Insécurité à Bamako : Fin de cavale pour des voleurs de bombonnes de gaz butane

    0

    Le Chef de la cellule de renseignement du commissariat du 3ème arrondissement, le Compol Tidiani Coulibaly, alias « le diable » et par ailleurs, secrétaire général de la section syndicale de la police nationale et ses hommes, viennent de réussir un coup : l’arrestation d’un gang spécialisé dans le vol des bombonnes de gaz butane. Au total, le butin des 4 malfrats s’élève à  1220 bouteilles de gaz butane.

    Depuis un certain temps, les stations Total et les dépôts de gaz domestiques de la ville de Bamako et de ceux de Kati sont victimes de vols ciblés et planifiés par un réseau de gangsters spécialisé. Face à l’ampleur des dégâts, la hiérarchie de la police nationale a instruit à toutes ses unités de prendre les dispositions utiles pour mettre un bémol à cette situation qui s’accentuait le jour au jour.               

    Selon le commissaire principal du 3ème arrondissement, Moussoudou Arby, il s’agissait pour lui de  prendre toutes les dispositions nécessaires afin  que les commerçants de cette marchandise exercent leur profession dans la plus grande quiétude.

    Le commissariat du 3ème arrondissement à pied  d’œuvre

    Pour l’opération, le commissaire Moussoudou Arby, a donné une instruction ferme à ses éléments. C’est ainsi que dans la nuit du 23 au 24 octobre dernier, suite à une alerte lancée au niveau de la station Total, au quartier Sans Fil, une patrouille du 3ème s’est lancée aux trousses des malfrats. Ledit gang opérait avec une Mercedes 190. Lors de la course engagée, le gang a percuté un panneau publicitaire. Aussitôt, les occupants se sont fondus dans la nuit  en laissant leur véhicule et deux téléphones portables.     

    Du coup, la section enquête du 3ème arrondissement, dirigée par « le Diable » Tidiani, a juré de mettre hors d’état de nuire la bande de ces malfrats aguerris dans le vol des bouteilles de gaz domestiques. Pour ce faire, la cellule de renseignement du commissariat a procédé à l’exploitation des deux téléphones portables. L’enquête du « diable » a permis dans un premier temps de mettre la main sur un receleur.  Puis, d’autres personnes qui ont conduits aux vrais auteurs. C’est-à-dire, ceux qui ont opéré  dans la nuit du 23 au 24 octobre dernier au niveau de la station Total du quartier Sans Fil. Il s’agit précisément de Yossi Ben Alassane, le Chef de la bande; Djibril Diakité et Abdou Sangaré.             

     

    Mis devant les faits, ils ont reconnu leur  forfait tout en dénonçant  les noms de leurs complices. S’y ajoutent les receleurs des butins. C’est ainsi que 186 bouteilles de gaz ont été récupérées auprès de ces derniers. Par la suite, le quatrième élément du gang a été arrêté. Ce dernier est un taximan répondant au nom de Moussa Coulibaly. Auparavant, le réseau opérait avec lui. Mais, pour  un malentendu au moment du partage du butin, la complicité a tourné court. Et le chef du réseau a acheté une Mercedes 190 à 1 500 000 F Cfa pour bien mener les opérations.

    Toujours engagé pour en finir avec ces vols de bombonnes de gaz domestiques dans la capitale, « le diable » et son équipe ont accélérer les choses. C’est ainsi que dans la nuit du jeudi derniers deux camions contenant des bouteilles de gaz  volées ont été appréhendés au marché de N’Golonina. Ces deux véhicules contenaient 1114 bombonnes de gaz butane pour une destination à l’étranger.         

    En clair, selon le commissaire principal du 3ème arrondissement, ce gang spécialisé dans le vol des bouteilles de gaz a des receleurs qui expédient le butin aux pays frontaliers du Mali. Surtout que les gaz butane sont plus chers dans ces pays qu’au Mali.         

    En attendant, les responsables des dépôts de gaz butane au niveau des stations Total peuvent dormir en paix. Et « le diable », Tidiani Coulibaly, assure et rassure de tout  mettre en œuvre pour mettre fin à ces vols de bombonnes de gaz butane à Bamako et à Kati, en particulier. Mais aussi, aux vols et attaques à main armée, en général. Pour cela, il sollicite la franche collaboration des populations.

     

     Oumar Diakité


    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER