Spécial supplément, ANR : Aperçu général des thématiques

0

Ce sont treize thématiques qui seront débattues lors de la phase finale des Assises nationales de la refondation (ANR). Il s’agit des sujets aussi variés qu’importants se rapportant à la gouvernance politique, institutionnelle et électorale, à la défense et sécurité, à la paix et réconciliation. Sans oublier l’éducation, la santé, l’économie, la culture, le sport. Nous vous proposons un aperçu général de ces grandes thématiques qui seront soumises à la loupe des Maliens et Maliennes pendant ces Assises nationales.

Thématique n° 1 : QUESTIONS POLITIQUES ET INSTITUTIONNELLES-GOUVERNANCE ÉLECTORALE
À ce niveau, les discussions vont porter sur l’instabilité sociopolitique, les institutions inadaptées et fragiles ; le système de gouvernance incompris et inadapté ; l’absence de séparation des pouvoirs législatif, judiciaire et exécutif ; la mal-gouvernance ; le déficit d’implication des citoyens dans la gestion de l’État (notamment dans les prises de décisions) ; l’inadéquation de certaines normes constitutionnelles à nos réalités.

Il sera aussi question de la politisation de l’Administration publique, de l’absence de suivi-évaluation des politiques publiques, du pléthore de partis politiques, de l’absence de consensus autour des règles électorales, du manque d’enthousiasme des citoyens à participer aux élections, du manque de professionnalisme et d’éthique des acteurs politiques (nomadisme politique, achat de conscience).

Les réflexions porteront également sur le type d’État qu’on veut pour le Mali ; sur la réduction du nombre de partis politiques à 2, 3 ou 4 grands partis politiques ; sur la réduction ou la suppression du financement des partis politiques ; sur la nature du régime politique : régime parlementaire, régime présidentiel ou semi-présidentiel.

Thématique n°2 : DÉFENSE ET SÉCURITÉ -SOUVERAINETÉ-LUTTE CONTRE LE TERRORISME
Concernant cette thématique, les échanges seront menés sur l’état de notre outil de défense. Les participants vont tenter de répondre à la question de savoir pourquoi notre Armée a été déstructurée, affaiblie et démoralisée au fil des années. Ils évoqueront aussi la gestion sentimentale des hommes et des carrières ; l’insuffisance de formation des hommes et d’entrainement des unités; l’absence de manœuvres périodiques pour des mises en situation; la faible prise en charge des blessés de guerre, des veuves et orphelins; la faible sécurisation des frontières.

Thématique n°3 : JUSTICE ET DROITS DE L’HOMME-GOUVERNEMENT- TRANSITION NUMÉRIQUE-MÉDIAS
Les questions qui seront débattues à ce niveau sont relatives à l’insatisfaction des citoyens de la justice ; au manque de confiance des citoyens en la justice, à la politisation de la justice soupçonnée par les citoyens ; à la multiplication de la cybercriminalité. Il sera également question de l’incompréhension courante des citoyens des décisions de justice ; de la corruption au sein de la justice ; de l’insuffisance d’application des décisions de justice, de la non prise en compte des systèmes traditionnels de gestion des conflits.

Thématique n°4 : POLITIQUE ÉTRANGÈRE-COOPÉRATION INTERNATIONALE-MALIENS ÉTABLIS À L’EXTÉRIEUR INTÉGRATION AFRICAINE

À ce niveau, les réflexions porteront sur le climat social caractérisé par la multiplicité des grèves; les revendications constantes des syndicats pour des raisons financières; la multiplication incontrôlée de constitution de syndicats ; l’absence d’équité syndicale ; la mise en œuvre difficile par l’état des réformes sociales ; de la multiplication des statuts particuliers et ses conséquences. L’accent sera également mis sur les salaires et disparité de primes entre les fonctionnaires de l’État et les contractuels de l’État ; les difficultés de l’emploi des jeunes et de l’entreprenariat en général et féminin en particulier, ainsi que les personnes vivant avec un handicap ; l’inadéquation formation/emploi des jeunes, les contraintes sévères à l’entreprenariat féminin.

