Le monde se penche sur la dette africaine

1

Ce fut l’un des sujets marquants de l’année 2020 en Afrique, la question de la dette. Dès le début de la pandémie de Covid-19 les pays riches se sont penchés sur la manière d’alléger le fardeau qui pèse sur les finances des Etats. Des pas ont été faits mais beaucoup reste à accomplir pour permettre aux pays africains de retrouver des marges de manœuvres budgétaires et financer ainsi la relance.

Le Covid-19 a poussé le monde à la solidarité. Dès le début de la pandémie, les pays riches ont plaidé pour que les Etats africains disposent des moyens financiers pour répondre à la crise sanitaire. En avril dernier, le président français Emmanuel Macron évoquait la question de la dette africaine dans une allocution télévisée : « Nous devons aussi savoir aider nos voisins d’Afrique à lutter contre le virus, à les aider aussi sur le plan économique en annulant massivement leur dette. Oui, nous ne gagnerons jamais seuls. »

La prise de conscience n’est pas seulement française, elle est mondiale. À la mi-avril, le G20, le club regroupant les pays riches et les émergents adopte un moratoire sur la dette des pays pauvres. Il concerne d’abord l’année 2020 et sera prolongé en octobre jusqu’en avril 2021. Soixante dix, pays dont une trentaine en Afrique, bénéficient d’un gel des remboursements de leur dette. L’Ivoirien Tidjane Thiam, émissaire de l’Union africaine pour la crise Covid, saluait à l’époque cette initiative sur notre antenne. « Tout le monde voit maintenant que c’est la manière la plus rapide de mettre de l’argent immédiatement sur le terrain pour agir au profit des populations, plutôt que d’attendre des décaissements qui dans le meilleur des cas mettront des semaines à arriver dans les différents pays. »

Moratoire portant sur 5,7 milliards de dollars de créances

Le moratoire porte sur 5,7 milliards de dollars de créances. Mais au vu l’ampleur de la crise, il est loin de suffire à régler tous les problèmes notamment pour les pays africains. Ce moratoire ne porte en effet que les dettes détenues par des créanciers publics membres du club de Paris. L’immense dette détenue par la Chine, premier créancier de l’Afrique et la tout aussi immense dette aux mains des créanciers privés ne sont pas concernées. Le G20 a donc cherché des solutions. Mais si la Chine a accepté le principe d’un mécanisme commun destiné à mettre en place des rééchelonnements de dette, en revanche les créanciers privés font toujours la sourde oreille. Il est donc vite apparu qu’on ne pourrait pas élargir le moratoire, encore moins annuler toute les créances africaines. Rappelons que la dette globale du continent atteint 1800 milliards de dollars.

Cependant, les grandes puissances et les pays émergents sont tombés d’accord sur le principe de corriger une injustice qui frappe l’Afrique, celle des taux d’intérêts prohibitifs payés par les pays africains quand ils ont recours aux marchés financiers. Là où l’Europe emprunte à un demi, voire à zéro pour cent, l’Afrique emprunte à six ou sept pour cent.

L’idée qui circule entre les capitales de la finance mondiale, et les institutions de type FMI est de permettre aux Etats de troquer leurs dettes à taux élevés contre des dettes à bas taux, ce qui permet d’énormes économies sur les remboursements. Une proposition notamment mise sur la table par le Comité économique pour l’Afrique des Nations unies, et que salue Shegun Adjadi Bakary, conseiller économique du président togolais, Faure Gnassingbé.

 « Il y a une proposition qui est sur la table, qui est de dire, essayons de voir s’il est possible de construire un véhicule (financier NDLR) supranational qui soit abondé par des grandes banques et des grandes institutions multilatérales internationales, et auprès duquel chaque Etat viendra refinancer tout ou partie de sa dette à des taux et des maturités intéressantes en fait. »

Blocage des États-Unis

Le FMI réfléchit aussi à une autre hypothèse pouvant permettre aux pays africains d’accéder à d’immenses liquidités. Il s’agirait de lancer une émission extraordinaire de DTS, les fameux droits de tirage spéciaux, cet instrument financier créé par le Fonds monétaire international. Les DTS sont en fait des créances que les Etats peuvent convertir en monnaie : 500 milliards de dollars en DTS pourraient suffire à l’Afrique.

Reste à convaincre tout le monde à commencer par les États-Unis comme l’explique Benoît Chervalier, spécialiste de la dette et enseignant à SciencePo Paris. « C’est un débat qui, jusqu’à présent, a fait l’objet d’un blocage de l’administration américaine, c’est-à-dire de l’administration Trump. Donc le point d’interrogation que l’on a sur 2021, c’est de savoir quelle va être l’attitude de l’administration démocrate, par rapport à cette augmentation des DTS. Puisque si les États-Unis levaient leur veto sur cette augmentation, elle aurait lieu, ce qui permettrait de dégager un certain nombre de ressources supplémentaires au bénéfice des économies africaines. 

Ces solutions actuellement en débat seront sur la table en mai prochain, date à laquelle se tiendra à Paris une grande conférence internationale sur la dette africaine et le financement des plans de relance pour le continent.

SOURCE: https://www.rfi.fr/fr/afrique

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. L AFRIQUE NE DOIT UN SOU A PERSONNE! LES AFRICAINS DOIVENT DEMANDER REPARATIONS ET NON ETRE ENDETTES! KAFRIW MAFRIW, CESSEZ DE VOUS SOUMETTRE! C EST AU PEUPLE D ETRE CONSCIENT, LES' FAUSSES ELLITES' NOIRES NE LE SERONT JAMAIS

    LES AFRICAINS DOIVENT ETRE DESORMAIS CONSCIENTS ET BRAVES POUR ANNONCER OUVERTEMENT AU MONDE ENTIER QUE L AFRIQUE NE DOIT RIEN AUX PAYS QUI JADIS ONT PRATIQUE LA COLONISATION, LA TRAITE NEGRIERE, L ESCLAVAGE, LE RACISME, UTILISE DES RELIGIONS POUR ASSERVIR ET PILLER!

    NOUS NE DEVONS RIEN A QUI QUE CE SOIT QUE CELA SOIT LA FRANCE,L ESPAGNE,LE PORTUGAL, L ANGLETERRE,LA HOLLANDE,L ITALIE OU L ALLEMANGNE OU QUI D AUTRE ENCORE!

    LE MONDE EST FAIT AUJOURDHUI D ESCLAVAGISTES ET D ESCLAVAGISES!

    LA QUESTION DE DETTE EST DESORMAIS UNE QUESTION DE CONSCIENCE!

    L AFRIQUE NE DOIT UN SOU A PERSONNE! LES AFRICAINS DOIVENT DEMANDER REPARATIONS ET NON ETRE ENDETTES! KAFRIW MAFRIW, CESSEZ DE VOUS SOUMETTRE! C EST AU PEUPLE D ETRE CONSCIENT, LES’ FAUSSES ELLITES’ NOIRES NE LE SERONT JAMAIS

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here