Accusé du vol de 8 micro-ordinateurs HP au ministère de l’Environnement et de l’assainissement : Mady Dionsan obtient la liberté grâce à son Conseil

    0

    Dans la traque des bandits et des délinquants dans le District de Bamako et environs, le 15ème Arrondissement de police, dirigé par le Commissaire Moussoudou Arby, occupe une place de choix. Régulièrement, sa brigade de recherches, tenue avec brio par l’Inspecteur Aboubacar Traoré et son adjoint l’Inspecteur Diabaté, interpelle et envoie des malfrats en prison. A la grande satisfaction de la hiérarchie et au grand bonheur des populations. Dans ce sacerdoce, deux voleurs de motos, appartenant à une bande, ont été alpagués le 9 juin. Des recherches sont en cours pour mettre le grappin sur les autres membres qui ont pris la clé des champs.

    Dans cette rubrique consacrée aux faits divers, nous dénonçons régulièrement les comportements des jeunes gens qui, au lieu de travailler et gagner leur vie à la sueur de leur front, s’adonnent plutôt à la délinquance.

    Grands amateurs de belle vie sans revenus réels, ils n’ont d’autre choix que le brigandage et le banditisme. C’est le cas de ces jeunes qui ont décidé de vivre du labeur des autres.

    Mohamed Traoré, un peintre âgé de 18 ans habitant Korofina et Mohamed Touré, vendeur de produits cosmétiques et âgé de 20 ans habitant Quinzambougou, évoluent dans un groupe de quatre. Ils se promènent deux à deux sur deux motos et opèrent loin de leurs quartiers d’origine.

    D’ailleurs, pour éviter toute surprise désagréable, leurs zones d’opération se situent sur la rive droite et précisément à Sabalibougou, Quartier Mali et surtout Bacodjicoroni ACI. Ils ne font rien au hasard car ils attendent les noctambules qui rentrent fatigués après des soirées généralement bien arrosées.

    Sous le coup de la fatigue pour les uns, et l’alcool pour les autres, ils deviennent des proies faciles pour la bande à quatre. Ainsi, dans la nuit du 8 au 9 juin, le gang commence à sévir à Bacodjicoroni ACI vers 3 heures du matin.

    Dans leur pérégrination, Mohamed Traoré, Mohamed Touré et leurs deux autres compères, tombent sur un malheureux motocycliste à qui, sous la menace d’un pistolet artisanal, ils intimèrent l’ordre de descendre de sa moto et de la leur céder. Impuissant, ce dernier s’exécute sans renoncer à son bien.

    En descendant de la moto, le propriétaire avait sa petite idée derrière la tête. Au moment où les bandits enfourchaient sa moto pour démarrer en trombe, de ses deux mains, il pousse violemment l’un d’eux. Celui-ci s’écroule et prend ses jambes à son cou. Frappé comme par une malédiction divine, le voleur revient quelques minutes plus tard pour récupérer la moto.

    Déjà ameutée, une foule se forma et décida de faire subir la justice populaire au voleur de moto. Heureusement pour lui, certains bons citoyens les en dissuadèrent et trainèrent le bandit au Commissariat de police du 15ème Arrondissement.

    L’adjudant Oumar Coulibaly dit Barou, les sergents Tahirou et Bougouna Dembélé s’en occupèrent.

    L’enquête ouverte contre eux a permis de savoir que Mohamed Touré est un repris de justice. Il serait même fiché dans les registres du 3ème Arrondissement de police. Après le délai réglementaire de la garde à vue, ils ont été mis à la disposition du Parquet du Tribunal de la Commune V.

    Les recherches se poursuivent pour mettre hors d’état de nuire les deux autres malfrats.

    Diakaridia YOSSI

     

    PARTAGER