Thématique n° 6 : PLANIFICATION DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET INDUSTRIEL-DÉVELOPPEMENT RURAL-QUESTIONS ÉCONOMIQUES ET FINANCIÈRES- FISCALITES DÉPENSES PUBLIQUES
Par rapport à ce volet des ANR, les échanges concerneront le faible impact des ressources minières sur l’économie communautaire et nationale; la faiblesse de l’économie formelle; la mauvaise gestion des subventions agricoles et des prix à la consommation; l’occupation anarchique des terres agricoles et des villages par les détenteurs des permis miniers.
Il sera aussi question de la rationalisation de la dépense publique; de l’importance de l’économie informelle/non structurée; de la faible productivité du secteur rural; de l’inefficacité des politiques, d’industrialisation; de l’inadaptation du système fiscal en vigueur.

Thématique n° 7 : SANTÉ ET AFFAIRES SOCIALES-QUESTIONS HUMANITAIRES-RÉFUGIÉS ET DÉPLACÉS INTERNES
L’importance de cette thématiques se rapporte à mener des débats sur l’insuffisance de l’encadrement des indigents, des talibés, des enfants de la rue; sur l’insuffisance du nombre et d’équipement des structures de santé dans notre pays; la multiplication du nombre de réfugiés et de déplacés internes et ses conséquences humanitaires; des difficultés d’accès aux services sociaux de base; sur la faible valorisation de la médecine traditionnelle; de l’insuffisance du financement du secteur de la santé; sur le coût élevé de la santé supporté par les ménages. Les participants aborderont également des sujets relatifs à la non fonctionnalité des caisses de solidarité dans de nombreux districts sanitaires pour gérer la référence évacuation; à la problématique de la disponibilité des médicaments; à la non fonctionnalité d’aires de santé pour cause d’insécurité, au double vacation du personnel de santé du secteur public vers le secteur privé; à la problématique des faux médicaments.

Thématique n° 8 : ADMINISTRATION DU TERRITOIRE-RÉORGANISATION TERRITORIALE/DÉTERMINATION DES CIRCONSCRIPTIONS ÉLECTORALES- DÉCENTRALISATION-ACCÈS AUX SERVICES SOCIAUX DE BASE-QUESTIONS FONCIÈRES
Les questions qui seront évoquées dans cette thématiques sont l’insuffisance du dialogue social entre la population rurale et l’administration publique; la dévalorisation de la fonction d’administrateur civil; la mise en œuvre de réformes territoriales sur fond de crise; la contestation récurrente du découpage administratif; l’absence de consensus dans la détermination des circonscriptions administratives et électorales; la mauvaise approche de la décentralisation; la mise en œuvre difficile de la décentralisation et de la réorganisation territoriale.

Thématique n° 9 : PAIX, RÉCONCILIATION ET COHÉSION SOCIALE- APPROPRIATION ACCORD POUR LA PAIX ET LA RÉCONCILIATION AU MALI, ISSU DU PROCESSUS D’ALGER – DÉMOBILISATION-DÉSARMEMENT -RÉINSERTION

Au niveau de cette mathématique, il sera question de la résurgence des conflits intra et intercommunautaires; de l’émergence de conflictualités multiples; de l’aggravation des disparités sociales; de la situation de précarité généralisée; des difficultés de réinsertion des groupes armés (non signataires); de la non appropriation de l’accord par les populations. Les discussions porteront aussi sur la difficile question de l’application intégrale de l’accord; sur les difficultés dans la mise en œuvre du processus de Démobilisation-Désarmement-Réinsertion (DDR); sur le déficit de confiance entre les parties signataires de l’accord; sur la multiplicité et inefficacité des acteurs internationaux dans la mise en œuvre de l’accord.

