Appel d’offres pour l’acquisition de 4 locomotives : Les Maliens attendent encore la réception

4

À l’arrêt depuis bientôt deux ans, les maliens se demandent si le train sifflera à nouveau. Et cela après les promesses et plusieurs tentatives de redémarrage du Transrail, dont la dernière date de 2019, suite à une tentative de lancement d’un plan d’urgence par le président IBK afin que le train puisse de nouveau siffler. Et pour ce

faire, un budget de 9 milliards de Fcfa a été mobilisé par le gouvernement dont 4,7 milliards prévus pour l’acquisition de 4 locomotives reconditionnées. Ainsi, le ministère des Transports et de la Mobilité Urbaine, avec la caution du département de l’Economie et des Finances, a lancé un avis de manifestation d’intérêts

international où treize dossiers ont été enregistrés par la Commission d’évaluation. Après analyse, dix sociétés ont été retenues avant que leurs dossiers ne soient validés par la Direction générale des marchés publics. Il s’agit notamment de WORLDWIDE TRADING & INVESTMENT GROUP (WTIG), des Emirats Arabes Unis, SMH RAIL SDN BHD de la Malaisie, COMPAGNIE INTERNATIONALE DE France MAINTENANCE (CIM), TRANSNET SOC Ltd d’Afrique du Sud, DAXI de la Belgique, GE TRANSPORTATION, AWABTEC COMPANY du Cameroun, PT INKA, KANTOR PUSAT d’Indonésie, SATAREM AMERICA INC Etats Unis, et enfin les sociétés maliennes BOCOUM

DISTRIBUTION SARL, IMPORT COMMERCE GENERAL Mali EXPORT et la SOCIETE DEMBA & FILS (S.D.F) Mali. Et sur les 10 sociétés seules trois notamment SATAREM AMERICA INC Etats Unis, et enfin les sociétés maliennes BOCOUM DISTRIBUTION SARL, IMPORT COMMERCE GENERAL Mali EXPORT et la SOCIETE DEMBA & FILS (S.D.F) Mali auraient finalement déposé leurs dossiers. Et après dépouillement, c’est la Société Satarem SATAREM AMERICA INC des Etats Unis représenté au Mali par le nommé Roi 1212 de son vrai nom Sidi Moctar Dembélé ou Bassidi Dembélé.

En effet, contrairement à ses conquérants, qui s’étaient engagés à exécuter le marché respectivement à 7, 599 et 9, 920 milliards Fcfa, SATAREM AMERICA INC a accepté l’offre à 4, 580 milliards.

Seulement voilà : six mois après expiration du délai de livraison, les 4 locomotives attend et toujours d’être réceptionnées par la partie malienne. Conséquence, le redémarrage du train, présenté comme une urgente présidentielle, peine à voir le jour ou pourrait même ne jamais voir le jour. De quoi briser l’espoir des usagers de ce moyen de transport et les pousser à douter de la bonne foi des plus hautes autorités après les fausses promesses précédentes. Et cela après ces explications à peine convaincantes pour qui connait les conditions que le soumissionnaire devrait remplir pour bénéficier du marché en question. En effet, le soumissionnaire, selon les termes de l’appel d’offres, devrait avoir un fond de garantie d’un milliard de Fcfa, avoir un chiffre d’affaires annuel des trois derniers exercés (2018, 2017, 2016) d’au moins égal à 1,4 milliards FCFA, fournir la preuve d’avoir exécuté au moins deux marchés similaires pendant les dix derniers années et apporter la preuve que les types de locomotives proposées ont été déjà éprouvées dans au moins trois pays autres que celui du fabricant, dont deux  ayant des conditions de services climatiques similaires à celles prévalant au Mali. Ce n’est pas tout.

Le soumissionnaire devrait également apporter la preuve qu’il dispose de moyens techniques nécessaires, directement ou par l’intermédiaire d’un représentant implanté au Mali, pour assurer entre autres l’assistance technique à la mise en service des locomotives, la formation du personnel de conduite et de maintenance desdits appareils pour afficher un taux de disponibilité de 90%. Enfin le soumissionnaire pour bénéficier du marché avait en outre l’obligation de fournir la liste du personnel et la preuve de leur qualification pour assurer le service d’assistance et démontrer que le matériel a fonctionné de manière satisfaisante pendant 15 ans.

En effet, pour expliquer le retard de la réception des 4 locomotives, une source au ministère des Transports et de la Mobilité Urbain, jointe par nos soins, a confié que «ledit appel d’offres n’était que provisoire et qu’une commission technique formée d’experts devrait se rendre aux USA en mars 2020 pour vérifier la conformité des marchandises aux normes prescrites dans le contrat.» Il s’agit notamment locomotives diesels électrique reconditionnées de ligne de type CoCo pour voie (métrique écartement 1000 mm) d’une puissance nominale requise de 2500 CV à 900 tr/mn et une charge à l’essieu de 17 tonnes. Ce déplacement, ajoute-t-on, «n’a pas pu être effectué pour cause de la pandémie du coronavirus», dont le premier cas a été enregistré au Mali le 25 mars 2020, soit plus d’un mois après la date butoir de la livraison des marchandises.

Mais contrairement aux explications fournies par le département en charge du dossier, d’aucuns expliquent ce retard par l’incompétence et le manque d’expérience de Bassidi Dembélé. En effet, ils se demandent comment Roi 12-12, évoluant dans le milieu des voitures de luxe, a pu a pu être l’heureux gagnant de cet appel d’offres. Nous avons tenté de le joindre pour tenter d’en savoir davantage, mais en vain.

À suivre…

Amidou KEITA

 

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Ce pays foutu ….. sinon comment peut-on foutre notre argent dans la main de de conartists? Je jure de Dieu c’est du festival autour du contribuable!

  2. ” … Seulement voilà : six mois après expiration du délai de livraison, les 4 locomotives attend et toujours d’être réceptionnées par la partie malienne… ” … ///…

    :
    Ce retard de réception est surement dû à du lobbying des Concurrents déçus de n’avoir pas été retenus.
    C’est eux qui font tout, pour tout bloquer.
    La Société Satarem SATAREM AMERICA INC des Etats Unis représenté au Mali par le nommé Roi 1212 de son vrai nom Sidi Moctar Dembélé ou Bassidi Dembélé, ne doit pas rester les bras croisés. Il faut qu’ils bougent pour savoir pourquoi ça bloque.

  3. LE TRAIN EST UN TROP GRAND LUX POUR LE MALI D AUJOURDHUI, DEVELOPPEZ LES ROUTES TERRESTRES PLUTOT

    nous n en avons pas besoin, l exploitation des trains et chemins de fer pour le Mali est trop chere, meme de pays developes ne peuvent plus entretenir le chemin de fer, d ailleurs ce secteur sera en competition avec les transposteurs routiers, ou le train ou les routiers les deux ensemble s elimineront! par contre le train a l interieur du mali ca oui du nord au sud, de Taoudeni a Zegwa

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here