Table ronde de l’ADPS sur la crise du Nord : Les Forces vives récusent le Médiateur

14 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

C’est l’un des engagements pris par les forces vives de notre pays au cours de la table-ronde initiée par l’Alliance des démocrates patriotes pour la sortie de crise (ADPS). C’était samedi dernier à l’hôtel Laïco Amitié.

Soumana Sacko

La réunion a réuni des représentants des différents regroupements nés au lendemain du coup d’Etat du 22 mars dernier et des représentants des organisations faîtières de la société civile. Les travaux ont été sanctionnés par un Manifeste pour la Nation qui se veut une première tentative d’harmonisation des vues sur des thématiques aussi vitales que la médiation du Burkina Faso, le calendrier des élections générales, le processus de réconciliation intra et intercommunautaire à organiser une fois le Nord libéré et le refus de tout marché de dupes et de toute impunité pour les leaders des mouvements rebelles et intégristes.

A l’ouverture de la rencontre, le Président de l’ADPS, le Dr Soumana Sako, a justifié la tenue de ces assises: «la présente table-ronde ne prétend aucunement se substituer au processus plus large devant aboutir à la tenue, au moment opportun et sous certaines conditions, du grand rendez-vous national que doivent être les Concertations nationales ou, mieux, le Congrès Extraordinaire du Peuple malien, pour la convocation duquel l’ADPS  a lancé un appel solennel dès le 5 avril 2012».

Il a précisé qu’elle résultait des rencontres bilatérales que l’ADPS a eues avec la quasi‑totalité des regroupements politiques et bon nombre d’organisations de la société civile. Le Dr Sako a aussi salué les appuis que certains pays veulent apporter au nôtre.

Cependant, Zoumana Sako a fait une véritable diatribe en déclarant que le peuple malien n’accepterait pas que le Nord serve de dépotoir déchets terroristes toxiques étrangers. «Tout comme il n’acceptera pas le marché de dupes consistant à chasser les terroristes étrangers pour simultanément livrer les deux tiers de notre pays à des séparatistes dépourvus de toute légitimité. Pour nous, la menace sécessionniste est tout aussi inacceptable et périlleuse que le terrorisme. La lutte contre le crime transfrontalier ne saurait servir de prétexte pour remettre en selle des forces séparatistes. De même, le peuple malien condamne avec la dernière rigueur le langage défaitiste de certains milieux onusiens».

Avant de marteler qu’au lieu de mobiliser la communauté internationale pour la restauration rapide de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du Mali, «ils font plutôt le jeu des groupes terroristes et séparatistes et servent les intérêts de certaines puissances désireuses de vassaliser l’Etat malien. S’ils cherchent une solution durable et sans risque à la crise du Nord, M. Ban Ki Moon et ses conseillers feraient mieux de s’atteler à la démocratisation du Qatar et à desserrer l’emprise de généraux corrompus et manipulateurs sur le gouvernement et le peuple algériens».

La table-ronde a pris fin par 4 engagements solennels du peuple malien. Il s’agit de rejeter la Plateforme politique d’autonomie du MNLA, car il ne s’agit que d’une déclaration déguisée d’indépendance, sur fond de racisme, par une minorité non élue, menée par des dignitaires d’une République qu’ils ont trahie et des déserteurs de l’Armée nationale dont le sort doit être réglé par le Code de justice militaire.

Les signataires s’engagent également à refuser toute proposition visant à organiser des élections avant la libération totale des régions du Nord et le retour de l’administration et de l’armée malienne et à refuser  toute négociation et tout dialogue avec le MNLA et Ançardine, qui sont des mouvements tribalistes, esclavagistes, terroristes, intégristes  et racistes, qui ont fait alliance avec AQMI, le MUJAO et des narcotrafiquants.

Pour les Forces Vives, ils ne sont pas représentatifs des Touaregs du Nord du Mali et ces Touaregs eux-mêmes sont minoritaires au sein des populations du Nord. Enfin, elles se sont engagées à récuser le médiateur de la CEDEAO, en la personne de Son Excellence Blaise Compaoré, Président du Burkina Faso, et à recadrer les termes de référence du médiateur.

Youssouf Diallo

 

 
SOURCE:  du   3 déc 2012.    

