Sans blaque : Au secours …il pleut des partis politiques !

3

Combien de partis politiques y a t- il au Mali ? Deux cent dix- sept (217) peut être plus parce que chaque jour que Dieu fait il s’en crée. Tel un phénomène de mode. Les partis au Mali, pour employer  un langage imagé, il en tombe du ciel comme des gouttes de pluie. Cette pléthore est loin d’être un signe de vitalité de la démocratie malienne. C’est le signe du manque de sérieux de la classe politique. Il est vrai que dans l’euphorie de la révolution de mars 1991, les Maliens qui en avaient marre du parti unique et de ses abus, se sont mis à créer, à tour de bras, des partis politiques, ce d’autant plus qu’au nombre des revendications populaires figurait en bonne place le multipartisme intégral. Au nombre de ces revendications  figuraient également la démocratie, la défense des libertés collectives  et individuelles.

Des partis politiques, on en voit de toutes les couleurs et de toutes les obédiences au Mali : des partis lilliputiens, des PUARL (partis uniques à responsabilité limitée), des partis dont le seul signe de vie se manifeste, comme un confrère l’a écrit, à l’occasion de la mise sur les fonds médiatiques du père fondateur. Peut-il y avoir plus de 200 projets de société pour un pays de 20 millions d’habitants comme le Mali ? La réponse est évidemment non. Très peu de partis procèdent à l’éducation et à la formation de leurs militants entre deux élections, comme le leur recommande leur règlement intérieur.

Beaucoup de partis sont créés dans l’espoir de bénéficier de l’aide de l’Etat. Malheureusement, le même scénario vaut pour la presse. Les politiciens ont eux-mêmes inventé le vocable imagé de transhumance politique, entendez par là se faire élire par un parti politique et immigrer par la suite avec armes et bagages dans une autre formation politique, sans vergogne. C’est vrai, le Mali est pays d’élevage, mais cette pratique doit s’arrêter. La Transition doit  veiller à cela dans le cadre des réformes institutionnelles. Même si le nombre de partis politiques n’est pas à limiter, leur inflation n’est pas souhaitable. Leur regroupement s’impose.

Les promoteurs de partis doivent mettre leur égo en berne et accepter de faire des fusions-absorptions. La crise d’adolescence ne doit pas signifier l’infantilisation de la démocratie malienne. Qu’en est-il de la tentative entre la Codem de Housseyni Amion Guindo et l’Apr de Oumar Ibrahim Touré ? Les professionnels maliens de la politique doivent cesser de croire que leurs compatriotes sont saisis d’amnésie collective. Les autorités de Transition doivent mettre tout cela à plat pour refonder la nation malienne.

   BOUBACAR  Sidibé Junior

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. LE MULTIPARTISME, C EST DU MULTICEPHALISME ET DE LA MULTICONTRADICTION, LE DRAGON A MILLE-TETES, CHACUNE ORIENTEE DANS DIFFERENTES DIRECTIONS ET TIRANT LE CORPS A L OPPOSEE DE L AUTRE TETE!

    LE MULTICEPHALISME C EST UN CORPS PARALISE AYANT MULTIPLES TETES PARLANT DIFFERENTES LANGUES ET LES MEMBRES ATROPHIES BALANCENT DE TOUS LES COTES!

    LE MUTIPARTISME C EST LA SOCIETEE DANS LE GOUFFRE PROFOND SANS ISSUES, TOUTE CETTE SOCIETEE Y TOURNANT EN ROND TANDIS QUE LE MONDE AVANCE! LA DEMOCRATIE MULTIPARTITE EST UNE STRATEGIE DE CONTENANCE ET DE DOMINATION, OUI UNE AUTRE RELIGION ABRA-HAMISTE! UNE MAFIA CRIMINELLE CONTRE LE PEUPLE!

  2. It is clear Malian have made folly with condition that should not exist. That condition is lack of rule that obligate political parties must have designated number of registered to vote members with number varying due to whether it is local, regional or national political office its members seek to be elected too. In all cases rule should obligate political party possess 5 percent of voters or/ plus citizens registered to vote in that local, regional or national election dependent on office.
    Now ultimate correction of this mess is one party political system. One party systems including democratic ones have proven to be efficient, inclusive where properly aligned plus least financially costly while most likely to keep government on upgrade in living conditions development passage.Mere fact many undeveloped African nations do not have one party system is proof our politicians do not want to do what is in our best interest of Negroids. It seem one thing we acquire most from foreigners is desire to not do right among or to Negroids. Do we hate being Negroid? It sure seem like many of us do. That must change. Influence of politics in Africa make politics top tier mechanism to facilitate change to treat Negroids right.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  3. Sidibe ke 3 choses qu’il faut introduire 1) un parti politique doit etre reconnu si et seulement si il a moins 5% de la population votante comme adherante a sa vision et son programme 2) et avoir au moins 5% de la representativite dans chaque region du Mali a elle seule et 3) ensuite les fonds publics ne doivent plus etre depenses sur des partis politiques, qu’ils cherchent leur fonds eux-meme pour faire leur campagne et gagner le vote des gens.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here