Alassane Dramane Ouattara : Le pyromane récidiviste de la Cedeao

3

Pour rafraîchir la mémoire de nos lecteurs sur l’acharnement du président de la République de Côte-d’Ivoire contre le Mali, la rédaction du journal « L’ALERTE » a décidé de publier un article du journal de ‘’Le Prétoire’’ en date du lundi 9 juillet 2012.  Rongé par la haine contre les militaires maliens depuis 2012, le vieux mourant d’Abidjan voulait refaire surface lors du sommet extraordinaire de la Cedeao   tenu à Accra le 30 mai 2021 sur la situation politique du Mali. L’homme aux mains tachées de sang n’a autre objectif que de pousser l’organisation sous régionale d’aller au-delà d’une suspension symbolique du Mali.  Mais rien venant de ce monsieur ne doit surprendre les maliens après son projet d’embargo contre le Mali suite au coup d’Etat du 22 mars 2012 contre ATT. Nous vous proposons cet article signé par Nouhoum DICKO.

                                                            

« République de Côte d’Ivoire dans le fracas des armes, dans les larmes et la douleur des familles endeuillées par sa boulimie du pouvoir.

Il voulut contraindre l’organisation sous régionale à intervenir pour chasser son rival du pouvoir pour s’y installer même si c’était au prix d’un bain de sang effroyable. Goodluck Jonathan, présidant la Cedeao, à l’époque des faits, sous l’emprise de la modération, avait brandi l’utilisation de la force légitime sans jamais y recourir. Il privilégiait les sanctions qui d’ailleurs avaient commencé à porter leurs fruits L’impatience de grimper au sommet de la plus haute fonction de l’Etat de Côte d’Ivoire et la crainte de voir cette échéance s’éloigner avait créé chez Alassane Dramane Ouattara (ADO) un complexe terrible du vainqueur floué et rien ne devait s’opposer à ce qui était son objectif ultime, la Présidence. La fin justifiant les moyens, il lança ses troupes à l’assaut des villes et de la grande capitale Abidjan. L’appui de Sarko et de ses diplomates ont amené la communauté internationale à lui prêter main forte au prix de 3000 morts, pas tous trépassés sous les balles du camp Gbagbo.

On n’oublia de dire que la lutte pour le pouvoir avait été engagée par lui en 2002 et visait à rompre l’ordre constitutionnel en Côte D’Ivoire. Il échoua. Mais le pays fut divisé en deux pendant 1 décennie, puis fut réunifié par la glaive et le plomb des rebelles.

De victime expiatoire de l’ivoirite, ADO se transforma en vainqueur implacable de la démocratie du Bazooka.

Alors qu’un décompte impartial des voix lors de la crise post-électorale aurait pu être une solution sans morts inutiles, Ado s’arcbouta sur une posture de date butoir et d’ultimatum donnés au camp au pouvoir pour déguerpir, sachant bien que les ultimatums empêchent les belligérants de faire du recul sous peine d’être traité de lâche par leurs partisans et d’être la risée du monde.

Il voulait casser du Gbagbo à tout prix et détruire son infrastructure politique et militaire comme Bush l’a fait à Saddam.

Parvenu au pouvoir avec les rebelles qui pourtant s’étaient rendus coupables du déclenchement d’une guerre civile atroce et parvenu à la tête de la Cedeao, ADO, adopta une posture hostile aux intérêts du peuple du Mali qu’il mît sous embargo en agitant la diplomatie des dates butoirs contre la junte du capitaine Sanogo. Or ce peuple avait accueilli sa Mère nourricière et ses sœurs une décennie durant dans un élan de compassion et d’hospitalité. Lorsque le Mali fut frappé à son tour par la calamité de la rébellion et de la lutte pour le pouvoir, il prit fait et cause pour le sortant ATT et ses partisans. Il manœuvra l’institution sous régionale pour casser la réussite d’un putsch salvateur qui avait mis fin au régime corrompu de ATT.

