Sénégal : L’opposant Ousmane Sonko mobilise ses partisans contre l’invalidation de sa candidature aux législatives

3

A l’appel du leader de l’opposition, Ousmane Sonko, plusieurs dizaines de personnes ont répondu, le mercredi 8 juin, à la manifestation contre l’invalidation de la liste de Yewwi Askan Wi aux prochaines élections législatives par le Conseil constitutionnel .
Debout sur une tribune devant une foule excitée, l’opposant Ousmane Sonko, maire de Ziguinchor,  a pris la parole à la Place Obélisque de Dakar hier mercredi pour dénoncer l’invalidation de sa liste aux élections législatives de juillet prochain. « Quand un ordre est manifestement illégal, il faut désobéir », a rapporté le site web de VOAfrique qui a reprend les déclarations du farouche opposant du régime du Président Macky Sall. Ousmane Sonko a très vite indexé la responsabilité du Président Sénégalais dans l’invalidation de la liste de l’opposition aux législatives. Selon lui, cette manifestation est un avertissement contre les intentions du Président Sénégalais de briguer un troisième mandat. « Nous lançons aujourd’hui notre pré-campagne. Notre seul ennemi est Macky Sall », a prévenu le maire de Ziguinchor.
Cette manifestation est une réponse au rejet par le conseil constitutionnel de la liste de la coalition menée par le parti de Ousmane Sonko aux législatives. L’opposition y voit comme une manière d’écarter toutes les figures importantes aux élections prochaines. « Si Yewwi Askan Wi ne participe pas aux élections, il n’y aura pas d’élections au Sénégal » prévient déjà Ousmane Sonko dont beaucoup de partisans ont indiqué qu’ils vont battre le pavé jusqu’à ce que leur mentor participe aux élections qui s’avèrent comme un nouveau test pour l’opposition avant la présidentielle de 2024. Pour les scrutins législatifs de juillet prochain, plusieurs adversaires du Chef de l’Etat ont été écartés à cause des ennuis judiciaires. L’ancien maire de Dakar Khalifa Sall, le fils de l’ex-président, Karim Wade, ne pourront pas participer à cause des leurs antécédents judiciaires.
Les partisans d’Ousmane Sonko crient au complot de l’Etat même si le pouvoir de Macky Sall se défend contre toute instrumentalisation de l’appareil de l’Etat contre les opposants. Avant la décision du Conseil Constitutionnel, c’est le ministère de l’Intérieur qui a avait invalidé la liste de la coalition menée par le parti de Ousmane Sonko. Les deux instances justifient l’inégibilité d’une de ses candidates, figurant par inadvertance à la fois parmi les titulaires et les suppléants.
Les protestations du maire de Ziguinchor et ses alliés ne font pas l’unanimité au sein de la classe politique sénégalaise. Pour l’actuel président du conseil économique social et environnemental, Idrissa Seck, « Le conseil constitutionnel a mis un terme et de façon définitive au débat sur la recevabilité des listes pour les élections législatives du 31 juillet 2022. Personne n’a le droit de prolonger ce débat sous d’autres formes. Par cette déclaration, Idrissa Seck, qui a rejoint à la surprise générale le camp de la majorité présidentielle, appelle ses anciens alliés de l’opposition à se soumettre à la décision du juge constitutionnel qui a déjà tranché.
Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

 

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. ILS DÉNIGRENT NOS CROYANCEZ POUR NOUS IMPOSER LES LEURS! ALORS L ESCLAVAGE S EN SUIT AVEC TOUS LES COROLLAIRES

    😂MAFIA PAS DEMOCRATIE! DES HOMMES ET FEMMES IMPOSÉS PAR LES ÉTRANGERS SUR NOS PEUPLES! AU SENEGAL L ALTERNENCE PAS LA DEMOCRATIE TOUT COMME PARTOUT AILLEURS EN OCCIDENT! MAFIA!😂

    • ILS DÉNIGRENT NOS CROYANCEZ POUR NOUS IMPOSER LES LEURS! ALORS L ESCLAVAGE S EN SUIT AVEC TOUS LES COROLLAIRES

      MERCI KINGUIRANKE!
      LA VÉRITÉE C EST ÇA! IL N YA JAMAIS EU DE DEMOCRATIE AU SENEFRANÇAL PAYS DES LAQUAIS-PRESIDENTS QUI FONT DES SENEGALAIS ESCLAVES ARABO-FRANÇAIS SOUMIS ET VOILÀ QU ILS SE RÉVEILLENT, CE SERA SANGLANT UN JOUR! J EN SUIS PERSUADÉ ! CES GENS EN ONT MARRE DÉJÀ, ÇA SE VOIT!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here