Insécurité grandissante à Kayes : Sada Samaké annonce la réouverture des postes de sécurité supprimés

2
Opération d’achèvement du RAVEC : Plus de 3.700.000 nouveaux électeurs seront concernés
Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Général Sada Samaké

En visite à Kayes, le week-end dernier, le ministre de l’intérieur et de la sécurité, le général Sada Samaké, a promis que les postes de sécurité fermés au niveau des lignes frontières avec la Guinée, le Sénégal et la Mauritanie, seront bientôt réactivés pour endiguer l’insécurité et le banditisme résiduel à Kayes.

La situation sécuritaire était devenue instable, ces derniers temps, au niveau de la région de Kayes où des actes de banditisme et de braquage (avec souvent mort d’homme) sont fréquemment rapportés aux autorités. Ces actes d’agression ciblant le plus souvent les populations civiles, sont perpétrés généralement sur l’une des trois bandes frontalières entre Kayes et les Républiques sœurs de Guinée, du Sénégal et de la Mauritanie. Des individus munis d’armes automatiques tendent des pièges aux voyageurs et forains qu’ils dépouillent ensuite jusqu’au dernier centime.

Lors de leur forfait les bandits emportent également téléphones portables, bijoux et tout autre objet de valeur. Au même moment, à Kayes, chef lieu de région, c’est un phénomène de braquage de stations d’essence, qui coupe aujourd’hui le sommeil aux populations. Une escalade qui a obligé les autorités administratives régionales à renforcer ces derniers temps les mesures sécuritaires, à travers la multiplication d’escortes et de patrouilles entre Kayes et ses cercles parmi lesquels les localités Kégniéba et Nioro du Sahel sont considérés comme faisant partis des zones à haut risque.

A Bafoulabé, un autre cercle de Kayes mais connu pour son calme, un phénomène nouveau de coupeurs de route y a fait son apparition. Ce qui fait qu’ici aussi les populations ne dorment plus que d’un œil

Du coté du gouvernement, on ne veut plus laisser la situation pourrir davantage. Et cette montée du banditisme (armé) en 1ère région est, dès lors, prise très au sérieux.

Le dimanche 12 octobre dernier, de passage dans la capitale des rails, le ministre de l’intérieur et de la sécurité, le Général Sada Samaké, a animé une conférence des cadres au cours de laquelle le gouvernement de la région, le colonel Salif Traoré lui a fait le point de la situation sécuritaire dans sa région. Pour le gouverneur de la région, la situation sécuritaire à Kayes était devenue une source de grande préoccupation. Selon le colonel Traoré, la situation est actuellement sous contrôle, avec la multiplication des patrouilles et des escortes. Le colonel Traoré souhaite que cet élan soit accompagné par l’ouverture des postes de sécurité, particulièrement sur la ligne frontalière. Pour le chef de l’exécutif régional, la dégradation de la sécurité à Kayes fait suite à la fermeture de la quasi-totalité des postes de sécurité qui existaient (avant) sur la ligne frontière. En effet, de part sa position, Kayes fait frontière avec trois pays voisin : Le Sénégal (à l’ouest), la Mauritanie (Au nord) et la Guinée (au Sud). A l’instar de ces pays voisins, le Mali, suggère le colonel Traoré, doit également avoir des postes de sécurité sur chacune des trois lignes frontalières. Une demande que le ministre de l’intérieur et de la sécurité dit partager parfaitement. Le général Sada Samaké a regretté la situation dans laquelle s’est retrouvée notre pays qui a connu, ces 20 dernières années, un grand recul, particulièrement sur le plan sécuritaire. Le ministre de l’intérieur et de la sécurité a pris l’engagement que cette demande des autorités administratives de Kayes sera suivie d’effet dans les jours à venir. Il a pris l’engagement d’œuvrer à l’ouverture de ces postes de sécurité (qui existaient aux frontières) et de faire en sorte qu’ils soient tous équipés en matériels et en ressources humaines leur permettant d’assurer à la population plus de quiétude. Pour joindre le geste à la parole, le Général Sada Samaké a remis au gouverneur de la région les clés de 9 véhicules pick-Up (d’une valeur totale de 270 millions de F CFA) destinés aux forces de sécurité de Kayes. Il s’agit de la garde nationale, de la police et la gendarmerie qui obtiennent chacun trois véhicules. Des véhicules appelés à renforcer leur mobilité sur un terrain où la traque de l’ennemi demande des moyens opérationnels plus adaptés.

Papa Sow

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Bien dit Amparé. Il ne sert à rien de créer ces postes de sécurités. Vaut mieux déployer ces moyens autrement. On doit même pas douter les agents ne chercheront que leur pain.

  2. Attention Monsieur le Ministre à ne pas créer des postes de sécurité sur les axes routiers ou les gendarmes au lieu d’assurer la sécurité rackettent les usagers de la route. Vous devez chercher à assurer la sécurité autrement; si vous ne le pouvez pas, cédez votre place à d’autres.

Comments are closed.