Tièmoko Sangaré à la Conférence régionale Adema-Pasj de Bamako: «Il faut que l’indiscipline au sein de nos troupes s’arrête»

11
Tièmoko Sangaré à la Conférence régionale Adema-Pasj de Bamako
Tiémoko Sangaré, président Adema-Pasj

En vue de soutenir la candidature du président IBK à la présidentielle, le président de l’Adema-Pasj, le Pr Tièmoko Sangaré galvanise ses troupes. La Coordination régionale de Bamako a ouvert le bal des tournées du président dans les régions du Mali. A Bamako, la conférence régionale s’est réunie au mémorial Modibo Keita, dans la même salle où deux semaines plus tôt, Dramane Dembélé annonçait sa candidature à la présidentielle.

-Maliweb.net- «Quiconque ferait autre chose cesse d’être Adema». Par cette déclaration, le président de l’Alliance pour la Démocratie au Mali – Parti Africain pour la Solidarité et la Justice commente la radiation de Dramane Dembélé, jusque-là, 2e vice-président du parti qui a décidé malgré la décision contraire du Comité Exécutif de se porter candidat à la présidentielle. Les mots étaient assez durs. Pendant près de trente minutes, En français et en Bambara, le premier des abeilles ne s’est pas fait prier pour fustiger les ‘’rebelles’’ de la Ruche.« A Bamako, il y a beaucoup de leaders de salon qui sont incapables de mobiliser dix personnes dans leur propre village», attaque aussi le président des Abeilles.

«Consolidons les acquis avec le président IBK», était le thème de cette conférence. Pour Tièmoko Sangaré, la décision du parti de soutenir la candidature du président IBK, dès le 1er tour de la présidentielle, est un choix «intelligent et de bon sens». A entendre le président de l’Adema, son parti en soutenant IBK se consolide pour les autres élections et la présidentielle de 2023. D’où la condition du parti de jouer un rôle prépondérant au sein de la plateforme «Ensemble pour le Mali». Pour l’atteinte de ces objectifs, le président Sangaré attire l’attention sur un certain nombre de principes à observer. «Il faut que l’indiscipline au sein de nos troupes s’arrête. Car, si vous ne respectez pas vos responsables, il va de soi que personne ne vous respecte aussi», indique Tièmoko Sangaré sur un ton ferme.

Mamadou TOGOLA/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

11 COMMENTAIRES

  1. si le ridicule tue les frelons seraient deja enterrés.Helas au Mali tout est possible.Les gens qui ont torpillé la decision de la conference nationale du parti au profit des plats de lentilles nauseabondes n’ont pas de lecon à donner à personne.Tiemoko mobilise combien de personne à Bougouni? Ampé, combien à Koro ou il ne peut meme mettre les pieds.Adama Sangaré represente quoi.A defaut d’etre digne,Tiemoko peut se taire et cirer les bottes des maitres du jour.

  2. L’indiscipline, c’est toi et ceux qui te suivent qui l’on institué dans le parti en refusant pour des raisons qui vous sont propres d’appliquer la décision d’une Conférence Nationale Souveraine. Vous pensez que ce Parti là vous appartenait. Aujourd’hui vous voilà Président d’un Club de soutien ou du moins d’un GIE. Tous ceux, qui ont le parti Adema dans leur sang ont quitté la ruche, car les frelons l’ont envahi. L’histoire a donné raison à Feu le Pr. Mamadou L. TRAORE.

    • Ben.. feu Mohamed lamine créait le Miria avec Pr Tiemoko sangare quand il parla des frelons ayant envahi la ruche(donc il ne parlait sûrement pas de Tiemoko)

  3. C”st triste ce qui arrive à l’ADEMA! AOK, Alioune Nouhoun Diallo et les autres membres fondateurs sont aussi responsables de ce qui arrive à ce parti car ils restent muets sur les décisions des aventuriers actuels qui le dirigent. Ce parti ma rappelle le MNSD au Niger qui était le plus grand parti du pays mais a perdu toute verve par la cupidité de certains de ses membres qui ont marchandé leur soutien ou suivi leur ego personnel, aujourd’hui il est moins que sa propre image! Ce “Pr” tiémoko qui parle de 2023 est il sûr de vivre jusqu’en 2023? Qui nous dit qu’en 2023 il ne va soutenir un autre candidat pour assurer ses propres arrières? En conclusion un pari politique a pour vocation de conquérir le pouvoir et c’est pour quoi j’ai toujours dit que certains partis politiques doivent simplement être dissous au Mali. C’est le cas de tous ceux qui existent depuis plusieurs années mais ne se sont jamais présentés à une présidentielle, ceux qui n’ont pas de conseillers ou des députés. Un premier tamisage de la sorte permettrait de voir un peu clair. Ensuite mettre l’accent sur la représentativité sur l’ensemble du territoire national, il ne suffit pas d’avoir un siège à Bamako, il faut en avoir dans toutes les régions du Mali avec partout un bureau régional et un nombre de militants égal au minimum de 1000 militants. En conclusion à mon avis tous les maliens quelque soit leurs idées et orientations politiques peuvent se retrouver dans maximum trois partis politiques. Celui qui ne s’y retrouve pas qu’il reste en dehors de la politique et puis tout le monde ne peut être ministre, député encore moins président de la République donc sachons raison gardée. La politique ne doit pas constituer non plus un métier comme en font certains!

