Désobéissance civile mal encadrée : Le M5-RFP ouvre la voie au chaos !

1

A la place de l’indépendance, le vendredi 10 juillet, le M5-RFP a donné le ton pour  le début de la désobéissance civile.  Cette décision, selon plusieurs responsables de ce regroupement se justifie, par le fait, qu’ils n’ont pas été satisfaits, des mesures de sortie de crise annoncées par le président de la République, suite à sadernière adresse à la nation. Tel que demandé par Issa Kaou Djim, avec la bénédiction,  des autres membres du M5-RFP, les manifestants ont investi la Primature, l’ORTM et l’Assemblée Nationale du Mali.  Ces derniers ont perpétré des actes de vandalisme et de pillage.

Comme à l’image des rassemblements du 5 et 19 juin, les manifestants ont fortement répondu à l’appel du M5-RFP.  L’évènement a débuté par l’exécution de l’hymne national du Mali.

Au chapitre des interventions, c’est Mohamed SaliaTouré,pdt de la Jeunesse de la CMAS , qui a été le premier à se présenter au pupitre. Il a avait la responsabilité de livrer la teneur des résolutions de la réunion du comité stratégique du M5-RFP. En prenant la parole, le jeune Touré, a  formulé des vœux afin que l’honorable SoumaïlaCissé puisse recouvrir sa liberté.

Dans son intervention, l’ex président du CNJ, a clairement signifié que leur organisation n’est pas du tout  satisfaite et d’accord avec les mesures de sortie de crise annoncées par le Président IBK dans son adresse à la nation.  C’est en cela, explique M. Touré, que se justifie la présente résolution.  Comme points saillants de cette résolution, il a noté essentiellement la caducité du mémorandum et la non reconnaissance du pouvoir d’IBK.

A sa suite au pupitre, c’est Mme SyKadiatouSow, qui a eu l’honneur d’expliquer aux manifestants la manière par laquelle, le M5-RFP, entend mettre en œuvre la désobéissance civile.

Dans son intervention, Mme Sy, a évoqué  10 points, autrement appelés les 10 commandements. Parmi ces dix commandements, elle  a noté le blocage des entrées de tous les services de l’Etat, sauf ceux de la santé , le blocage des entrées et sorties des principales villes, des villes secondaires te tous les grands axes routiers.

Toujours par rapport, à ces commandements, elle  a mentionné le non payement  des amendes et contraventions pendant cette période. Avant de terminer, elle a pris le soin de souligner la nécessité d’ouvrir toujours des points de passage aux ambulances, sapeurs-pompiers et tous autres véhicules de secours. De même, elle a demandé de ne toucher aucunement les ambassades et les consulats.

Succédant à Mme SyKadiatouSow, Issa Kaou Djim, au lieu de traduire en Bamanakan les dix points évoqués en français, a été celui-là, qui a jeté de l’huile sur le feu. M.Djim n’est pas allé par le dos de la cuillère pour décliner le véritable plan. «  Nous ne sommes pas venus aujourd’hui pour parler beaucoup » a-t-il déclaré, tout en demandant aux manifestants d’aller occuper la Primature, l’Assemblée Nationale et l’ORTM. Cet appel une fois lancé, a été respecté à la lettre par une foule à la majorité illettrée. Comme le 19 juin, où elle a tenté de monter à Koulouba pour accompagner les émissaires du M5-RFP, ce vendredi encore, cette foule s’est précipitée sur les voies menant à ces structures annoncées.

 

Des actes de vandalismes et de  pillages

Parmi les manifestants qui se sont dirigés vers l’Assemblée Nationale, l’ORTM et la Primature, il y’avait des individus animés d’esprit malsain. Si la Primature, grâce à la perspicacité des éléments de sécurité en faction, n’a pas été à la merci d’actes de vandalisme et de  pillage,  l’Assemblée Nationale et l’ORTM ont fait les frais et à des degrés différents.

L’hémicycle de Bagadadji a fortement été touché. C’est de là-bas, qu’aura été constaté le plus gros des dégâts, des suites des actions de vandalisme contre le bâtiment et les bureaux, soldées par le pillage systématique des mobiliers de bureau et autres effets. Il a fallu l’intervention des forces de l’ordre pour limiter les dégâts. Idem pour la chaîne nationale, l’ORTM, qui a été prise d’assaut par des milliers de manifestants. Lesquels, en tournant le dos, ne se sont pas fait prier pour mettre à sacs des bureaux entiers, un studio radio et procéder à l’incendie de nombreux véhicules garés dans la cour.

Face à un pays en situation d’insécurité, le M5-RFP, vient d’ouvrir la voie au chaos, à travers une désobéissance civile mal encadrée. Pourvue, que ses leaders se ressaisissent à temps avant le pire.

A noter que l’imam Mahmoud Dicko a brillé par son absence à cette manifestation.

Par Moïse Keïta

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Le plan était déjà tracé et remis aux zombies pour exécution. Il pouvait s’absenter et trouver des arguments pour se defendre en cas d’échec ou de faire passer pour un homme de retenue et de modération.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here