Crise politique au Mali : -Assimi Goïta démet le Président Bah N’Daw et le Premier ministre Moctar Ouane – La communauté internationale exige la « libération immédiate et sans conditions des autorités gardées dans les casernes » – Goodluck Jonath

18

Quelques minutes après l’annonce du nouveau gouvernement, le lundi 24 mai 2021, le Président de la Transition, Bah N’Daw, le Premier ministre, Moctar Ouane, ainsi que certains de leurs collaborateurs ont été arrêtés et conduits au camp militaire de Kati.

Dans un communiqué rendu public, hier, mardi 25 mai 2021, le vice-président de la transition, colonel Assimi GOITA, a fait savoir que le gouvernement dirigé par Moctar OUANE s’est montré «incapable ». « Dans les démarches de constitution d’un nouveau gouvernement, le premier ministre nouvellement reconduit a établi une liste de gouvernement en accord avec le président de la Transition sans concertation avec le vice-président…

Le vice-président de la transition s’est vu dans l’obligation d’agir pour préserver la charte de transition et défendre la république en vue de placer hors de leurs prérogatives le Président et son premier ministre ainsi que toutes les personnes impliquées dans la situation », révèle le communiqué du vice-président Assimi Goïta. Indignée par cette situation, la communauté internationale exige la « libération immédiate et sans conditions des autorités gardées dans les casernes ». Pour une sortie de crise, le Médiateur de la CEDEAO, Goodluck E. Jonathan, ancien président de la République Fédérale du Nigéria, est arrivé, hier, à Bamako.

La rumeur qui circulait le vendredi 21 mai 2021 par rapport à l’arrestation du président de la Transition, Bah N’Daw, a fini par être une réalité le lundi 24 mai 2021. Pour preuve, quelques minutes après l’annonce du nouveau gouvernement, le lundi 24 mai 2021, le Président de la Transition, Bah N’Daw, le Premier ministre, Moctar Ouane, ainsi que certains de leurs collaborateurs ont été arrêtés et conduits au camp militaire de Kati. Dans ce nouveau gouvernement de 25 membres, deux membres de la junte n’ont pas été reconduits. Il s’agit de Colonel Sadio Camara qui s’occupait du ministère de la défense et des anciens combattants et de Colonel Modibo Koné qui était ministre de la sécurité. Le communiqué rendu public, hier, mardi 25 mai 2021, par le vice-président, Assimi Goïta, l’ex- chef de la junte, a fini par confirmer le « coup de force » au Mali. Dans ce communiqué, le colonel Assimi Goïta indique que suite à une crise de plusieurs mois au plan national prenant en compte des grèves et manifestations diverses des acteurs sociaux et politiques, le gouvernement dirigé par Moctar OUANE, s’est montré incapable de constituer un interlocuteur fiable, susceptible de mobiliser la confiance des partenaires sociaux. « Dans la foulée et de façon unilatérale, le président de la transition a accepté la démission du gouvernement et reconduit immédiatement le premier ministre avec pour mandat d’aller à la formation d’un nouveau gouvernement. La conséquence a été une consternation générale marquée par la persistance des grèves de l’Union nationale des Travailleurs du Mali (UNTM), dont l’issue est finalement une grève illimitée », indique le communiqué. Selon le vice-président, cet état de fait constitue une véritable asphyxie de l’économie malienne. Aux dires de Assimi GOÏTA, dans les démarches de constitution d’un nouveau gouvernement, le premier ministre nouvellement reconduit a établi une liste de gouvernement en accord avec le président de la Transition sans concertation avec le vice-président en charge des prérogatives qui lui sont conférées par la charte à savoir, la Défense et la Sécurité. Pour la junte, une telle démarche témoigne d’une volonté manifeste du président de la transition et du premier ministre d’aller vers une violation de la charte de transition, contrairement au serment prêté lors de son investiture le 25 septembre 2020. «Nonobstant les interpellations et négociations diverses engagées par le vice-président auprès des chefs d’Etat de la sous-région et de certaines chancelleries présentes au Mali en vue d’amener le Président de la transition et le premier ministre à respecter les prescriptions de la charte de transition, ceux-ci sont restés persistants dans leur posture. Ainsi, de par le serment prêté en même temps que le président de la transition et tenu par l’engagement patriotique pris devant le peuple malien ainsi que devant les forces de défense et de sécurité, le vice-président de la transition s’est vu dans l’obligation d’agir pour préserver la charte de transition et défendre la république en vue de placer hors de leurs prérogatives le Président et son premier ministre ainsi que toutes les personnes impliquées dans la situation », révèle le communiqué du vice-président de la Transition. Par ailleurs, le Vice-Président de la Transition invite les populations à vaquer librement à leurs occupations et les rassure de l’engagement indéfectible des Forces armées de défense et de sécurité à préserver l’intérêt supérieur du Peuple malien, conformément à l’esprit et à la lettre de la Charte de transition. Au demeurant, le Vice-président de la Transition tient à préciser que le processus de Transition suit son cours normal et que les élections prévues se tiendront courant 2022.