14 Réactions à Table ronde de l’ADPS sur la crise du Nord : Les Forces vives récusent le Médiateur

  1. Dr ANASSER AG RHISSA

    SANS IMPUNITÉ ET POUR PLUS D’ÉQUITÉ ET DE REPRÉSENTATIVITÉ,TOUTES LES COMMUNAUTÉS DU NORD MALI ET TOUTES CELLES DU MALI N’ACCEPTANT PAS LE TERRORISME ET ACCEPTANT L’ENGAGEMENT RESPONSABLE, DOIVENT ÊTRE REPRÉSENTÉES, LORS DES NÉGOCIATIONS ET DES CONCERTATIONS NATIONALES, POUR ÉVITER LA GUERRE ENTRE MALIENS NON TERRORISTES ET POUR CRÉER UN MALI PAISIBLE, UNI ET RÉCONCILIÉ.

    Bonjour,
    Il ressort de l’interview, sur RFI, de Bilal Ag Acherif, Responsable du MNLA, que le MNLA représente tous les Touaregs et toutes les communautés du Nord Mali.

    Ce qui n’est pas vrai, en effet ces populations et ces communautés du Nord Mali, qui vivaient paisiblement avant l’embrasement commencé par le MNLA dans ces régions, ne se reconnaissent pas toutes dans ce groupe et n’approuvent pas toutes ce qu’il fait.

    C’est le cas de la majorité des Touaregs, dont des milliers ont désertés le Nord Mali et sont exilés dans les pays voisins ou se sont retrouvés dans les autres régions du Mali, souvent, en abandonnant leurs activités d’origine.

    Ceux qui sont restés dans les brousses et dans les zones rurales du Nord Mali sont perdus, par manque de moyens et à cause de l’insécurité, en ne sachant que faire.

    Ceux qui ont été à l’origine de cette situation, le MNLA et Ansar Dine, ne peuvent pas continuer à croire qu’ils représentent ces communautés qu’ils ont contribuées à disperser et à instrumentaliser par leurs actions.

    Le MNLA et Ansar Dine peuvent négocier avec le Mali en leurs noms propres et non aux noms de tous les Touaregs et de toutes les communautés du Nord Mali.

    C’EST POURQUOI, POUR PLUS D’ÉQUITÉ ET DE REPRÉSENTATIVITÉ,TOUTES LES COMMUNAUTÉS DU NORD MALI ET TOUTES LES COMMUNAUTÉS MALIENNES N’ACCEPTANT PAS LE TERRORISME ET ACCEPTANT L’ENGAGEMENT RESPONSABLE, DOIVENT ÊTRE REPRÉSENTÉES LORS DES NÉGOCIATIONS ET DES CONCERTATIONS NATIONALES.

    Cet engagement responsable consiste à accepter des principes (refus du terrorisme, non impunité, respect des droits de l’homme et coexistence pacifique) et des conditions (pour les groupes armés (MNLA, Ansar Dine, Gandakoye, …): dépôt des armes, intégrité territoriale du Mali et laïcité).

    Tout en refusant l’impunité, comme toutes les communautés Maliennes, les groupes armés (MNLA, Ansar Dine, Gandakoye, …) peuvent tirer PLUSIEURS AVANTAGES DES NÉGOCIATIONS, comme je l’ai proposé dans ma solution de sortie durable de la crise et dans ma lettre ouverte adressée en ligne au Président du Mali et aux Maliens, tels que :

    - l’implication dans la gestion de la décentralisation,
    - le développement durable et équitable du Mali, en particulier des régions du Nord avec possibilité au début de discrimination positive pour ces dernières,
    - l’intégration (économique, sociale, …) équitable de toutes les communautés Maliennes n’acceptant pas le terrorisme et acceptant le socle unificateur, en particulier celles vivant au Nord Mali.
    - une justice sociale et des lois républicaines qui s’appliquent à tous.
    - la paix et la sécurité durables pour tous,
    - l’unité et la réconciliation nationale,
    - éviter la guerre entre Maliens non terroristes,
    - constituer un front uni et solidaire contre le terrorisme.

    SANS L’IMPUNITÉ, IL Y A D’ÉNORMES AVANTAGES, POUR TOUTES LES COMMUNAUTÉS MALIENNES, EN PARTICULIER CELLES DU NORD MALI, A PARTICIPER AUX NÉGOCIATIONS POUR ÉVITER LA GUERRE ENTRE MALIENS NON TERRORISTES ET POUR CRÉER UN MALI PAISIBLE, UNI ET RÉCONCILIÉ.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC et Gouvernance
    E-mail: Webanassane@yahoo.

