Rentrée Universitaire 2011-2012 : Prévue en novembre ou décembre 2011

0

 

Les préparatifs de la rentrée universitaire 2011-2012 s’intensifient au niveau du département de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Dans cette optique, le Ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Mme Siby Ginette Bellegarde, a organisé  une rencontre d’information à l’intention des partenaires sociaux de l’école pour les informer des actions entreprises par  son département pour une rentrée universitaire réussie.  C’était le 14 octobre 2011, dans la salle Balla Moussa Kéita du Centre International de Conférence de Bamako.

Mme Siby Ginette Bellegarde a rappelé  aux partenaires les mesures prises par le conseil de Ministres du 14 juillet dernier dans le domaine de l’enseignement supérieur: fermeture de toutes les facultés, l’évacuation des campus universitaires vétustes par les étudiants qui étaient surchargés, la scission de l’Université de Bamako en quatre universités pour que les effectifs soient raisonnables. Ensuite, a-t-elle dit, il y a eu la mise en place d’une commission universitaire qui a eu la tâche de réfléchir sur la scission. Le rapport de cette commission a permis de répartir les facultés entre quatre Universités: l’Université des Sciences, des Techniques et des Technologies de Bamako; l’Université des Sciences Sociales et de gestion de Bamako; l’Université des Lettres et des Sciences Humaines de Bamako; et l’Université des Sciences Juridiques et Politiques de Bamako. Les objectifs de la réforme sont d’adapter les dispositifs structurel, pédagogique et organisationnel aux besoins réels du développement économique et social du pays; d’améliorer la qualité de la gouvernance des effectifs des étudiants de l’enseignement supérieur à travers des universités à effectifs mieux gérables; d’impulser une nouvelle dynamique dans l’enseignement, les formations et la recherche.  La réforme vise aussi à favoriser l’autonomie et la responsabilité des universités à travers des organes de gestions propres; à apaiser la violence dans l’espace universitaire par la réduction des effectifs à gérer par les équipes rectorales.

Elle n’a pas omis les rencontres interministériels présidées par le Premier Ministre et les concertations qu’elle et son équipe font chaque semaine pour faire  l’état d’avancement des travaux de l’ouverture. Parmi les plans d’actions, l’on note entre autres, les conditions de vie des étudiants, des enseignants, du personnel de l’administration, la rénovation, le programme de lutte contre l’insécurité et l’insalubrité. Les consignes données par les équipes rectorales ont été largement expliquées : localisation rapide des universités, inscription des étudiants à temps, règlement de tous les contentieux avant la rentrée.

En répondant aux préoccupations des uns et des autres, le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a été très clair. « Toutes les questions pour freiner le bon déroulement des cours, lors de la rentrée prochaine, seront traitées. Pour qu’après, nous partons pour de bon. C’est-à-dire, sans perturbations jusqu’à la fin de l’année ». Par ailleurs, elle a indiqué  sans être précise que la rentrée universitaire 2011-2012 se fera en novembre ou décembre 2011.

 

Hadama B. Fofana

 


Les experts des clubs Isesco en conclave en Bamako

Le Grand Hôtel de Bamako abrite du 11 au 13 octobre 2011 un atelier international des coordinateurs nationaux du réseau des clubs Isesco  (l’Organisation Islamique pour l’éducation, les sciences et la culture) dont le thème est « éducation à la couche d’ozone et découverte des propriétés chimiques de l’eau ». Il est conjointement organisé par l’Unesco et ISECO et le Programme des National Unies pour l’Environnement (Pnue). L’ouverture des travaux a été faite par le Ministre de l’éducation, de l’alphabétisation et des langues nationales, Pr Salikou Sanogo, en présence du représentant Multi-pays de l’Unesco au Mali, Juma Shabani et la représentante de l’Isesco, Dr Maha Merzak.

Deux objectifs majeurs sont assignés à cet atelier. D’abord,   sensibiliser les participants à l’utilisation des supports pédagogiques développés par le service action ozone du Pnue. Cela pour comprendre les causes de l’appauvrissement de la couche d’Ozone et ses conséquences sur la santé et l’environnement, les implications et les liens avec le changement climatique ainsi que les mesures de prévention et de protection. Ensuite,  mobiliser les participants, dans le cadre de l’année internationale de la chimie (2011), à la plus grande expérience scientifique jamais réalisée « l’eau: une solution chimique». Il s’agit de permettre aux élèves et enseignants du niveau  primaire et secondaire de mesurer la qualité de l’eau (tester son acidité et sa salinité) et de la purifier (apprendre à la filtrer, la désinfecter et la dessaler) afin de découvrir la chimie de cette ressource vitale ainsi que son rôle dans la société et l’environnement. Pour atteindre ces deux buts majeurs, les experts venus du Mali, du Burkina Faso, du Niger, du Liban, du Maroc, de la Tunisie, de la Guinée, du Togo vont aborder des sous thèmes sujets comme éducation à la couche d’Ozone, la découverte des propriétés chimiques de l’eau.

En participant à cet atelier, l’Isesco, a déclaré sa représentante, se veut être solidaire des acteurs de la réflexion sur l’importance de l’éducation et du savoir comme facteur de protection de l’environnement et de prise de conscience des propriétés chimiques de l’eau. Elle s’est réjouie du fait que les partenaires ont acquis, de par leur responsabilité et leur fonctionnement quotidien, la conscience du rôle déterminant de l’éducation sous toutes ses formes, dans la lute pour la protection de l’environnement, notamment de la couche d’ozone et pour la connaissance des propriétés chimiques de l’eau. « C’est pourquoi l’Isesco s’est engagé pour la promotion des élèves et étudiants dans les écoles de l’Unesco et les clubs Isesco ainsi que dans les Ong pour le développement durable notamment au service de la préservation de l’environnement », a conclu Dr Maha Merzack.

Le monde est confronté aujourd’hui à des manifestations d’intolérance, d’atteinte  à la dignité de l’homme, des conflits, des maladies, la pauvreté. Au regard de ce tableau sombre, a expliqué le Pr. Salikou Sanogo, l’éducation aux droits et à la paix dans le système éducatif, du préscolaire à l’enseignement supérieur, est une nécessité. De ce fait, a expliqué le ministre, il est impérieux d’imprimer dans l’esprit des enfants les notions de respect de la personne humaine et de défense de la paix afin qu’ils traduisent en comportement la notion d’apprendre à vivre ensemble. « Le pack éducation Ozone élaboré par le Pnue et l’Unesco dans le domaine de l’éducation constitue, pour les enseignants des écoles fondamentales, un outil d’enseignement à la fois simple et complet qui leur permet d’inclure dans leurs curricula les questions humaines et environnementale liées à réduire la couche d’ozone. Je ne doute pas que cet outil vous aidera à mieux comprendre les causes de la réduction de la couche d’ozone et ses conséquences sur la santé et l’environnement, les implications et les liens avec le changement climatique et les mesures de prévention et de protection », a conclu le Ministre de l’éducation.

Hadama B. Fofana

Commentaires via Facebook :