Embargo de la CEDEAO sur le Mali : La plateforme Ac-Aeem demande la levée immédiate de la mesure

0

La plateforme des Anciens camarades de l’Association des élèves et étudiants du Mali, membres du M5-RFP demande à la Cedeao la levée immédiate de l’embargo sous lequel le Mali se trouve depuis l’évincement d’IBK du pouvoir ce 18 août 2020. C’était ce jeudi 27 août 2020, au cabinet de Soumaïla Cissé sis à Badalabougou.

La plateforme des anciens camarades de l’Association des élèves et étudiants du Mali (Ac-Aeem) est prête à jouer son rôle dans l’apaisement du climat sociopolitique au Mali. Ainsi les anciens membres de l’Aeem appellent la communauté internationale à plus de retenue et au sens de la responsabilité en accompagnant le peuple malien qui, de leur point de vue, a trop souffert. De ce fait, ils demandent à l’organisation sous-régionale de lever l’embargo sur le Mali et immédiatement.

Les anciens camarades de l’Aeem sont conscients que les défis du Mali sont immenses. Pour les relever, ils ont décidé de s’engager auprès du Comité national pour le salut du peuple (Cnsp). Ils se sentent interpellés par l’occupation des 2/3 du territoire par les djihadistes,  narcotrafiquants et bandits armés. En outre, ils ont évoqué la cherté de la vie, le manque de soin équitable, le népotisme, la gabegie et la corruption généralisée.

Par ailleurs, la plateforme exhorte les autorités à mettre en place une structure nationale et indépendante pour enquêter sur toutes les malversations financières, les abus du pouvoir durant les sept années de gouvernance d’IBK et traduire les coupables devant les juridictions compétentes.

La plateforme salue l’engagement du Comité stratégique du M5-RFP et l’autorité morale en la personne de l’imam Mahmoud Dicko pour les efforts fournis afin de soulager le peuple malien.

La plateforme appelle toutes les composantes de la nation, la société civile et les partis politiques à accompagner le Cnsp dans le processus de transition. Une transition qu’ils veulent démocratique et populaire pour le retour à une vie constitutionnelle normale.

Bazoumana KANE

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here