  2. nieleny SOW

    Enfin les Malien commence a ce retrouver, que cela continu pour le bonheur du peuple.ennemi n°1 mnla n°2 mnla n°3 mnla.

  3. Joe880

    Blaise,Holande et Mnla ne sont pas très à plaindre. C’est CMD qui veut cacher la vérité au peuple du Mali. Mnla, Mnla, Mnla, Mnla…. On en a assez vraiment. Si la France, l’Algérie,la Mauritanie et le Burkina nous prennent pour des imbéciles, il doit pas y aller de même pour CMD. On ne nous forcera pas à négocier avec le diable. C’est le Mnla l’ennemi public numéro un du Mali.

  4. Vision2013

    « Tout comme il n’acceptera pas le marché de dupes consistant à chasser les terroristes étrangers pour simultanément livrer les deux tiers de notre pays à des séparatistes dépourvus de toute légitimité.  » dit Zou
    Jai dit exactement la meme chose en en mars 2012 et Zou le dit en decembre 2012. Cest ca le probleme que nous avons… nos leaders ne voyent pas du tout ce qui se passe a temps. Il n’ya pas d’autre raison que le MNLA (qui consiste aux mercenaires et qui collabore avec des terroristes tout bord) existe si ce n’est pas pour servir d’instrument de recolonisation. Les deux conditions qui pourraient legitimiser le MNLA n’existent pas: il n’a ni representativite ni pied au nord. Et l’occident continue d’imposer le MNLA aux peuple malien …de negocier…quelle honte! Je pense que la France va devoir negocier avec les Corses et l’Espagne avec les Basques au lieu de les condamner et les extrader entre eux.

  5. bajust

    Une conciliation méme partiale vaut toujours mieux que la guerre. Je voudrais que ceux qui prônent la guerre nous disent un peu comment ils veulent s’y prendre pour protéger les faibles, les plus démunis. La majeur partie des maliens aspirent à la paix.On ne peut construire dans la violence. Que ceux qui veulent rien que la guerre partent tout de suite au nord au lieu de rester dans des salons climés pour divertir des gens. Si vous ne pouvez pas maintenant pardonner, quelle garantie pouvez vous donner aux maliens que vous saurez aller à la reconciliation après cette guerre que vous prônez tant.
    J’encourage le gouvernement malien à poursuivre dans son élan de dialogue. C’est la voie de la sagesse. J’encourage le MNLA et Ançardine à poursuivre les négociations car tout le peuple malien qui y gagne. Un burkinabè qui aime ce pays.

  6. Dr ANASSER AG RHISSA

    Bonjour,
    Merci Goby de votre commentaire qui ne prend pas en compte le contenu de ma contribution.

    J’ai été clair. J’ai bien dit que Blaise Compaoré a été PARTIAL (sans souci d’équité ou de justice) en sauvant le chef du MNLA (même s’il dit que c’est sous l’aspect humanitaire qu’il l’a fait) et en ne prenant pas position par rapport aux populations du Nord qui ont souffert, et qui souffrent toujours, de ce que le MNLA a fait (crimes et exactions).

    Par rapport au rôle de médiation de la CEDEAO dans la crise Malienne, j’ai dit que Blaise Compaoré a démarré depuis un certain temps ces négociations, qui vont prendre un rythme plus soutenu maintenant et comme il ne reste plus beaucoup de temps à couvrir par la transition, IL EST JUDICIEUX de le laisser continuer au risque de perdre un temps énorme alors que les populations Maliennes continuent à souffrir de la crise.

    Le gouvernement de transition du Mali a accepté de négocier et est présentement représenté à Ouagadougou.

    L’équipe représentant le Mali se rendra vite compte de la partialité ou de l’impartialité de cette négociation dès que toutes les parties prenantes seront ensemble.

    Attendons donc de voir avant d’arrêter le processus actuel de négociation à travers la médiation de Blaise Compaoré.

    Goby, ce n’est pas une question d’intelligence, des uns par rapport aux autres, que de prendre position à contre courant de l’ADPS sur ce point.

    La quasi-totalité du monde (le gouvernement Malien, une partie non négligeable des Maliens, la CEDEAO, l’UA, l’ONU, les partenaires) attend ces négociations, on verra très vite les premiers résultats, attendons-les.