Il ne fallait pas ce « coup d’Etat » au Mali pour courroucer la communauté internationale. Dans un Communiqué conjoint sur la situation au Mali rendu public, le 24 mai 2021, le Comité local de suivi de la transition, composé de la CEDEAO, de l’Union Africaine et de la MINUSMA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali), avec des membres de la communauté internationale, y compris la France, les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Union européenne, exprime sa profonde préoccupation face à la situation au Mali marquée par l’arrestation du Président de la transition, du Premier ministre et de certains de leurs collaborateurs. « Ils condamnent fermement la tentative de coup de force survenue à la suite de la publication du décret portant nomination des membres du gouvernement par le Président de la transition sur proposition du Premier ministre. Ils exigent la libération immédiate et inconditionnelle de ces autorités et soulignent que les éléments militaires qui les détiennent seront tenus personnellement responsables de leur sécurité. Ils réaffirment leur ferme soutien aux autorités de la transition et demandent que la transition reprenne son cours pour se conclure dans les délais prévus. La communauté internationale rejette par avance tout acte imposé par la contrainte, y compris des démissions forcées », révèle le communiqué conjoint de la communauté internationale.

Pour une sortie de crise, le Médiateur de la CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) sur la crise malienne, Goodluck E. Jonathan, ancien président de la République Fédérale du Nigéria, est arrivé, hier, mardi 25 mai 202, dans la capitale malienne (Bamako). Dans son programme, il doit rencontrer les militaires qui ont procédé à des arrestations, la société civile et la classe politique malienne.

Dans la même veine, le conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU) se réunit en urgence, ce mercredi 27 mai 2021 à 15 heures pour se pencher sur la situation malienne, selon une source onusienne.

Aguibou Sogodogo

Commentaires via Facebook :

18 COMMENTAIRES

  1. J’ai été particulièrement surpris d’une discussion animée par mes enfants et leurs Amis sur l’insolite situation créée par leurs pères, de la situation inextricable sans honneur du Mali, des 2 coups d’Etat, de l’instabilité dans la quelle le pays se trouve et de l’incertitude d’un lendemain incertain. Comme le dirait l’autre, <> , au vue de cette génération Internet, la solution résiderait dans le retour de la légalité en passant par le pardon, l’amnistie et le retour de IBK pour la gestion de la transition en se disant que la voie suivie pour sa destitution n’était pas orthodoxe et que la suite nous a laissé sur notre faim. Suite qui se traduirait par une descente aux enfers du Mali, notre patrimoine commun hélas…Avec l’accompagnement de la communauté Internationale et une feuille de route, l’espoir serait permis et surtout qu’on fasse rase de nos égos. Telle serait la réaction de nos enfants qui ont plus souci de la case commune que leurs va en guerre de pères qui réfléchiraient plus avec le cœur que la tête…

    • Il faut dire a tes enfants que si on ramenait Boua le ventu IBK l’enfant maudit de Sebenikoro alors il y aura un troisieme COUP D’ETAT!

