Chantiers de la Transition : La nécessaire adhésion des forces politiques

0

élections et la tenue des Assises nationales de la refondation. Deux projets phares qui ne font pas l’unanimité au sein de la classe politique

Dans la dynamique du processus de consultations de l’ensemble des forces vives du pays, le Premier ministre a échangé, vendredi dernier au Centre international de conférences de Bamako (CICB), avec les partis politiques, sur les grands chantiers de la Transition, comme le Plan d’action du gouvernement (PAG). Cette rencontre, au cours de laquelle des débats animés autour de certaines questions brûlantes de l’heure, ont été engagés, ouvre la voie à d’autres séquences d’échanges.

Les autorités actuelles ont indiqué dès le départ la nécessité d’une transition réussie basée sur l’inclusivité. À cet effet, après l’adoption du PAG par le Conseil national de Transition (CNT), Dr Choguel Kokalla Maïga a invité les leaders des partis politiques pour leur expliquer les principaux axes dudit document.

Des questions brûlantes de l’heure ont fait l’objet d’échanges entre les participants

Ceux-ci s’articulent autour du renforcement de la sécurité ; des réformes politiques et institutionnelles ; de l’organisation des élections générales ; de la promotion de la bonne gouvernance et l’adoption d’un pacte de stabilité. Le Premier ministre était accompagné, pour la circonstance, de trois membres du gouvernement : Ibrahim Ikassa Maïga (Refondation de l’État), le lieutenant-colonel Abdoulaye Maïga (Administration territoriale et Décentralisation) et Mme Fatoumata Sékou Dicko (ministre déléguée chargée des Réformes politiques et institutionnelles).

Dans ses mots introductifs, le Premier ministre a indiqué que le débat sur l’Organe unique de gestion des élections est clos. Il a annoncé que les projets de termes de référence (TDR) de la mise en place dudit organe et ceux des Assises nationales de la refondation (ANR) seront disponibles dans les jours à venir. Parlant du volet sécuritaire, Choguel Kokalla Maïga a informé que le gouvernement a décidé de diversifier les partenariats pour sécuriser notre territoire national.

Concernant la bonne gouvernance, le chef du gouvernement a soutenu que les Maliens ont soif de justice, d’où la lutte enclenchée contre l’impunité, la corruption et le détournement des deniers publics. Toutefois, le chef du gouvernement précisera que personne ne sera traité pour ce qu’il a été, mais pour ce qu’il a fait.

………LIRE LA SUITE SUR https://www.lessormali.com/

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here