Gestion de l’accord de paix signé en Alger : Me Harouna Toureh révoqué à ses fonctions par la plateforme des mouvements du 14 juin 2014

2

L’horizon s’assombrit pour le porte-parole de la plateforme des mouvements du 14 juin 2014 d’Alger, Me Harouna Toureh. Ce dernier vient d’être révoqué de ses fonctions par les groupes armées du nord du Mali hostiles à la division du pays.

 – Maliweb.net- Cet avocat, qui était jusque-là le représentant de la plateforme des mouvements du 14 juin d’Alger (CMPFPR, MAA, GATIA) dans toutes les réunions portant sur la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger,  vient d’être désavoué par ceux-là mêmes  qu’il prétend représenter.  Il est celui-même qui avait apposé sa signature sur le document final de l’accord de paix en Alger en 2014 au nom de la plateforme.

Lors d’un point de presse tenu, hier, à la Maison de la presse de Bamako les représentants du CMPFR, MAA et GATIA ont informé l’opinion nationale et  internationale  de la volonté de réorganisation de la Plateforme qui, selon eux, reste  fidèle  à ses idéaux fondateurs.

Dans leur déclaration, ils indiquent que ce retour aux sources vise essentiellement  ‘’à endiguer les conséquences déstabilisatrices des agissements déviationnistes de certaines personnes parmi lesquelles Monsieur Harouna Toureh’’.

Ces groupes armés du nord du Mali signataires de l’accord de paix déclarent « désapprouver les méthodes de gestion propre Me Harouna Toureh ».

Ils lui reprochent spécifiquement  de s’être livré à la tête de la plateforme,  «  au  copinage, les nominations de personnes externes à la CMFPR, les révocations arbitraires, la substitution et la falsification des listes consensuelles, le cumul de fonctions, les trafics de places, des grades tant au niveau des combattants désignés pour l’intégration que pour les membres retenus dans les différentes structures de mise en œuvre de l’Accord »

 Au regard de tout ce  qui précède,  indique Abdrahamane Anaser Maïga de la CMFPR,  nous informons que Me Toureh est  révoqué de ses fonctions de porte-parole et ne représente plus la CMFPR au sein de la Plateforme. «  Il importe que toutes les parties impliquées dans la mise en œuvre de l’Accord prennent acte de cette décision, notamment le chef de file de la médiation internationale, le représentant spécial du secrétaire général des nations unis à Bamako, le  Premier ministre du Gouvernement du Mali, le Haut représentant du président de la république chargé de la mise en œuvre de l’Accord et le  ministre de la réconciliation nationale », a-t-il ajouté.

La réaction des proches de Me Harouna Toureh ne s’est  pas fait attendre.  «  Toutes ces personnes présentes à ce point de presse ne sont pas membres de la plateforme des mouvements du 14 juin 2104 à Alger. Ils n’étaient pas présent lors de la signature de l’accord pour la paix et la réconciliation en Alger », a contesté le Col Mahamadou Diarra. Lequel et certains de ses camarades étaient déterminés à empêcher la tenue de ce point de presse. Ils ont, d’ailleurs, reçu à l’interrompre un moment avant de voir expulser de force de la salle de conférence.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. UNE HONTE. TOUS (LES PROS ET LES CONS) SE DISENT REPRESENTER LES INTERETS POPULATIONS QUI SOUFFRENT, MAIS EN REALITE ILS NE PENSENT QU’A EUX MEME. ABJECT….

  2. DÉCIDÉMENT …TOUT LE MONDE LE LÂCHE …
    SACRE HAROUNAH ! ( LA OU PASSE SON CHAMEAU …L HERBE NE REPOUSSE PAS ! )
    …IL DOIT Y AVOIR DES RAISONS …

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here