  2. Santé
    “Par leurs irresponsabilités, ils ont décrédibilisé le Mali.
    Notre image n’était pas luisante, voilà qu’elle est pour longtemps sabordée.
    Tout doit être fait pour arrêter ces fauteurs de trouble et leur mettre à la disposition de la justice pour haute trahison.”

    ABSOLUMENT !!!

    Et ce, LE PLUS VITE POSSIBLE même si le mal est hélas déjà fait, car ce minable apprenti putschiste à deux balles, avec son débile “coup d’état dans le coup d’état”, a DÉJÀ donné du Mali l’image même d’un des tout derniers PAYS-BANANIERS-IMMATURES du 21ÈME SIÈCLE !!!😭😭😭😭😭😭😭

    Et au 21eme siècle, quand on réussit l’exploit de s’attirer ce type “d’étiquette” aux yeux du monde et de la communauté internationale, c’est malheureusement pour très longtemps…😭😭😭😭😭😭😭

  3. Je ne comprends pas comment un troubadour de la sorte de GOITA peut continuer à mettre la vie de la nation en jeu. S’il connait arrêter, depuis combien de temps les maliens cherchent à arrêter IYAD AG ALHY et KOUFFA.
    Si GOITA est un bon militaire, qu’il parte à Kidal arrêter les membres de la CMA qui refusent l’entrée de l’armée malienne sur Kidal. Comment un militaire peut fuir le combat pour venir être un piètre politicien à Bamako et laisser la défense du territoire malien aux mains des autres armées etrangères. Quelle honte pour ce pauvre monsieur et ses cliques! Pourquoi, s’attachent-t-ils à rester dans le frais à Bamako alors que le Mali perd chaque jour son territoire. A la fin, ce sont les maliens dans leur majorité qui vont demander à Iyad et Kouffa de venir à Koulouba et à Kati pour régler le compte de ses colonels fuyards de combats.

  4. Ces jeunes gens qui font le militaire de pacotille à Bamako en se prenant pour des Rambos confondent le spectacle et la gestion d’un pays.
    Ils ressemblent à des abrutis qui s’amusent à singer les heros de cinéma.
    Le Mali, comme d’habitude, n’a pas su tirer les leçons du premier coup d’Etat de Aya Sanogo et sa clique de va-nu-pied.
    Tout l’arsenal militaire est concentré à Kati sans raison. Les autorités auraient dû songer à repartir sur differente Zone les forces militaires.
    Voilà que de petits soldats qui devraient être au front et faire le travail pour lequel ils sont formés et payés depuis des années, se réfugient à Bamako et crée le trouble dans le pays.
    Au moment où le monde sort doucement d’une crise sanitaire qui a bouleversé tous les pays, ces militaires irresponsables, au mépris de tout bon sens, exposent le Mali à un risque d’isolement.
    A chaque fois qu’il y a une confusion au sommet de l’Etat, les djihadistes en profitent pour grignoter le territoire. Mais de cela, ces militaires farfelus avec leurs galons fantaisistes s’en fichent.
    Par leurs irresponsabilités, ils ont décrédibilisé le Mali.
    Notre image n’était pas luisante, voilà qu’elle est pour longtemps sabordée.
    Tout doit être fait pour arrêter ces fauteurs de trouble et leur mettre à la disposition de la justice pour haute trahison.

  5. Ces jeunes colonels ont oublié le fait que leurs salaires viennent de l’aide publique extérieure.
    Ils doivent arrêter de rêver.

  6. 1- Règlement de comptes sur fond machiavélique de Bah Daou et Moctar Ouane : ils ont trahi les colonnels en nommant des généraux ! Dans quel but ? Ce qui est sûr c’est la zizanie et l’ amorce d’ une bombe dans l’ armée !
    2- Malgré leur conflit les deux camps ont déçu par rapport aux aspirations patriotiques : lutte contre la délinquance financière et la corruption qui sévissent au Mali depuis mars 1991 !
    Assimi en admettant que vous avez raison sur Bah Daou et Moctar Ouane qu’ en est -il pour la lutte contre la délinquance financière et la corruption qui datent depuis mars 1991 et les copines circulant en V8 avec argent par ci par là ? Le peuple est déçu , des deux côtés le mal est infini !

  7. Ni Ba Ndaw ni Assimi ne s’en fichent du sort du Mali en réalité! Je n’ai absolument aucune confiance a ces officiers colonels! Dès que le vieux Ba NDAW et Assimi ont accepté de prendre le salaire royal d’ IBK (respectivement 150 million et 100 million par mois) cela montraient a suffisance que ces deux n’ont reellement a foutre avec le sort des maliens dont la majorité n’a pas plus de 15000 f par mois (pour manger a sa faim)! On ne peut pas ÊTRE des choses a la fois …une chose et son contraire…. c’est impossible d’être UN PATRIOTE SOUCIER DE SON PEUPLE (ex., Magufuli, Kagame etc..) ET UN CUPIDE QUI TREMBLE A LA VUE DES MILLIONS! Aujourd’hui c’est Dieu qui a tranché entre eux…EUX qui ont tous vendu les pauvres populations pour leur intérêt personnel ( la folie acharnée a l’enrichissement personnel et rapide) …. s’ils croient que les maliens ne voient pas leur mouvement et petits jeux financiers ils se trompent mal… tout est connu ….

    Si Assimi et sa bande des colonels étaient de vrais patriotes pourquoi les criminels du régime IBK qui ont pillé des milliers de milliards et qui ont tué des maliens se promènent librement sous leur nez!!!? Pourquoi il n y a pas eu une seule reforme concrète depuis 9 mois qu’ils sont a la tête du pays !? C’est encore les maliens naïfs qui continuent a croire a ces colonels ou a espérer quelque chose de patriotique d’eux ….moi jamais! Moi je crois plutôt qu’ils ne sont rien d’autre que des marionnettes des puissants ( Diawara, Karim etc.. ) du défunt régime d’ IBK…. des colonels incapables de remettre le pays sur rail depuis 9 mois …tout simplement a cause de leur amour d’argent et des privilèges.

    Vraiment il faut rire quand on entend certains maliens dire que c’est dans le soucis patriotique de “sauver le Mali de la trahison de Ba Ndaw et Ouane”…la France …la Russie etc.. pititi patata que les colonels on retiré le pouvoir … quelle naïveté et quelle confusion dans l’esprit des maliens….. pourquoi pas simplement se poser la question de savoir que faisaient les colonels pendant les 9 mois…s’ils ont pu réaliser une seule reforme…s’ils ont jamais jugé un seul criminel…. s’ils ont pu réduire l’insecurite dans nos zones urbaines et sur nos axes de voyage …s’ils ont pu imposer la moindre règle contre l’incivisme chronique qui sévit a Bamako! ????

    Cependant, les options pour ces colonels ne sont pas multiples, vu qu’ils ont trahi eux aussi le peuple en prenant en otage sa révolution patriotique et surtout en trainant dans la boue ses aspirations au VRAI CHANGEMENT depuis 9 mois…tout simplement pour leur amour inégalé du pouvoir…. ils sont obligés le scenario de remettre Ba Ndaw a son poste et celui-ci sera obligé par la “communauté Internationale” d’accepter …..! Quant a OUANE lui prendra sa retraite.

    Les colonels qui ont frustré leur peuple qui s’attendait depuis de mois a des actes proportionnels a ceux des SANKARA …MAGUFULI, KAGAME , RAWLINGS etc… ne peuvent pas du coup convaincre et prétendre sauver le Mali…. les maliens les plus sensés savent que ces colonels se soucient beaucoup plus de leurs postes et leur V8, JUSQU’À PREUVE DU CONTRAIRE!

    Ils parlent de l’élection en 2022 comme cela est un acte positif …..au contraire …c’est la mère de tous les problemes a venir…les maliens savent a qui ils veulent passer/vendre le pouvoir!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Ce n’est pas parce que les maliens ne veulent plus de la France au Mali qu’ils accepteront tout de même a la tête du pays des gens qui ne se soucis qu’a leur intérêt personnel.