    A vouloir tout changer ou tout refuser, le Mali risque de repartir dans une spirale d’instabilité et de divisions qui ne fera qu’empirer la situation, qui est déjà critique.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC et Gouvernance
    E-mail : Webanassane@yahoo.com

  7. Sachez bien Mr Ag que les maliens ont decider depuis fort lgtemps de changer cet homme qui faits tout autre que la mediation .
    Mr Ag etes -vous beaucoup plus intelligent de ceux la qui l’ont  » RECUSER  » ? .
    Mr Ag , vous m’avez l’aire de quelqu’un qui est plutot , ou plutot veut agir en toute partialite sans qu’on le sache , comme si pret dans votre intervention suivant le dit article .
    Blaise Compore , votre ministre disait il ya qlque jours ou certains temps ceci : » nous n’ecoutons pas ce que disent la population ou du moins le comportement ( le feeling )en notre egard . »
    Mais pourtant cette population doit etre la mieux ecoutee . Il s’agit de Mr Bassole qui m’a l’aire d’un intelligent mais plutot GANGRAINE sous legide d’un regime militaire qui surtout tends en ss fin , un homme a l’immage intellectuel GRILLE .
    Changer ce negociateur , ce businessman et amener un NEUTRE , c’est a dire un non ressortissant d’ouest .

  8. Ag rihissa , qu’ est vous voulez dire , continuer avec cette mediocritique mediation , faites vous la difference entre un mediateur et un negotiateur ? ou du moins un businessman Mr AG ?
    Please , les bon maliens n’ont plus besoins de cette negotion de la part de l’homme de zignara .

  9. Dr ANASSER AG RHISSA

    Bonjour,
    J’ai lu le souhait de l’ADPS (Alliance des Démocrates Patriotes pour la Sortie de crise) de trouver les conditions idoines pour créer l’unité, de pensée et d’action, la plus large possible pour sortir de la crise au Mali.

    Je partage deux points : le REJET de la plateforme du MNLA et le REJET d’organiser des élections avant la libération totale du Nord Mali.

    Concernant les deux autres points (refuser toute négociation et dialogue, avec le MNLA et Ansar Dine, et récuser le médiateur de la CEDEAO, Blaise Compaoré), il y a PLUS D’AVANTAGES A LES ACCEPTER (en continuant la négociation avec le MNLA et Ansar Dine avec la médiation de Blaise Compaoré) QU’A LES REFUSER comme le propose l’ADPS.

    La priorité, comme vous le savez tous, est la restauration de l’intégrité territoriale et de l’unité.

    Mais, de quelle façon ? EN METTANT EN ŒUVRE QUELLE (S) SOLUTION (S) ?

    INCONVÉNIENTS DE NE PAS RECOURIR AUX NÉGOCIATIONS ET DE CHANGER DE MÉDIATEUR

    Si un autre médiateur remplace Blaise Compaoré, un temps énorme s’écoulera avant d’avoir les premiers résultats. En plus, ce changement divisera les Maliens car certains ne voudront pas qu’il ait lieu, ce qui va encore empirer la crise.

    Faire la guerre contre les groupes, MNLA et Ansar Dine, et ensuite négocier contribuera à la spirale de violence et d’insécurité et risque d’empêcher la réconciliation nationale et la restauration de l’unité.

    Ce qui rendra difficile la coexistence pacifique entre les différentes communautés, même si elles ont l’habitude de vivre ensemble.

    AVANTAGES DE LA NÉGOCIATION SANS CHANGER DE MÉDIATEUR DE LA CEDEAO

    L’acceptation de la négociation doit permettre à tous les Maliens de s’entendre sur une sortie durable de la crise.

    Pour autant, l’impunité, doit-elle être acceptée ? NON. Ceci sera nouveau par rapport aux accords liés aux rebellions passées.

    L’acuité de la crise au Mali et les souffrances qu’elle induit sur les populations exigent d’aller vite pour abréger ces souffrances.

    Comme le médiateur de la CEDEAO pour la crise Malienne, Blaise Compaoré, connait déjà le dossier et venant juste de convoquer une réunion entre le Mali et les groupes armés, MNLA et Ansar Dine, pour les préliminaires de la négociation, s’il continue la médiation, il obtiendra les premiers résultats rapidement.

    Si la médiation se fait de façon partiale, les Maliens auront le temps de le dénoncer dès les premières rencontres entre les parties prenantes pour la négociation.

    Pour le moment, le MNLA et Ansar Dine ont fait savoir qu’ils veulent négocier : Attendons de voir.

    Le Mali, à travers sa commission aux négociations, doit se préparer pour les négociations en apprêtant son socle unificateur (principes et conditions à satisfaire pour négocier).