  4. ” … A Bamako, il y a beaucoup de leaders de salon qui sont incapables de mobiliser dix personnes dans leur propre village», attaque aussi le président des Abeilles… ” … /// …
    :
    Comme son propre cas qui l’a fait aller en exile au MIRIA pendant des années… Il a beaucoup appris et il est revenu à la Ruche. Le Poste de Président étant devenu vacant, il s’est proposé en bon petit soldat pour mater les ” rebelles ” de l’ADEMA… ?

    “… Pour Tièmoko Sangaré, la décision du parti de soutenir la candidature du président IBK, dès le 1er tour de la présidentielle, est un choix «intelligent et de bon sens». A entendre le président de l’Adema, son parti en soutenant IBK se consolide pour les autres élections et la présidentielle de 2023… ” … /// …
    :
    Le Parti se consoliderait mieux en continuant à présenter son propre candidat à l’interne. Comme l’a fait le Président IBK lui même avec son Parti le RPM, en présentant son propre candidat de l’interne à chaque élection présidentielle depuis 2002. Sa persévérance a fini par payer en 2013. Et son Parti a toujours présenté le même candidat. Peu importait le score qu’il faisait, il continuait à se présenter aux élections. Tout le monde trouve ça normal. Mais alors, pourquoi ce qui est normal pour IBK serait considéré comme une rebellion quand il s’agit de quelqu’un d’autre… ?
    Et puis, on aimerait que les Partisans du Président IBK comprennent que : ceux qui aspirent à être candidats, veulent juste se présenter à une élection présidentielle de leur pays, exercer leur droit de Citoyens… Ils ne cherchent pas à se présenter contre la personne IBK. On a rien contre sa Personne.

  5. ” … A Bamako, il y a beaucoup de leaders de salon qui sont incapables de mobiliser dix personnes dans leur propre village», attaque aussi le président des Abeilles… ” … /// …
    :
    Comme son propre cas qui l’a fait aller en exile au MIRIA pendant des années… Il a beaucoup appris et il est revenu à la Ruche. Le Poste de Président étant devenu vacant, il s’est proposé en bon petit soldat pour mater les ” rebelles ” de l’ADEMA… ?

    “… Pour Tièmoko Sangaré, la décision du parti de soutenir la candidature du président IBK, dès le 1er tour de la présidentielle, est un choix «intelligent et de bon sens». A entendre le président de l’Adema, son parti en soutenant IBK se consolide pour les autres élections et la présidentielle de 2023… ” … /// …
    :
    Le Parti se consoliderait mieux en continuant à présenter son propre candidat à l’interne. Comme l’a fait le Président IBK lui même avec son Parti le RPM, en présentant son propre candidat de l’interne à chaque élection présidentielle depuis 2002. Sa persévérance a fini par payer en 2013. Et son Parti a toujours présenté le même candidat. Peu importait le score qu’il faisait, il continuait à se présenter aux élections. Tout monde trouve ça normal. Mais alors, pourquoi ce qui est normal pour IBK serait considéré comme une rebellion quand il s’agit de quelqu’un d’autre… ?
    Et puis, on aimerait que les Partisans du Président IBK comprennent que : ceux qui aspirent à être candidats, veulent juste se présenter à une élection présidentielle de leur pays, exercer leur droit de Citoyens… Ils ne cherchent pas à se présenter contre la personne IBK. On a rien contre sa Personne.

  6. Vraiment tiémoko tu nous fais honte. Kalifa étant parmi les précurseurs de l’ADEMA depuis les réunions clandestines de Taliko ne devrait pas être rejeté de la manière. C’est pourquoi le parti n’ira nulle part. quelque soit l’approche de kalifa l’ADEMA devait s’ajuster à l’interne et lui laisser représenter le couleurs des abeilles. Quant à DIoncounda no Comment! Pas de commentaire!
    Quelle honte? mefiez vous des transhumants politiques des revenants Miria et autres.même dans le village ce sont des gens qui n’ont pas accès au vestibules!!!!!

  7. Tiémoko Sangaré est très mal placé pour dire ça quand on sait lui-même a déjà quitté ce parti pour le Miria dont ill est l’un des fondateurs.

  8. Foutez la paix à Dramane Dembélé, tu ne peux pas lui dicter sa conduite , un parti c’est comme une association, tu claques la porte quand tu veux . Nous savons cher Tiéméoko qui tu es à Bougouni et dans la région de Sikasso, aucune crédibilité . Toujours triste , même pas la moindre sourire , ADEMA KO BANA , vous n’avez plus de militants, personne ne va accompagner IBK , trop de magouilleurs au sein de son gouvernement. Toujours prêt à accompagner les autres dans l’erreur, aucune conviction politique

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here