Ce qu’ADO et ses collègues craignaient par-dessus tout est que l’onde de choc de ce coup de force ne se propage à grande vitesse dans la sous-région et ne serve de cas d’école pour d’autres forces hostiles à leur gouvernement. Il veut casser à tout prix l’expérience malienne qui détruirait sur son passage les pseudos démocraties en gestation dans la région et donnerait un mode d’emploi à ses propres militaires selon son analyse de la situation. Il fut soutenu par le Guinéen Alpha Condé, qui avait réchappé à un scénario a la malienne tandis que la Guinée Bissau succombait à son tour a la rupture violente de l’ordre constitutionnel établi.

Les changements violents de l’ordre constitutionnel sont rarement le fruit du hasard, ils sont la résultante d’une gestion calamiteuse du pouvoir.

ADO est Président d’un pays dans lequel le rétablissement de l’ordre constitutionnel est loin d’être conforme aux standards internationaux. En 2002, la rébellion dont certains disaient qu’il était le parrain, s’est soulevée contre l’ordre constitutionnel et a semé les ingrédients de la guerre civile dont ADO fut à la fois le sherpa et l’héritier.

La quête de la démocratie ne peut être une permission de tuer des êtres humains pour arriver au pouvoir. Or c’est ce qui se passa chez ADO et c’est au nom de cette démocratie qu’il veut instaurer un ordre impérial au Mali sous le joug de la Cedeao sans se préoccuper des souffrances du peuple malien. Il veut exporter au Mali la graine de la violence absurde pour régler un problème dans l’urgence alors que toutes les voies de recours ne sont pas épuisées. Si une guerre éclate par sa folie meurtrière entre le Nord et le Sud par le fait de la Cédeao, ce sera fini du Mali comme Etat viable.

Qui dit qu’ADO ne va pas renier ses convictions et s’aligner derrière le Mnla si tel est l’intérêt des grandes puissances qui financent la reconstruction de l’économie ivoirienne ? C’est un technocrate froid, qui n’a pas d’Etat d’âme. Les maliens doivent savoir raison garder et mener des négociations sérieuses pour la paix, en donnant le maximum de chance et de gages pour une paix durable. Prenons garde de ne pas céder aux sirènes de la Cédeao pilotée par ADO. Entre deux sommets, il a renié le statut d’ancien chef d’état à Sanogo alors qu’aucune disposition des textes de la Cédéao ou du Mali ne lui permettait une telle ingérence dans les affaires intérieures du Mali.

On est ancien chef d’Etat lorsqu’on assume la fonction pendant quelques temps. Le capitaine l’est de facto. Cela ne s’octroie pas en termes de statut par une organisation dont le Mali est membre. Il parle au nom de la Cedeao, mais quelle est le mécanisme de décision mis en œuvre pour accorder le statut d’ancien chef de l’Etat a Sanogo et quelles sont les critères énoncés par lesquels on perd le statut ?

Si c’est pour les honneurs, il peut ne pas recevoir Sanogo en ancien chef d’Etat Mais au Mali, nul ne lui contestera ce statut. Ce sont les textes que le capitaine a signé qui ont permis que la transition soit enclenchée. C’est lui qui permit la sortie du pays de ATT pour l’exil et de Dioncounda pour la France, c’est lui qui signa un document en l’occurrence l’Accord Cadre qui permit aux députés de proroger leurs mandats, c’est lui qui rétablit l’ordre constitutionnel permettant la mise en place d’un président intérimaire et la démission d’Att. Qu’ADO nous dise si cela n’est pas la prérogative d’un chef d’‘Etat, qu’est-ce que c’est ?

Lui-même et ses pairs avaient pris l’avion pour venir rencontrer le chef d’Etat de facto qu’était devenu Sanogo.