    Avant d’envisager la guerre, aux conséquences imprévisibles sur le Mali, la sous-région et le monde, les Maliens ont intérêt à se concerter et à négocier pour une sortie durable de la crise et pour trouver le juste équilibre qui leur permettra de vivre ensemble en garantissant une quiétude, une paix, une sécurité et une unité durables.

    Quoi qu’il en soit la guerre contre le terrorisme se produira un jour et vaut mieux être un front uni.

    Les Maliens doivent à travers les négociations s’entendre pour restaurer l’intégrité du Mali.

    Accepter la tenue de ces négociations peut sauver des vies. Elles doivent, donc, être le passage obligé avant de faire la guerre.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC et Gouvernance

  10. Monsieur , on au serieux , arretez de faire des BOUTADES .

  11. Alinot , c’est de la realite pure votre intervention , l’homme doit avoir un objectif , le but , le but qui doit en decouler des resultats disent positif .Merci Alinot T.

  12. Koumba Sacko

    Nous disons et l’avions toujours dit que le complot contre le Mali est 1complot inimaginable de part les pays et les personnes impliquées et que des maliens et maliennes fiers honnêtes aimants leur Mali piqueront 1crise de colère de rage ou 1crise cardiaque le jour où ils auront connaissance de ces noms

    Nous disons grâce à DIEU Le Tout Puissant Le Tout Miséricordieux le « puzzle malien » se dévoile progressivement et continuera à se dévoiler ainsi tout le monde entier saura les pays sous régionaux d’Europe d’Arabie et les personnes à l’intérieur et à l’extérieur du Mali impliqués

    Nous disons et nous l’avions toujours dit que les commanditaires et maîtres sous régionaux d’Europe et d’Arabie de ces « ramassis de voyous » ou « enfants ingrats égoïstes paresseux impénitents assistés permanents du Mali » vont user de toutes les astuces et malices sataniques pour faire avorter toute intervention militaire visant à faire passer de vie à trépas leurs bras armés

    Nous disons et l’avions toujours dit que cette guerre de reconquête des zones occupées est avant tout 1problème du peuple malien et de son armée

    Nous disons et l’avions toujours dit qu’aucun militaire étranger ne viendra se faire tuer pour 1cause qui n’est pas sienne l’exemple tout récent de Goma en RDC est là pour le confirmer

    Nous demandons à DIEU Le Tout Puissant Le Tout Miséricordieux d’Etendre Sa Protection sur le Mali et son armée aux fins

    1)d’expédier au plus vite en Enfer leur Paradis tous ces Suppôts de Satan Satan fait humains adeptes et fidèles de Dajal ou l’Antéchrist de criminels de narcotrafiquants de bandits sans foi ni loi voleurs violeurs tueurs sur des bases raciales et tribales ou « enfants ingrats égoïstes paresseux impénitents assistés permanents du Mali » d’Ansar Eddine Mujao et MNLA et consorts

    2)que le Mali retrouve la paix l’unité

    3)d’établir 1liste électorale crédible acceptée par tous les partis

    4)d’organiser des élections libres transparents crédibles démocratiques dans 1Mali unifié non bâclées non truquées des démocraties bananières ou des tropiques dont si friands ces soit disant faux démocrates de lettrés politiques mutants africains usurpateurs sans vergogne du titre « d’intellectuels » encouragés en cela par leurs soit disant amis les «Autres » qui avec mépris disent que l’Africain n’est par mûr pour la vraie démocratie et qu’il est mieux de faire des élections bâclées truquées mêmes si le pays est divisé déchiré que de ne pas en faire

    Nous disons ainsi le Mali démocratique unifié dirigé par des maliens et maliennes fiers honnêtes reconnaissants et aimants leur Mali

    1)le Mali sorte victorieux de cette compétition mondiale où tous les coups sont permis sans états d’âmes pour la défense des intérêts des peuples par les gouvernants et où il n’y a pas de place pour les faibles les pleurnichards les sentimentaux

    2)le Mali soit au vrai rendez-vous du donner et du recevoir et non du recevoir exclusif dont si friands les lettrés mutants africains politiques sociétés civiles Hommes en armes et religieux usurpateurs sans vergogne du titre « d’intellectuels »

