Banque mondiale : Décès de James Wolfensohn, ancien président père de l’initiative PPTE

0

James Wolfensohn, ancien président de la Banque mondiale est décédé, le 25 novembre, à l’âge de 86 ans. Il était connu pour avoir fait de l’institution l’un des principaux organismes de lutte contre la pauvreté et la corruption, et avait lancé en 1996, l’initiative PPTE en faveur des pays pauvres.

 L’ancien président de la Banque mondiale, James Wolfensohn, est décédé le mercredi 25 novembre 2020, à New York aux Etats-Unis, a annoncé The Institute for Advanced Study.

Américain d’origine australienne, l’ancien banquier avait dirigé la Banque mondiale entre 1995 et 2005. Grand artisan de la lutte contre la pauvreté et l’inégalité dans les pays en développement, il avait lancé en 1996, en collaboration avec le Fonds monétaire international (FMI), l’initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE), le premier programme visant à alléger la dette des pays les plus pauvres du monde, afin de leur permettre de dégager les fonds nécessaires pour mieux répondre à leurs besoins.

Leader transformateur, Wolfensohn a repensé l’engagement de la Banque à réduire la pauvreté, à investir dans le développement durable et à promouvoir la justice sociale à l’échelle mondiale , a indiqué l’institut dans son communiqué.

Alors que l’un de ses successeurs David Malpass, actuel président de la Banque mondiale, parle d’un homme qui a rendu l’Organisation plus ouverte et transparente, la patronne du FMI, Kristalina Georgieva, rend hommage à un héros, dont les réalisations sont légendaires tout comme son héritage.

« Pour dire les choses simplement, Jim a transformé le monde du développement, et la Banque mondiale. Ce faisant, il est devenu, littéralement, la voix des pauvres sur notre planète », a déclaré la directrice du FMI qui avait travaillé à la Banque mondiale sous la direction de M. Wolfensohn.

Né le 1er décembre 1933 à Sydney en Australie, l’ancien homme d’affaires diplômé de Harvard est décédé à l’âge de 86 ans.

Agence Ecofin

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here