FORSAT : L’unité victime de graves intox

0

A Sikasso, la tension de contestation était montée d’un cran suite à la proclamation des résultats du second tour des législatives par la Cour constitutionnelle. Ainsi, l’alliance annoncée victorieuse selon les chiffres de l’administration territoriale perd le combat.

Les heures qui suivent l’arrêt de la cour furent très tendues dans la ville. Des manifestants ont tout paralysé sous prétexte que leur victoire a été volée. Route nationale coupée, des pneus brulés sur les grandes artères de la ville et autres objets jetés un peu partout à travers Sikasso. Les mécontents, furieux, ont joué à la sourde oreille face à toutes approches afin d’endiguer la situation. Ils maintiennent la pression et jurent de ne rien abandonner tant que leur victoire spoliée n’est pas restituée.

Alors, les forces de l’ordre se sont senties dans l’obligation d’intervenir afin de dissuader des manifestants extrémistes qui voulaient tout mettre à terre. Quelques jours, entre les deux parties, le climat était tendu mais elles (forces de l’ordre) ont pu ramener l’accalmie.

Dans ce brouhaha, des rumeurs persistantes faisaient établir une possible infiltration des manifestants par des forces du mal. Alors la hiérarchie militaire, dans la promptitude efficace envoya un détachement de l’unité spéciale qui a pour unique mission combattre les terroristes, les djihadistes.

 

Une fois aperçue dans la ville, des gens de mauvaise volonté ou ne faisant pas la part des choses entre les corps, ont tenté de jeter le discrédit sur la FORSAT tout en l’accusant d’être à l’origine du désordre et ils vont plus loin en essayant de la taxer d’être responsable des tirs à balles réelles et aussi de l’assassinat d’un jeune homme.

Cette information fait écho jusqu’à présent dans le Kénédougou. Elle méritait d’écouter des autorités administratives, des notables, des citoyens de la ville de Sikasso. Nous nous sommes alors rendus en ce lieu pour en savoir davantage. De toutes les rencontres, les témoins ont épargné à la FORSAT toute action tentant à réprimer les manifestants.  Préférant garder l’anonymat, nos interlocuteurs ont tous confirmé que la FORSAT lorsqu’elle arrivait à Sikasso ville, le calme était revenu. Et elle ne s’est mêlée de rien.

« La Forsat est venue trouvée que tout était fini. Les gens ne savent pas faire la différence entre les corps. Elle est arrivée entre 16-17h ce jour, tandis que l’intervention des forces de l’ordre pour ramener le calme a eu lieu entre 9h-10h. Il faut que les gens comprennent que la force de l’unité spéciale antiterroriste est trop puissante pour des missions de maintien de l’ordre. Sa présence à Sikasso, c’était à titre dissuasif parce qu’on avait des infos qui soutenaient l’hypothèse de l’infiltration des manifestants par des forces du mal », nous confiait un haut placé de la hiérarchie militaire à Sikasso.

Alors à qui profite de tel discrédit jeté sur cette unité créée pour une mission bien déterminée ?

Qu’est-ce que c’est que la FORSAT ? Les raisons de sa création ; sa composition ; les exploits qu’elle a engrangés… nous vous livrons un article paru dans jeune Afrique le 02 Septembre 2016 qui explique tout.

KèlètiguiDanioko

 

Mali : tout savoir sur la Force spéciale antiterroriste

Créée en mars, la Force spéciale antiterroriste est désormais opérationnelle. En cas d’attaque, ses 180 policiers et gendarmes d’élite sont appelés à intervenir sur-le-champ.

Il y a d’abord eu l’attaque contre le bar-restaurant La Terrasse, à Bamako, où cinq personnes ont été assassinées par un homme armé, le 7 mars 2015. Puis celle contre l’hôtel Byblos, le 7 août, à Sévaré (dans le centre du pays, à 10 km de Mopti), où un commando terroriste a tué quatre soldats maliens et cinq membres de la Minusma.

Et enfin, le 20 novembre 2015, l’attentat contre l’hôtel Radisson Blu, premier attentat de masse perpétré au cœur de la capitale par les jihadistes d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui s’est soldé par un bilan de 22 morts, dont les deux assaillants. Ces attaques à répétition dans des lieux fréquentés ont convaincu les autorités maliennes de la nécessité d’améliorer leur capacité de réaction face à une menace terroriste globale et imprévisible.

Une unité d’urgence aux recrues variées

Si le renforcement des forces de sécurité était à l’étude depuis des mois, l’attentat contre le Radisson Blu a vraiment servi de déclic. « Il n’y a pas eu de défaillances, mais cette expérience a montré qu’il fallait changer certaines choses », explique le général de brigade Salif Traoré, ministre de la Sécurité et de la Protection civile. Décision a donc été prise de constituer une unité à part entière capable d’intervenir rapidement et partout sur le territoire en cas d’attaque terroriste. « Il nous fallait un mécanisme plus souple, plus réactif, qui permette d’assurer une meilleure coopération entre les différentes forces de sécurité », confie un conseiller du ministère.

Décision a donc été prise de s’appuyer sur les unités d’élite déjà existantes au sein de la police, de la gendarmerie et de la garde nationale – le Groupe d’intervention de la police nationale (GIPN), le Peloton d’intervention de la gendarmerie nationale (PIGN) et les Forces spéciales de la garde nationale –, et de les rassembler au sein d’un dispositif commun exclusivement affecté à la lutte contre le terrorisme : la Force spéciale antiterroriste (Forsat).

« Triés sur le volet »

Créée par arrêté ministériel le 22 mars 2016, cette dernière est composée de 60 policiers, 60 gendarmes et 60 gardes nationaux triés sur le volet. Postés dans leurs bases respectives à Bamako, ces policiers et soldats d’élite sont mobilisables vingt-quatre heures sur vingt-quatre par le ministre de la Sécurité, aux ordres duquel ils répondent directement en cas de crise. Un centre de commandement spécial a d’ailleurs été récemment installé au ministère pour diriger les opérations.

Après avoir passé ces derniers mois une batterie de tests physiques, techniques et oraux, les policiers, gendarmes et gardes nationaux sélectionnés pour composer la Forsat participent désormais régulièrement à des formations avec des policiers français du Raid, des militaires américains et des membres de l’Eucap Sahel-Mali, la mission civile de soutien aux forces de sécurité intérieure mise en place par l’Union européenne.

Une cohésion en construction

À terme, chaque unité devrait disposer d’un médecin, d’un infirmier, d’un maître-chien, d’un négociateur et d’un officier de renseignement. Des snipers, déjà opérationnels au sein de la gendarmerie, seront également bientôt présents dans les rangs de la police et de la garde nationale. Les différentes composantes de la Forsat peuvent aussi compter sur des moyens matériels renforcés. Elles viennent par exemple d’être équipées de petits drones et de robots dotés de caméras qui leur permettront de recueillir des informations sur leurs futurs théâtres d’opérations.

« La Forsat est un outil très utile, mais qui demande encore à être huilé », reconnaît une source sécuritaire en évoquant quelques rivalités persistantes entre policiers, gendarmes et gardes nationaux. Après une première collaboration lors de l’attaque contre le Radisson Blu, les différents corps constituant ce nouveau dispositif avaient été déployés ensemble, le 21 mars dernier, lors de l’attaque de l’hôtel Azalaï Nord-Sud, à Bamako, qui abrite le siège de la Mission de formation de l’Union européenne. Bilan : un seul mort à déclarer, le terroriste.

02 Septembre 2016

Source : Jeune Afrique

 

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here