Péage : le paiement par passage reporté au 1er mars

3

Suite à une requête du Conseil malien des transporteurs routiers (CMTR) auprès du ministre des Transports et des Infrastructures, Makan Fily Dabo,  le paiement par passage de la redevance péage a été reporté au 1er mars 2021.  

maliweb.netPrévue pour ce mercredi 17 février, l’application de  l’arrêté interministériel n°08-1390/MF-MET-MATCL-MSIPC du 14 mai 2008, instituant en République du Mali, le paiement par passage de la redevance péage, a été reportée au 1er mars  2021. Cela à la suite d’une requête du Conseil malien des transporteurs routiers (CMTR) auprès du ministre des Transports et des Infrastructures, Makan Fily Dabo.

Au cours d’une rencontre  qui s’est tenue le lundi 15 février au département des Transports entre le ministre Makan Fily Dabo, le président du CMTR les syndicats des transporteurs,  il a été convenu d’accorder des réductions aux Sotramas vu le nombre de rotation des ceux-ci.

A titre de rappel, l’article 3 de l’arrêté interministériel,  le concessionnaire va percevoir un droit obligatoire sur chaque passage de véhicule à quatre roues ou plus.  Le paiement par passage de la redevance péage est une pratique  en cours dans les pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa). Seul le Mali était en marge de cette tendance. Désormais, le paiement par passage de la redevance péage oblige le Mali où l’Etat, sous le diktat des nombreuses urgences, n’a plus les moyens de faire face seul aux coûts élevés de l’entretien routier.

Au Mali, nul ne peut contester le bien-fondé de la demande sociale en matière d’infrastructures et d’équipements. C’est d’ailleurs ce constat qui a amené les autorités maliennes à prendre depuis près de 13 ans l’arrêté interministériel n°08-1390/MF-MET-MATCL-MSIPC, instituant en République du Mali, le paiement par passage de la redevance péage.

Cette décision est du reste conforme à une directive de l’Uemoa, qui voit au péage et au pesage deux mécanismes susceptibles de rallonger la durée de vie des routes dans ses huit pays membres (Bénin, Burkina Faso, Guinée-Bissau, Niger, Sénégal, Mali et Togo).

Déjà, en février 2020, face au manque de ressources financières pour faire face au coût de plus en plus élevé de l’entretien routier, le gouvernement avait autorisé son application intégrale à travers une communication écrite prise en conseil des ministres du 19 février 2020.

Après  quatre reports, le gouvernement s’engage à mettre en application la décision.  Ces différents reports démontrent une fois de plus la détermination des autorités de la Transition à apaiser le climat social, à privilégier le dialogue fécond et à poursuivre la campagne de communication et de sensibilisation.

Abdrahamane SISSOKO/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Fees collected should in addition to paying those collecting fees have designated function. As in improving, maintenance plus constructing roads. Where fees collected are not designated for better living or other essential function in Mali fees are certain to be target for corruption. Fees should serve to maintain or/ plus better condition of that that generate fees. That is roads. That is good sense action doing what is best under total circumstance. Key method in constructing plus maintaining modern comfortable living community. Mali must become that. Thus we must give creation of widespread comfortable living with security priority above being corrupt.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here