Mali : la synergie 22 réclame un chronogramme réalisable avec moins d’élections

0

L’observatoire des organisations de la société civile  sur les élections  appelé désormais «  la synergie 22 »  au cours d’une conférence animée,  hier jeudi, a recommandé « un chronogramme électoral  réaliste » qui prend en compte les reformes  lors de la présidentielle et des  législatives de 2022.

maliweb.net- Au  Mali, les autorités de la transition ont  publié un chronogramme électoral qui nécessitera la tenue de six scrutins d’ici le 27 février 2022.  Pour certains partis politiques et des organisations de la société civile, ce chronogramme n’est pas réalisable  dans l’espace d’un an. La Synergie 22 constate des difficultés par rapport à la mise en œuvre  du chronogramme des élections générales  publié par les autorités de transition.  Pour ce faire,  elle recommande  au gouvernement  un chronogramme clair, précis et réaliste  qui définira la période des reformes et celles des élections nécessaires à la fin de la transition à savoir : le référendum, la présidentielle et les législatives.  Cette plateforme d’observatoire aux élections,  l’organisation des élections des conseillers communaux, des conseillers des cercles et  des conseillers régionaux  n’est pas une nécessité au regard de la loi. «  Ces élections peuvent être reportées. Il  n’est pas demande à la transition de tout faire. l’organisation de ces scrutins »,  a proposé Dr Ibrahima Sangho , de l’Observatoire  pour les élections et la bonne gouvernance au Mali et membre de la synergie 22.

Cette coalition d’organisation observatoire dit constater des difficultés sur la tenue du référendum prévu, selon le chronogramme publié par le gouvernement, le dimanche 31 octobre 2021. « la période de la révision exceptionnelle des listes électorales prévue dans le chronogramme  ( du 25 juin au 10 juillet 2021)  est insuffisante pour avoir des listes électorales fiables pour le dernier trimestre 2021 et les élections présidentielles et législatives en 2022 », relève toujours Dr Sangho déplorant le fait que les élections  ne prendront pas en compte les réformes de la nouvelle constitution. En effet, la promulgation de la nouvelle Constitution prévue le 24 janvier  2022 ne prendra pas en compte les réformes institutionnelles et électorales tant le décret de convocation  du collège électorale est  prévu 29 décembre 2021.

Autre difficulté  à tenir ces  élections et  les réformes préalables,   le faible taux d’enrôlement des nouveaux majeurs.  « Deux mois sont insuffisants pour enrôler les nouveaux majeurs qui constituent 52% de la population malienne et qui ne constitue que 12% du ficher électoral », relève le conférencier.  Cette  synergie   relève l’inexpérience du Mali  à organiser autant  à un laps de temps,  l’absence de réformes concrètes  nature  à rendre crédible les élections.  De quoi  insisté cette plateforme d’observatoire aux élections à recommander aux autorités à réduire le nombre des scrutins et à privilégier les réformes.  Selon Dr Sangho, les  huit mois sont suffisants pour faire ces reformes et les autres trois mois de la transition seront nécessaires pour organiser les élections  référendaires, la présidentielle et les législatives.  Et parmi ces réformes, la dite synergie recommande , la relecture de la loi électorale, la révision du fichier électoral,  de la modalité de désignation des membres et des attributions  de la Cour Constitutionnelle et  le durcissement des conditions d’accès à l’aide publique aux partis en supprimant la condition de la simple participation de 15% et en consacrant leurs objectifs à la conquête et l’exercice du pouvoir.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here