  8. Il faut une solution à l’Ivoirienne, c’est à dire une intervention de la force onusienne pour libérer le pays des griffes de ses propres militaires et envoyer Aya et sa clique à la CPI. Je suis désolé mais je ne vois pas une autre issu. Imaginez le fonctionnement d’un pays avec une constitution et une charte de la transition ou encore un président nommé par un vice président. Nous sommes dans le flou total et nous serons toujours floués tant que ce flou existe.

  9. Pays de m…. dirigé depuis tjrs par des gens de m….
    Militaires de pacotilles de m….qui tentes de briller devant des civils….mais courent comme des gazelles devant 3 barbus de m…
    Rien de change et rien de changera
    Le Mali est la risée du monde

  10. LE PAYS VA PRENDRE LA BONNE ROUTE A PRESENT, TANT PIS POUR LES PESSIMISTES CAR LE MALI SE RELEVERA MEME S’IL NOUS FAUT MARCHER SUR LA TETE DE CERTAINS QUI SONT RECONNUS COMME ENNEMIS DE LA REPUBLIQUE.

    • Non bankassien 2 la Charte n’a pas valeur de Constitution, c’est pas correct comme realite, nous ne savons meme pas qui a vote ou pas vote pour valider cette Charte! Su sais que depuis 9 mois le Mali n’a pas recupere 1 cm carre de son territoire national des terroristes alors que l’insecurite croit tous les jours alors on doit se poser la question a quoi servent le Ministres de la Defense (Camara) et celui de la Securite (Kone)?

  11. Le colonel sans mérite Assimi Goïta et sa bande d’incapables n’ont aucune autorité pour décharger de leurs prérogatives le président et le Premier ministre de transition.

    Cette bande de colonels sans mérite se mêlent de quoi? !
    Dans quel pays les militaires se mêlent de la constitution d’un gouvernement? !
    Dans quel pays les militaires se mêlent des problèmes syndicat? !

    Ce qu’ils racontent n’est qu’un prétexte pour tirer les ficelles en leur faveur. Ces colonels sans mérite avaient déjà planifié cet énième coup d’état. Ils ne veulent pas des élections encore moins sortir de la Transition.

    Il s’agit d’une violation pure et simple de la constitution de notre pays.
    Ce sont des bandes voyous qui se permettent tout par la seule force des armes.
    Ces colonels sans mérite ne tiendront jamais les élections!

    L’armée n’est pas au dessus de la république.

    • CELA VEUT DIRE QUE VOUS IGNORER DE TOUT A PROPOS DE LA CHARTE QUI AUJOURD’HUI A LA MEME VALEUR QUE LA CONSTITUTION. SI LES AUTORITES DESIGNEES PAR LES MILITAIRES NE PEUVENT PAS RESPECTER LEUR SERMENT ILS DOIVENT ETRE DEBARQUES ET C’EST CE QUI A ETE FAIT.
      ON DORT TRANSQUILLE
      TU PARLE DE COLONEL SANS MERITE, VA APPRENDRE SUR LA VIE DU JEUNE COLONEL IL FAUT MIEUX QU’UN PAQUET DE GENERAUX QUE TON PAYS A TOUJOURS PAYES A DES MILLIONS ET ILS ONT VOLES VOS MILLIARDS SANS QUE CE PAUVRE PEUPLE Y COMPRIS TOI NE DAIGNE LEVER LE DOIGT POUR EXIGER QUOI QUE CE SOIT

      • Peux tu nous dire le chapitre de la charte de la transition qui dit que le vice président doit dégager les autorités si ces dernières ne respectent pas la charte? Pas de spéculation. Je veux juste que tu me cites la partie de la charte qui dit cela.

  12. Vous savez notre pays est pourri, le malien lambda ne cherche que son propre intérêt et n’a aucun souci du prochain sauf sa poche et uniquement sa poche. Ce scénario s’est reproduit au Burkina Faso en 2015 avec Dienderé, comme un seul homme ils ont résolu ce problème sans aucune ingérence de la CEDEAO. Le M5 est déjà d’accord avec les militaires car on leur a proposé le poste de 1er ministre selon Kaou Djim, donc on ira nulle part avec ces problèmes d’intérêt c’est dommage. Le malien est devenu alimentaire sans aucune dignité c’est dommage

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here