Rentrée scolaire à Saye: Des enseignants et élèves manquent à l’appel !

1

Comme sur toute l’étendue du territoire national, excepté Kidal, les écoles ont ouvert leurs portes à Saye (région de Ségou, cercle de Macina) mais à l’absence d’un nombre important d’enseignants et d’élèves. Une rentrée bien silencieuse. Et pourquoi ?
Ils étaient quelques élèves et enseignants seulement ce mardi 7 octobre 2014 de cette localité à répondre à l’appel du Ministre de l’Education Nationale pour la rentrée scolaire 2014-2015.
Au niveau du premier cycle, sur 6 enseignants, seuls deux (2) dont le Directeur étaient présents. Ce qui n’est pas resté sans conséquence car, au bout de quelques heures seulement, les quelques élèves qui étaient présents ont fini eux aussi par plier bagages.
Selon le Directeur, Badié Coulibaly, seul un enseignant parmi les absents a appelé pour justifier son retard. Celui-là aussi, explique-t-il, n’a daigné donner signe de vie que le jour de la rentrée même, c’est à dire le matin du mardi.
Le premier cycle compte 414 élèves dont 190 filles et 224 garçons. De la 1ère à la 3ème année, pas de redoublants ni d’exclus. Sur un effectif de 194 élèves de la 4ème à la 6ème, il ya eu 142 passants, 2O redoublants et 32 exclus.
Les frais d’inscription s’élèvent à 500f par an. Ce que certains parents d’élèves juge trop élevé, explique le premier responsable de cette école.
Le premier cycle a connu 12 directeurs de sa création en 1957 à nos jours. Son premier Directeur s’appelle Tiemori Cissé dont l’école porte d’ailleurs le nom.
S’agissant du second cycle, sur 9 enseignants, 7 étaient présents. Il compte 199 élèves dont 96 pour la 7ème année, 32 pour la 8ème et 64 pour la 9ème année. Ils seront 81 élèves à redoubler leur classe respective et 69 à être exclus de l’effectif du premier cycle.
En ce qui concerne des problèmes, ils sont presque communs pour les deux (2) cycles. Parmi lesquels, la violation de l’espace scolaire par le fait que l’école ne soit clôturée. Ce problème est même entrain de perturber la bonne quiétude des études car un fou du nom de Issiaka ne cesse de perturber les cours en menaçant les responsables de vider les classes au motif que l’école l’appartient.
Au niveau du second cycle, en plus de la déperdition scolaire au profit de l’exode rural. Précisément vers les zones minières, le problème de dossier scolaire préoccupe le plus le Directeur Ba N’Golo Coulibaly. Selon lui, il n’est pas rare de voir des élèves arriver jusqu’au DEF sans dossier scolaire. Précisément, le défaut d’extrait d’acte de naissance de certains élèves reste un problème récurent.
Manque crucial de logements pour les enseignants !
En dehors de ces problèmes majeurs cités, les enseignants pour leur part sont confrontés à un manque crucial de logements. La seule cité qui existait a été conçue pour héberger les enseignants du premier cycle.
Et depuis l’ouverture du second cycle en 2002, le besoin ne cesse de se poser. Obligeant ces enseignants à chercher pour eux-mêmes, les logements par location. Ce qui n’est pas sans conséquence car il est très fréquent de voir ces bailleurs les expulser de leurs maisons, sans préavis aucun.
Interrogé sur cette question, le Maire par intérim, Alpha Diarra rassure en disant que des actions sont en cours pour palier immédiatement à ce problème.
Ce qu’il faut aussi retenir au niveau de cette école , c’est la baisse chaque année du niveau et du nombre des élèves. Pour la diminution de l’effectif, cela peut-être due à l’ouverture d’autres seconds cycles dans les villages environnants comme à Matoumou et Soun.

Difficile d’être du monde scolaire à Saye.
Modibo Dolo

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

Comments are closed.