  13. alino T

    Ouf encore ouf et j’espère que tous les maliens ne s’accordent pas sur ce point de vue .Car comme dirait l’autre ce n’est qu’un coup d’épée dans l’eau.Il faut être réaliste; le mali ou du moins ce qui reste du mali ne pèse plus sur l’échiquier national encore moins international ; pas d’armée, bagarre de Chiffonnier entre politicien de tout bord, bagarre entre militaire , bagarre entre policier, bagarre larvée même entre mouvement musulmans,bagarre entre femmes de militaires, images insolite et idiote en live servi aux yeux du monde par le lynchage du président (oh mon dieu) . Avec toutes ces bêtises (excusez moi le terme)servies comment voulez vous qu’on vous écoute et qu’on vous suive dans vos contradictions internes inutiles et voire nuisibles. Les vraie ennemis du mali se trouvent au mali sud, ce n’est ni le médiateur qui a son objectif , ni les rebelles de tous bord qui ont leur objectifs , ni Aqmi qui a ses objectifs ,ni le Mujao qui a ses objectifs ni même Ansardine qui a ses objectifs, ni Le Niger , la mauritanie, l’Algérie qui ont leur objectifs, mais c’est le reste du mali qui n’a aucun objectif constructif jusque l’à .Prière vous entendre avant d’accuser les autres.Et avec cette manière de procéder , on finira ( communauté international )par vous oublier comme en Somalie………Prions Dieu qu’il n’y est pas d’autres crises dans d’autres pays plus censés on oubliera ce qui RESTE du Mali dans ces propres contradictions. C’est normal quand une nation ne sait pas ce qu’elle veut les autres le font et on continue ……..Domage pour le peuple malien que j’aime bien.Il est grand temps de se réveiller ……

  14. Kassin

    Proposition d’un Plan de financement de la guerre du nord du Mali pour mettre fin aux hésitations de l’Onu et récupérer vite les régions sous occupation islamistes.

    *******************************************
    1. Investissements: coûts estimés 3 milliards de dollars sur une année.
    *******************************************

    a) Trois bataillons de légions étrangères de 4000 hommes (russes, ukrainiens, français, tchadiens, nigérians et sud africains) appuyés par les hommes de Gamou et Ould Meidou et des milices Gandaïzo et Gandakoï.

    Ils seront en première ligne de l’assaut terrestre sur 4 fronts simultanés après deux semaines de bombardements intensifs et ciblés hors populations civiles.

    b) Dix à vingt sorties de drones américains par jour pendent quatre semaines sur toutes les régions du nord et sur des objectifs ciblés.

    L’objectif étant de réduire de 40 à 60% le potentiel militaire des islamistes.

    c) Formation du reste de l’armée malienne (hors unités Gamou et Meidou) pour tenir les villes libérées car il ne faut surtout pas compter sur eux pour faire des combats victorieux au nord.

    d) Commandement américain, nigérian et sud africain des opérations militaires terrestres en harmonie et en intelligence avec les opérations aériennes russes, ukrainiennes et américaines.

    e) Logistique française, européenne, américaine, chinoise et russe.

    ********************************************
    2. Financement des 3 milliards de dollars sur 50 ans.
    ********************************************

    a) participation russe et sud africaine: une mine d’or pour les deux pays.

    b) participation américaine: un bail de 50 ans renouvelable par tacite reconduction du camp d’amachach de Tessalit pour une base militaire de l’armée américaine assortie d’aide américaine de 500 millions de dollars annuels pour le développement des régions nord du Mali.

    Aussi les blocs sédimentaires offerts à l’Eni (Italie) et à Sonatrach (Algérie) pour l’exploration et l’exploitation du pétrole au nord du Mali seront désormais attribués à Exon (USA) moyennant indemnisation dans les conditions prévues aux contrats.

    c) participation chinoise: un bail de 30 ans pour la mise en valeur et l’exploitation de 50000 hectares de terres irrigables à l’Office du Niger.

    d) participation française: contrat d’exploitation de l’uranium de Faléa à Areva et attribution d’un contrat d’exploration et d’exploitation de pétrole à Total au nord.

    e) participation nigérienne: contrat d’exclusivité pour l’approvisionnement du Mali en pétrole et en produits pétroliers hors pétrole extrait éventuellement au Mali.

    f) participation ukrainienne: contrats d’armement et de formation en exclusivité dans des domaines de compétence à définir avec elle dans l’intérêt de la restructuration de l’armée malienne sur 10 ans .

    g) participation tchadienne: une prime de 300 millions de dollars avancée par la Chine au Tchad sous forme de prêt accordé au Mali sur 20 ans.

    h) participation européenne: prêt au Mali remboursable sur 40 ans.