Alors par ses prises de positions incohérentes ADO a affaiblit le prestige de la CEDEAO et ternit son image. Par ailleurs le médiateur dans la crise malienne, Blaise a été humilié par ADO. Jamais de mémoire de Burkinabé, Blaise n’avait avalé autant de couleuvres. C’est son négociateur Djibrill Bassole qui était au cœur du brasier malien pour arrondir les angles et éteindre les passions volcaniques du Fdr et de la Copam englués dans un bras de fer post putsch qui pouvait basculer à tout moment en des affrontements fratricides sanglants comme en Côte d’Ivoire, il y a peine un (1) an. La lutte pour le pouvoir est aveugle. C’est comme un sortilège jeté aux belligérants ADO en sait quelque chose. Toutes les prébendes que Blaise a distribué sous forme de position sociale à la junte ont été balayés d’un revers de la main par un ADO qui croit que le Mali est son arrière-cour.

Il convie à nouveau les chefs d’Etat pour un voyage d’agrément à Ouaga, pour parler cette fois ci de la composition du gouvernement inclusif du Mali qui semble t’il n’est pas assez représentatif des forces vives. Ce qui n’avait échappé à personne. Mais ayant nommé un PM pleins pouvoirs, on lui a donné carte blanche pour former une équipe de combat, mais pas un gouvernement de salut public dans lequel devrait cohabiter des chapelles politiques antagoniques.

Cette nouvelle réunion du groupe de contact à Ouaga est inspirée de l’expérience ivoirienne, ou les partis au conflit s’étaient réunis pour élaborer l’architecture d’un gouvernement d’union nationale à Marcoussis en France. On se souvient qu’ADO et ses partisans s’étaient adjugé les ministères stratégiques de la sécurité intérieure. Ce qui fit draper le processus en son temps.

Dioncounda a compris qu’en allant à OUAGA, il allait être mis dans une camisole de force, ADO allait rééditer le coup de lui faire endosser des décisions très impopulaires, à la limite de la légalité républicaine.

Il annula le déplacement sur OUAGA ce samedi 6 juillet sous la pression des partisans de la junte et maquilla cette reculade en opposition de ses médecins.

Il aurait eu du mal justifié son voyage de Paris à Ouaga aller et retour sans faire l’escale de Bamako. On comprend bien que c’est la décision d’ADO de proroger de façon unilatérale son bail à la tête de la transition malienne qui est à l’origine de son exil parisien et du risque de lynchage qu’il a encouru. ADO a déjà sur la conscience la déchirure du tissu des forces vives entre pro Cedeao et anti Cedeao. C’est bien la raison pour laquelle une partie importante de ces forces a boycotté la réunion de Ouaga qui s’est terminée en queue de poisson ».

 

Nouhoum DICKO

 

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Vive ado il faut le remercier et la cote d ivoire qui fournit de l électricité au mali .Malgré les impayés ,ado a instruit qui on continue a donner du courant au mali.

  2. Continuez dans la démagogie et le crétinisme en tenant les autres pour responsables de tous les maux du MALI. ADO et A. CONDÉ avaient prédit en 2012 que la bande de Sanogo n’avait aucune envie de se battre et voulait récupérer les armes commandées par ATT pour faire le voyou à Bamako. Dix ans après, l’armée Malienne est encore au stade de trouver le coupable qui l’empêcherait de se battre. Non seulement les deux leaders ont vu juste, mais aussi cet embargo sur les armes n’avait pas duré 10 jours. Si 10 ans après l’armée Malienne n’a pas lancé sa première offensive contre l’ennemi, c’est la faute à ADO !

    En 2012 c’était ATT le Fuladjon qui avait refusé de donner l’ordre de se battre. Puis ce fut le repli tactique avant que Sarkozy, Blaise, Condé, Abdelaziz et la CEDEAO ne servent de boucs émissaires pour masquer notre lâcheté congénitale. Bien sûr que c’est ADO qui a obligé ASSIMI à baisser la culotte à FARABOUGOU pour se faire circoncire par les Garibu armés !

    Dix ans après ATT, c’est BAH NDAOU qui est renversé pour ne plus être un obstacle à l’offensive militaire contre l’ennemi. Continuons à chercher ailleurs la cause de notre faillite parce que les autres sont à 100% responsables de notre incurie. Même ce que nous faisons dans notre lit est leur faute si jamais il y avait une conséquence indésirable…

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here