Face à la fronde des religieux… IBK cherche-t-il refuge dans la classe politique ?

3
IBK Mahmoud Dicko

A force de surgir ces derniers mois, avec des exigences fortes sur la gouvernance, certains responsables religieux ont fini par susciter une sorte de « repli identitaire » chez le pouvoir IBK. Le locataire du palais de Koulouba, longtemps méprisant vis-à-vis de la classe politique, a brusquement retrouvé du zèle pour rétablir le chemin du dialogue tant avec la majorité qu’avec l’opposition. 

Maliweb.net Visiblement, Mahmoud Dicko et le chérif BouyéHaïdara sont en train de pousser, sans le vouloir, IBK à retrouver ses talents de stratège politique. En ne parvenant pas à barrer la route du second mandat à IBK, certains leaders religieux avaient déjà alerté le « président-fondateur » du RPM sur sa vulnérabilité. IBK était alors contraint de se faire réélire seulement au second tour, alors qu’il surfait sur un takokelen ! Même si Mahmoud Dicko et Bouyé Haïdara avaient échoué à empêcher un second mandat à IBK, ce dernier a su que sa gouvernance n’allait pas être un long fleuve tranquille…

Limoger le PM, acteur politique majeur ?

La preuve, ces religieux viennent de plaider pour le limogeage du Premier ministre Soumeylou Boubèye  Maïga. Et le meeting du 10 février dernier avait montré que ces leaders religieux, malgré tout, gardent une capacité de mobilisation qu’il ne faut point négliger. Ils ont donc une force de nuisance, dont IBK est obligé de tenir compte ; malgré sa confiance renouvelée au PM.

C’est cette analyse qui pousse le chef de l’Etat a rapidement amorcer un rapprochement avec le chef de file de l’opposition, en passant un coup de fil réconciliateur à Soumaïla Cissé le jeudi 14 février, soit exactement 4 jours après le meeting de défiance du stade 26 mars plein à craquer. Ce qui sera suivi par la rencontre du chef de l’Etat avec la majorité présidentielle Ensemble pour le Mali EPM, le dimanche dernier. IBK est visiblement en train de resserrer les rangs du landernau politique autour de sa gouvernance, conscient du…péril religieux. Aurait-il oublié que c’est lui IBK qui a presque instrumentaliser ces leaders religieux pour son ascension au pouvoir ? Peut-il réussir à échapper à ce retour de manivelle en s’adossant aux forces politiques du pays ? Possible ! Avec le risque de tenter une ouverture sûre dans le contexte des réformes politiques envisagées.

Rappels utiles

Il faut rappeler toutefois que si sous le magistère du président Alpha Oumar Konaré, les leaders religieux n’étaient audibles que lors de la célébration des certaines fêtes (comme le Maouloud, ou la Pâques), sous ATT, l’épisode du vote contesté du Code des personnes et de la famille les avait brièvement mis en relief… Et c’est avec l’avènement du président IBK, que les chefs religieux ont poussé des ailes pour avoir été quasiment invités à s’immiscer dans le débat politique. C’est ce qui coûte aujourd’hui à IBK les pressions et sollicitations diverses… Cela doit donc s’inscrire dans le lot des expériences pour ses potentiels successeurs.

Pour avoir bénéficié du soutien multiforme de certains leaders religieux comme rampe d’ascension au pouvoir en 2013, IBK  fait, depuis plusieurs semaines, l’objet de demandes pressantes et des plus fantaisistes. En ignorant ces… aboiements, IBK réussira le pari de conduire le Mali à la fin définitive du pouvoir politique des mosquées, églises et couvents.

Avec les événements de mars 2012, les militaires et les religieux étaient devenus les véritables faiseurs de roi au Mali. Nul ne pouvant accéder aux hautes sphères de l’Etat sans leurs bénédictions. Mais le règne de la junte et de ses reliques  était devenu trop encombrant et dérangeait visiblement les partenaires internationaux du pays. IBK a dû siffler la fin de cette récréation avec son retentissant « Kati ne fera plus peur à Bamako ». La suite, c’est le démantèlement des acteurs majeurs du coup d’Etat de 2012… Il restait l’autre pôle majeur d’influence : les leaders religieux, dont l’imam Mahmoud Dicko, le chérif de Nioro et leurs proches lieutenants.

