Mine de Kodiéran, Wassoul’or intensifie ses activités après les turbulences de 2012

3
Mine de Kodiéran, Wassoul’or intensifie ses activités après les turbulences de 2012
Mine de Kodiéran

En difficultés depuis le lendemain de la crise de 2012, la société minière malienne, Wassoul’or, qui exploite le site minier de Kodiéran dans la région de Sikasso, continued’intensifier ses activités après un redémarrage timide en 2015. Avec une centaine de matériels « de haute gamme », elle espère atteindre son plus haut niveau opérationnel avant la fin de l’année.

Une centrale électrique SDM d’une capacité de 9MW, une centrale électrique  Caterpillar d’une capacité de 3MW et plusieurs centaines de matériels, en y ajoutant les équipements roulants. La mine de Kodiéran, exploitée par la malienne Wassoul’or, a repris ses activités. Sur le site, sont employées aujourd’hui 525 personnes dont 336 permanents, dix consultants en plus des sous-traitants.

On est loin du lendemain du coup d’État militaire de 2012 où la société comptait à peine cent employés. « Tous les équipements de l’usine ont été achetés, la cité minière construite…Nous avons bien redémarré nos activités », sourit Aliou Boubacar Diallo, actionnaire principal et PDG de la société. Selon lui, Geckko, Knelson, Falcon et Roc Impact ont tous livré, sur le site, les équipements commandés. Caterpillar et Libherer aussi. Les deux entreprises ont monté une bonne partie de leurs équipements. “Au total plus de 40 millions d’euros ont été injectés dans la mine pour la remettre sur pied”.

 

Selon le procès-verbal du constat de redémarrage, il y a 22 nouveaux engins- en plus des autres susmentionnés- et 43 autres anciens, mais fonctionnels.

Aussi, la mine procédera bientôt à des modifications sur les pompes à turbine verticale. L’objectif est d’optimiser la production. « Nous allons donc procéder, à chaque fois qu’il est nécessaire, à des modifications pour un meilleur rendement de la mine d’or », commente Jean Philippe Garcia, directeur de la Maintenance.

Des résultats prometteurs

A l’automne 2015, Wassoul’or a entrepris un programme de forage sur le site de Kodiéran. Les responsables de la mine jugent les statistiques des résultats obtenus en juin 2016 satisfaisantes « Sur un total de 42 388 échantillons RC, 5 192 résultats supérieurs à 0,1 g/t Au ont été obtenus. Cela démontre le potentiel minier de Kodiéran ».

Dans un communiqué diffusé sur son site, la société explique que ces résultats vont permettre d’augmenter les ressources du projet et de prolonger la durée de vie prévisionnelle de la mine. Sur le site, les travaux se font sous la supervision d’une société canadienne. « Elle s’assure de la conformité des travaux avec les normes 43 101…Nous n’avons jamais foré autant à Kodieran », expliquent les responsables de la mine. Selon eux, plus de 40 000m de sondage ont été réalisés.

« Pear Gold a voulu prendre le contrôle de la société »

En 2013, Wassoul’or a rencontré d’énormes difficultés suite au coup d’Etat militaire. Lesquelles ont provoqué le départ prématuré de l’opérateur qui devait l’exploiter pendant trois ans. Selon certaines informations, elle avait même« déposé bilan » cette année-là.« Non, c’est complètement faux…Ce sont des accusations abusives et vexatoires », se défend Aliou Boubacar Diallo.« Nous avons investi environ 40 millions d’euros pour le redémarrage des activités de la mine…C’est de la diffamation pure et simple que dire que la société était en dépôt de  bilan », ajoute-t-il.

Cependant, la société avait connu de réelles difficultés qu’elle affirme ne pas pouvoir nier. Au point qu’elle a été attaquée devant les tribunaux maliens aux premières heures de la crise de 2012 par Pear Gold. Une société allemande créée par Aliou Diallo et détentrice de 25% des actions de Wassoul’or.

Pear Gold avait même réussi à saisir des comptes bancaires de la société. Mais dans une décision rendue le 07 août 2015, le tribunal de commerce de Bamako a condamné Pear Gold à payer près de 10 milliards FCFA pour « tous préjudices confondus ». Furieuse, Pearl Gold a déposé une plainte contre X devant les tribunaux en France en 2015. Elle a également introduit une plainte contre Wassoul’or à la Cour régionale de Francfort, en Allemagne. Sans succès. La justice allemande a même annulé le vote de confiance au Directoire.

 

« La volonté de Pear Gold était, en réalité, de prendre le contrôle de la mine qui est considérée comme des plus prometteuses du pays. Elle voulait profiter des difficultés d’alors pour se présenter comme sauveur devant les tribunaux maliens et européens », détaillent des sources imprégnées du dossier.

Auparavant, l’analyse de la SGS des échantillons prélevés sur le site a fait ressortir des « teneurs en or jamais découverts dans une mine d’or au Mali ». Il s’agit de 600 g d’or à la tonne dans une intersection de deux mètres et 68 g d’or à la tonne dans un couloir de 18 mètres.

Situé à 300 km de Bamako, Kodiéran est le site où Kankou Moussa a extrait huit tonnes d’or qu’il a distribuées lors de son célèbre pèlerinage à la Mecque. Aujourd’hui, l’actionnariat de la mine est partagé entre SODINAF d’Aliou Boubacar Diallo (54,27%), l’Etat malien (20%),  la société Pearl Gold (25%), Jean Louis DUPUY (0,54%) et Emmanuel Bodoule Sosso (0,28%).

Aboubacar DICKO/maliweb .net

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Il nous prends pour des cons…..20 ans après qui ai eu le permis, il découvre des teneurs en or d’un autre monde…ce mec est fou. Incompétent, menteur, escroc et mythomane….

Comments are closed.