Putsch du 25 mai dernier : Le nouveau Président, Assimi Goïta, dévoile les raisons

1

Le colonel Assimi Goïta a dévoilé les vraies raisons du coup d’Etat du 25 mai contre le Président de la Transition Ba N’daw. C’était au cours de sa rencontre avec les leaders religieux.

D’après le nouveau Président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, le coup d’Etat n’avait pas été prémédité. Il explique qu’il est arrivé à un niveau où il fallait éviter le chaos, l’utilisation des armes. A ce stade, il n’y avait aucun moyen. « Il fallait agir », regrette-t-il.

« Le pays ne pouvait être sauvé que par le départ de Bah N’daw et son Premier ministre », a laissé entendre Assimi Goïta. « S’ils n’étaient pas partis, des Maliens allaient mourir », a-t-il expliqué aux religieux. Et d’insister : « les deux ministres enlevés  qui sont de la Garde nationale (surement Sadio Camara et Modibo Koné, respectivement ministres de la Défense et la Sécurité), ont joué un rôle important dans l’évènement du 18 août. C’est ensemble que nous avons fait le 18 août ».

Pour lui, le coup d’Etat est un grand risque. « Si tu prends ce risque, il te poursuit jusqu’à la fin de ta vie. Les deux ont pris ce risque. Ils ont mis la vie de leur femme et de leurs enfants en danger. Enlever ces deux hommes de la transition comme ça peut amener à un drame. Parce qu’ils sont tous les deux de la Garde nationale. Or le CNSP était composé de toutes les corporations militaires. Cela allait ressembler à une trahison quelque part et aurait entrainé des affrontements entre des frères d’armes. C’est pourquoi nous avons fait cet acte », a-t-il avancé pour justifier le coup d’Etat du 25 mai.

Il ajoute : « nous l’avions dit au Président que nous préférons son départ à la mort des Maliens. Nous ne l’avons pas fait pour de l’argent ou pour des postes, mais pour éviter un bain de sang. Le pays n’a pas besoin d’un bain de sang aujourd’hui. Nous ne voulons que la paix et la sécurité au Mali ».

A noter que les deux colonels de la Garde nationale, Sadio Camara et Modibo Koné, ne figuraient pas sur la liste du deuxième gouvernement de la transition. Même si le colonel Assimi ne les nomme pas directement au cours de la rencontre, c’est très probablement d’eux qu’il parle.

Koureichy Cissé

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. comprendra qui pourra… voici la vraie raison de son stupide coup, cela n’a rien a voir avec les supposees accointances avec l’exterieur

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here