur la question, le ministre a dit que la loi électorale et la constitution définissent les délais et les intervalles pour les différents scrutins et qu’au moment où nous sommes, le délai peut encore être respecté. Le ministre Coulibaly a ainsi fait une simulation en confiant aux journalistes que le temps peut encore permettre au gouvernement, pour respecter le délai du 31 juillet, convoquer le collège électoral le au mois de mai et organiser le premier tour de la présidentielle le premier dimanche de juillet (ce qui correspond au 7 juillet).
Au temps opportun, on le sait, il reviendra au gouvernement de d’annoncer les différentes dates à l’issue d’un conseil des ministres.
Pour la tenue des élections, ”tout va très bien car le cadre de concertations avec les partis politiques et la société civile malienne ainsi que les partenaires techniques et financiers a permis de tracer la ligne qui va nous conduire aux élections”, a précisé le colonel Coulibaly.
Le président de la république par intérim du Mali, Dioncounda Traoré, a récemment a déclaré que les élections vont se tenir avant fin juillet et pour le colonel Coulibaly, ”malgré les contraintes, nos prévisions nous permettent de dire que ce délai est raisonnable”.
” La question du fichier électoral est définitivement réglée, car la carte NINA (Numéro d’identification nationale) et la carte d’électeur, seront produites à partir du RAVEC (le recensement administratif à vocation d’état civil)”, a ajouté le ministre. Evoquant le budget des futures échéances électorales, le ministre Coulibaly a indiqué : ”Si nous arrivons à conduire toutes les activités prévues et à mettre en place toutes les améliorations techniques que nous voulons, il faut chiffrer le coût des élections à 60 milliards de francs CFA”.
Le ministre de la décentralisation a cependant poursuivi que ”en fonction des priorités choisies et du délai, nous pouvons organiser les élections avec la moitié du budget”.
Source : Ministère de l’Administration Territoriale, de la décentralisation et de l’aménagement du territoire (pour Maliweb.net)

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. la sécurité du mali n’est pas une priorité pour ces gens, c’est pas des patriotes et leurs soucis à ce jour c’est préserver les interets d’une minorité.

  2. Tu n’as pas honte hein?Mais tes parents doivent l’etre quand meme,s’ils ne sont pas malhonnetent comme toi…Combien de millions l’Etat malien a consacré à ta formation de l’EMIA à l’école militaire de Saint Syr? Un “officier” qui apprend tout sur la guerre et qui,au moment ou son pays est est occupé à 2/3,préfère se branler dans un bureau à bamako.Combien d’officiers étrangers sont sur le front? Combien de soldats y ont laissé leur vie? Tu n’est pas un Coulibaly digne,mais un “Nyamadén” qui ignore l’honneur et le devoir 😈 😈 😈

Comments are closed.