Thématique n° 10 : ARTS-CULTURE-TOURISME
Les questions qui seront abordées par les participants dans cette thématique sont relatives à la faiblesse dans la prise en compte de la promotion de l’industrie culturelle; à la mauvaise protection des acteurs et œuvres culturels; à l’insuffisance de prise en compte de l’apport des arts et de la culture dans la consolidation de la cohésion sociale; à la faiblesse, voire l’absence de la prise en charge des questions cultuelles.
Il sera aussi question de la mise en œuvre difficile des politiques publiques en matière de tourisme; de l’évaluation limitée de la corrélation entre la construction citoyenne et le sport; de l’insuffisance du financement et de la formation qualifiante des artisans; de la déviation comportementale avérée à tous les niveaux; de la perte des repères culturels et des difficultés d’espace et d’opportunités pour les artisans.

Thématique n° 11 : JEUNESSE- SPORT- ÉDUCATION CIVIQUE- CONSTRUCTION CITOYENNE
Dans cette thématique, les réflexions seront menées en vue de favoriser l’insertion des jeunes dans le circuit productif dans tous les domaines; de promouvoir la production intellectuelle et l’innovation technologique. Les propositions devraient aussi aboutir à la généralisation du service national des jeunes; à l’instauration du service civique et à lutte contre la migration clandestine.

Thématique n° 12 : DÉVELOPPEMENT DURABLE- ENVIRONNEMENT- ASSAINISSEMENT
Pour ce volet des ANR, les discussions porteront sur la déforestation à outrance; la pollution de l’atmosphère, des cours d’eau et des eaux souterraines; la faible exploitation des énergies renouvelables; l’abandon des pratiques traditionnelles de protection de l’environnement; la dégradation de l’environnement; la mauvaise gestion des déchets (solides et liquides), y compris, les déchets spéciaux (sachets plastiques, déchets électroniques et biomédicaux) dans toutes les villes.
Il sera aussi question de la fréquence des inondations dans les villes et campagnes, due au mauvais état des caniveaux et des collecteurs et à l’occupation anarchique de l’espace; de l’ineffectivité des textes régissant les pollutions et l’exploitation des ressources naturelles; de l’absence de contrôle de l’exploitation des ressources naturelles sur une bonne partie du territoire, à cause de l’insécurité généralisée; de la faible niveau d’application des politiques en matière de développement durable, de protection de l’environnement et d’assainissement.

Thématique n° 13 : ÉDUCATION- QUESTION SCOLAIRES, UNIVERSITAIRES ET RECHERCHES SCIENTIFIQUES
Dans cette thématique, il sera question de la faible prise en compte de l’éducation non formelle et de l’enseignement en langues nationales; du faible niveau des formateurs; de l’insuffisance des infrastructures dans tous les ordres d’enseignement; du déficit d’infrastructures d’enseignement technique et professionnel; du sous équipement matériel et pédagogique des établissements ; de l’insuffisance dans la mise en œuvre des politiques en matière d’éducation spéciale (sourds-muets, aveugles, déficients mentaux) et de la petite enfance.

Les réflexions porteront aussi sur le choix pédagogique inadéquats; l’absence de coordination entre le ministère chargé de l’éducation et celui chargé des collectivités territoriales dans la gestion des personnels enseignants; la gestion approximative dans l’Enseignement privé, tendance à la proéminence de celui-ci sur l’Enseignement public, absence de cahier de charges, transfert abusif des fonds publics vers les établissements secondaires privés; l’insuffisance de formation, de ressources financières et d’infrastructures de recherche dans l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique; l’érosion profonde des valeurs fondamentales de déontologie et d’éthique; la fermeture d’écoles suite à l’insécurité; déscolarisation de milliers d’enfants; le sous financement de l’alphabétisation; l’absence de mécanisme de suivi des diplômés.

Synthèse
Madiba KEITA

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here