Entre temps, les rapports se sont détériorés entre le pouvoir et ces responsables religieux qui ne se plaignaient de voir les plus hautes autorités s’affranchir de leurs désidératas. Comme ils voulaient un pouvoir à leurs ordres ou à leurs pieds ! Oubliant que tout pouvoir tient à s’affranchir de quelque diktat que ce soit. Ce qui a du reste motivé l’opinion célèbre de Montesquieu : « le détenteur de tout pouvoir est porté à en abuser… »

C’est dans ce contexte de froid entre l’imam Dicko, non moins président du Haut Conseil islamique et le chérif Bouyé Haïdara qu’est intervenue l’élection présidentielle 2018. Nul ne pouvait penser que le candidat contre qui ces deux ténors de l’opinion publique appelleraient à voter pouvait tout de même remporter, au final le scrutin ! Cela fut le plus grand camouflet infligé à ces deux leaders religieux. Fort heureusement que le troisième leader religieux le plus influent au Mali, Ousmane Chérif Madani Haïdara avait évité de donner des consignes de vote. Contrairement aux deux précités qui s’étaient rangés derrière des candidats de l’opposition : Aliou Boubacar Diallo et/ou Soumaïla Cissé. Et, à l’issue du 1er tour du scrutin, ces protégés de l’imam Dicko et du chérif Bouyé arrivent respectivement en deuxième et troisième position. Et, n’ayant pas pu bénéficier du report de voix du troisième, Aliou Diallo, Soumaïla Cissé constatera que malgré le soutien du guide des hamalliste, IBK lui damera le pion… En clair, contre le soutien de ces leaders religieux qui drainent d’immenses foules, le candidat IBK a gagné cette élection présidentielle. Ce fut la première défaite de ce qu’on peut appeler désormais le pouvoir des mosquées.

Avec l’épisode actuel des pressions de ces leaders religieux sur le chef de l’Etat pour obtenir le limogeage du Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga, l’on a une nouvelle grille d’appréciation de cette influence religieuse sur la gouvernance politique du pays.

Refus poli et clair d’IBK

En effet, étant donné que le chef de l’Etat a déjà opposé un refus clair à ces pressions de Bouyé et Dicko, l’on peut conclure en un camouflet des guides religieux. En déclarant avec la solennité requise, depuis Berlin, que Boubèye « fait correctement son travail… », qu’il « a relevé plusieurs défis dont l’organisation de l’élection présidentielle », IBK tient à gagner un nouveau pari, celui de montrer à l’opinion qu’il ne sera plus la marionnette d’aucune chapelle religieuse, si majoritaire soit-elle. Il faut d’ailleurs souligner que si le président cède à cette pression, il montrerait alors au peuple que ce sont ces leaders religieux qui gèrent le pays. Ce qui serait hautement dommageable pour l’image de son pouvoir, dont le second mandat est à peine emmanché.

Et en n’obtenant pas la tête du PM, dont IBK vient de prendre la main à sa descente d’avion en rentant à Bamako, les milliers d’adeptes de ces guides religieux comprendront que leurs mentors sont plus dans la propagande qu’autre chose. Ils en déduiront par dépit que le rôle du religieux n’est d’ailleurs pas de dicter la conduite à suivre aux responsables politiques. Ils se démotiveraient quelque peu d’une quelconque prise de position sur le plan politique. Ce qui conduit à peut-être à une prise de conscience et à une forme d’autorégulation du religieux vis-à-vis de la donne politique au Mali. L’on aboutit ainsi à une fin imminente de l’influence des religieux.

 

Boubou SIDIBE /Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. comrades communique from Julu Mandingo to Julu Ubuntu, Muslim Ubuntu plus Christian Ubuntu. IBK have seen enough of developed world to know that secular societies although they include religion as important entity are much more developed plus joyous as oppose to religious societies where at every turn requirements of religion are imposed upon citizens. Although there is much we all disagree with about secular societies there is one element that above all keep them together so all may survive. Secular societies are tolerant of all non violent dispositions thus, allow them to have their “way” so to speak. If that way is to offensive it will be disallowed in future. Secularism have led to more advanced communities with exception of Saudi Arabia who takes follower position to secular communities with intent of acquiring useful modern developments but holding to strict plus pretentiously joyous religious obligations. Over whelming majority of religious communities are greatly under developed plus likely to continue to be so for decades. Thus IBK should not only continue secular movement he should make much greater effort in recruiting youth for that secular movement by acknowledging it is secular movement plus invest in living conditions that will upgrade their living conditions. Old Men of religion arguing of honor plus of some other people religion most likely will not be alive in twenty years plus if youth follow them down that wrong passage that have made us a “shit hole” nation they will be left to blindingly swift Ubuntu genocide.
    IBK should in continuation of his secular movement develop to be oil fields of Mali by building roads to that area that will support heavy trucks to oil refinery to be built in that area plus delivery fresh water if necessary. IBK should supply building material for homes to be built in that area under security of military. Those homes in order to attract youth should have modern conveniences not easily found for them in Bamako. Solar plus wind energy fields should supply electricity for air conditioning plus lighting of communities.
    IBK fully comprehend that we must not be so selfish that we allow Old Men who will most likely within twenty years be dead to make key decisions about conditions left for youth to survive. World have quickly changed thus france know it is being hit with blinding quick changes in Ubuntu Africa that will come even quicker. Whatever france plus European Union have done in Africa they were very well paid for doing it. In fact half people of Ubuntu West Africa should be living a middle class lifestyle in Europe considering all West African money in Europe. I for one declare we have been severely short changed plus want refund but we will not get it thus you all must contribute to new Africa by drawing plans minus france input. We will use this condition to draft constitutional plus foreign contract plus treaty changes that are equitable plus due. We will coordinate whole of our plans to build Africa that should be built.
    In closing I acknowledge to you we must not allow ourselves to be put in box that African Americans are now in with many finally acknowledging they are charity case being they as group that offer nothing America would not have without them. They were warned for decades that only thing they had was under my control but they mistreated me. With Obama as president they acted as if I was not needed however, they have come to see Obama was president to stop talk of reparation for slavery plus he did. That would in its least form cost trillion US dollars . Hell I thought some would try to get me to pay for it through taxes to be acquired by having me open to world American “hunt would would you you” center in America only. Taxes gained from me plus other businesses over years could easily have reached a trillion dollars. Now African Americans “reading writing on wall” send their children around me but I leave them. Time have long pass for me to be their savior. They should blame their selfish plus jealous parents but, that will not change anything. I wish them luck but my focus is on Ubuntu Africa plus succeeding with doing what is in our best interest.
    I do not like people that “play both ends” plus American military intelligence officer instilled in me that such people are to be executed. That is why despite hardship endured I am straightforward about my position thus my condition is American government ultimate response.
    Very much sincere,
    Henry Author(people of books) Price Jr. aka Obediah Ubuntu IL-Khan aka Kankan aka Gue.
    translationbuddy.com

