Burkina/Insécurité :« Si la CEDEAO veut vraiment nous aider, qu’elle nous aide à chasser les terroristes » (Inoussa Nana, citoyen)

6

Annoncée au Burkina Faso pour échanger avec les nouvelles autorités du MPSR, la mission de la CEDEAO se voit “confiée” plusieurs messages par des manifestants sortis ce mardi 4 octobre 2022 à travers des artères de la capitale. Des messages qui véhiculent l’idéal attendu de la CEDEAO par les citoyens de son espace.

« Nous ne sommes pas contre la CEDEAO ; nous sommes Africains et en Afrique, quand un étranger vient chez vous, vous devez l’accueillir. (…). Mais, nous disons simplement que si la CEDEAO veut vraiment nous aider, qu’elle nous aide à nous débarrasser des terroristes, parce que tous ces coups d’État-là, c’est à cause du terrorisme. S’il n’y a pas de terrorisme, il n’y aura plus de coup d’État », interpelle Inoussa Nana, un citoyen rencontré aux côtés des manifestants. “Je n’appartiens à aucune organisation, je suis un citoyen burkinabè, libre, qui veut la paix pour son pays”, précise-t-il en réaction à une question.

Pour ce citoyen, le délai de la transition, sur lequel insiste la CEDEAO, n’est pas important dans le contexte actuel du Burkina. Il souhaite donc que l’organisation communautaire laisse les Burkinabè s’organiser pour faire face aux défis et travailler à ce que la situation puisse permettre la tenue des élections.

Parlant de conduite de la transition, et se référant aux urgences, M. Nana estime qu’il n’est plus nécessaire d’organiser des assises nationales avec les forces-vives et de mettre en place un organe législatif de transition. Il motive sa perception par le fait que, se dit-il certain, il y a des manipulations politiques derrière (dans l’ombre).

Pas d’assises de forces-vives, pas d’organe législatif de transition !

« Il (président de la transition : ndlr) n’a qu’à gouverner par ordonnance, on n’a pas le temps. Pendant qu’on est en train de revenir en arrière avec la mise en place d’un CNT (Conseil national de transition, organe législatif : ndlr), nos ennemis sont en train d’avancer. Ensuite, j’estime que l’idée de remettre le pouvoir à un civil n’est pas bonne ; c’est leur (militaires) pouvoir, qu’ils gèrent pour pouvoir accomplir la tâche pour laquelle ils ont pris le pouvoir. Parce que, s’ils remettent le pouvoir à quelqu’un, qui n’arrive pas à faire le travail pour lequel eux ont fait le coup d’État, on va vivre un troisième coup d’État. Les coups d’État à répétition, ce n’est pas bien pour un pays. S’il (capitaine Ibrahim Traoré : ndlr) sait donc qu’en restant au pouvoir, il peut nous débarrasser de nos ennemis, qu’il reste au pouvoir et qu’il laisse cette affaire d’assises pour se parler. De toute façon, on a déjà parlé, ça a donné quoi ? Sous Roch (Kaboré), on a parlé, ça a donné quoi ?

Sous Damiba, on a parlé, ça a donné quoi ? Nous, on veut la sécurité, point barre ; il ne faut pas qu’il consulte quelqu’un. S’il dit qu’il va organiser des assises, il y aura des politiciens, ceux qui ont gouverné le pays-là pendant des années, ceux qui veulent venir manger, qui viendront dire de faire ceci et de ne pas faire cela. Finalement, lui-même va oublier la mission pour laquelle il est venu, et il va tomber dans la même erreur que son prédécesseur Damiba. Donc, il ne doit pas entrer dans ça », suggère Inoussa Nana, avertissant en outre que ce qui a été valable pour le lieutenant-colonel Paul-Henri Damiba vaut aussi pour le capitaine Ibrahim Traoré.

O.L
Lefaso.net

Commentaires via Facebook :

6 COMMENTAIRES

  1. Mes freres du B. Faso, je vous dit de ne pas compter sur quelqu’un pour lutter contre le terrorisme . Multiplier les cooperations avec d’autres partenaires . La CEDEAO est une structure crée , pris en charge par la France , rien d’autre que defendre les interets français en Afrique . Cette France est a la base du terrorisme actuel partout à travers le monde en general , le sahel en particulier . Compter sur ses complices n’est d’autre qu’amener le pays des hommes integres a l’abattoir .

  2. “Si la CEDEAO veut vraiment nous aider, qu’elle nous aide à chasser les djihadistes.”

    C’est là tout le problème, croire que c’est les autres qui doivent se battre à notre place. En Janvier l’armée a fait un putsch pour s’occuper efficacement de la lutte contre le terrorisme. Moins d’un mois après les djihadistes ont occupé la plus grande ville du Nord (Djibo). L’armée n’a rien fait depuis 8 mois. La CEDEAO qui ne fait que défendre ses principes est celle qui est accusée de ne pas se battre contre les terroristes. Quelle honte !

    • yugo, la CEDEAO c’est pour nous et si elle est capable de quelque chose en effet qu’elle aide le Mali, le Niger et le Faso a chasser les djihadistes et terroristes de nos terres, au lieu de la maudite France qui dit qu’elle vient nous aider mais elle nous détruit au lieu de nous aider! Le drogue Embello peut se croire le president des pays de la CEDEAO, mais nous lui disons d’arreter ses âneries et de s’occuper de sa NARCO-NATION de Guinee-Bissau. En effet c’est la CEDEAO la grande HONTE!

  3. « Si la CEDEAO veut vraiment nous aider, qu’elle nous aide à chasser les terroristes » (Inoussa Nana, citoyen)
    TOUT A FAIT!
    AU LIEU DE LA MENACE DE CETTE CONNERIE FORCE D’ATTENTE CONTRE CERTAINS PAYS, POURQUOI N’UTILISERAIT-ELLE PAS CETTE FORCE POUR AIDER A COMBATTRE LES TERRORISTES? ET PUIS A QUOI SERT L’EMBARGO SUR LES ARMES A L’ENCONTRE D’UN PAYS QUI FAIT FASSE AUX TERRORISTES?

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here