  2. …CE PEUPLE DOIT SE DRESSER CONTRE LES RELIGIEUX ET LEURS RELIGIONS IMPORTEES, MAIS AUSSI CORRIGER LES ANES DES FRANCAIS, QUI EUX ,EN VRAIS LAQUAIS NE PEUVENT EN RIEN ASSURER UN VRAI LEADERSHIP….

  3. Si IBK abandonne les gens sans lesquels il ne serait jamais président de la république,sur quelle force politique va t’il s’appuyer pour maintenir son régime à flot?
    La mouvance présidentielle dont il a réuni l’autre jour peut il l’aider à éviter la colère des religieux?
    Le CLAN présidentiel incarné par sa femme est il prêt à s’écarter pour laisser la mouvance présidentielle dirigée le pays comme on l’a connu avec ALPHA OUMAR KONARE ou c’était les éléments de l’ADEMA PASJ et ses ALLIÉS qui occupaient les postes stratégiques du gouvernement?
    Le fiston national,président de la commission défense,est il prêt à laisser les ministres travailler tranquillement?
    Le pouvoir d’Ibk est incarné par l’ESPRIT de satisfaire les intérêts d’un CLAN.
    Pour pouvoir parler de stratégie il faut un autre ESPRIT celui de L’INTÉRÊT GÉNÉRAL .
    IBK PEUT IL ÉCARTER SA FAMILLE DE LA GESTION PUBLIQUE?
    Qu’ IBK abandonne les religieux pour nouer des alliances avec la classe politique va signifier le retrait du CLAN présidentiel composé des fils,neveux,cousins,parents lointains,amis…
    Ce CLAN très jaloux de ses prérogatives est il prêt à respecter les conditions de bonne gouvernance que les autres partis vont exiger avant d’accepter de travailler avec IBK ?
    IBK doit trancher entre aussi bien le caractère républicain qu’ incarne SBM face aux religieux que l’idée de profiter impunément des deniers publics qu’ incarne ce CLAN présidentiel face aux partis politiques de la majorité qu’ il veut qu’ il l’aide à affronter ses anciens alliés de la communauté musulmane .
    Ce dilemme doit être réglé avant toute négociation avec le chef de fil de l’opposition car qui peut imaginer SOUMAILA CISSE travailler sous influence d’un CLAN fossoyeur des deniers publics .
    Un CLAN qui doit répondre à la justice après la protection honteuse que leurs accorde IBK.
    L’ abandon de la protection de la communauté musulmane est aussi un effort gigantesque pour IBK que la nécessité de raisonner ses parents pour collaborer avec la classe politique.
    IBK peut il sauver son régime ou compte ténu de son caractère délinquant est il nécessaire de le sauver?
    La seule solution est de l’écarter de la gestion gouvernementale,créer une cohabitation nécessaire afin de sauver notre pays.
    La cohabitation nécessaire permettra d’engager des réformes consensuelles pour L’INTÉRÊT du pays jusqu’aux prochaines élections législatives dont les dates doivent être fixées par le gouvernement de la cohabitation.
    OSER LUTTER ,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue .

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here