Tiébilé Dramé en conférence à Kita : ‘’La région de Kayes détient le record malien des morts en Méditerranée et des prisonniers en Libye’’

16
Tiébilé Dramé en conférence à Kita : ‘’La région de Kayes détient le record malien des morts en Méditerranée et des prisonniers en Libye’’
Tiébilé Dramé en conférence à Kita

Le président du Parti pour la renaissance nationale (Parena), Tiébilé Dramé, ancien ministre du Mali a animé, le samedi 13 mai 2017 à l’espace culturel Fan-Fan les Hirondelles de Kita, une conférence sur « les enjeux du développement de la région de Kayes ». Dans son exposé, Tiébilé Dramé a fait savoir que la région de Kayes détient le record malien des morts en Méditerranée et des prisonniers en Libye. «Depuis le début de l’année 2017, plus d’un millier de clandestins ont disparu en cherchant à rejoindre l’Europe », a-t-il dit. Aux dires du conférencier, malgré d’importantes ressources naturelles et humaines, la région de Kayes reste sous-développée et sous industrialisée. Depuis belle lurette, les activités du chemin de fer au Mali sont aux arrêts, face à cette situation chaotique, le président du Parena a fait appel à la sagesse des pouvoirs publics pour la réouverture du trafic voyageur et pour la réhabilitation du rail. Cette conférence a regroupé une foule nombreuse dont les militants et sympathisants du parti du Bélier blanc.

C’est aux environs de 10 heures que la délégation conduite par le président du Parena, Tiébilé Dramé a été triomphalement accueillie à l’entrée de la ville de Kita. Parmi les membres de la délégation, on notait la présence des responsables du parti comme Me Amidou Diabaté, Mamadou Maïga, Amadine Dicko, Mamadou Sidibé, Ibrahima Diakité dit Métiou et bien d’autres. Un bain de foule a accompagné la délégation jusqu’à la salle de conférence pleine à craquer. Après l’exécution de l’hymne du parti, le vice-président de la section Parena de Kita, Moustapha Siby a souhaité la bienvenue à la délégation. Il s’est réjouit de cette visite de Tiébilé Dramé qui permettra d’agrandir le parti dans le cercle de Kita. A sa suite, le représentant du chef de village, Paul Keïta, tout comme le chef des griots de Kita, Mafodé Diabaté ont souhaité la bienvenue à la délégation.

La représentante de la majorité présidentielle, Kadia Cissé du Rpm et celui de l’opposition, Mamadou Sangaré de l’URD ont tous apprécié cette conférence sur les enjeux du développement de la région de Kayes. Devant un public acquis à sa cause, le conférencier Tiébilé Dramé a fait un long exposé sur la thématique. Selon lui, la région d Kayes détient le record malien des morts en Méditerranée et des prisonniers en Libye. « Au moins 300 ressortissants du cercle de Bafoulabé sont morts en mer pendant les sept premiers mois de 2016.

En 2014, ce sont 70 jeunes de Sélinkégny et environs (Bafoulabé) qui sont morts aux larges de la Libye dans le naufrage de leur embarcation. Plus de 5000 migrants irréguliers ont péri en 2016 en tentant de traverser la Méditerranée. Depuis le début de l’année, plus d’un millier de clandestins ont disparu en cherchant à rejoindre l’Europe. Parmi eux de nombreux jeunes de la région de Kayes », a-t-il dit. A cet effet, il a invité le Gouvernement à ériger un monument à Kayes dédié à nos jeunes morts en mer en tentant d’émigrer en Europe. « Nous ne devons pas être des spectateurs impuissants de ces hécatombes dont les jeunes de nos contrées sont victimes. Nous devons nous mobiliser pour décourager les départs, pour arrêter l’émigration clandestine.   C’est la responsabilité des familles, des chefs coutumiers, des leaders d’opinion, des sociétés civiles, des politiques, des élus, des autorités locales, régionales et nationales, et de la diaspora d’agir dans un mouvement d’ensemble pour mettre fin à la tragédie. C’est notre responsabilité de conjuguer nos efforts pour mettre en valeur les riches potentialités de la région afin de combattre la pauvreté et fixer la jeunesse de la région qui ne sera plus tentée de partir pour vivre mieux », a déclaré Tiébilé Dramé.

A l’en croire, la région regorge d’importantes ressources naturelles: à commencer par l’eau: six fleuves et deux grands lacs: le Baoulé, le Bakoye, le Bafing, le Sénégal, la Kolembinné, la Falenmé, les lacs Magui et Doro. Elle regorge de ressources colossales du sous-sol, notamment l’or, le diamant, le fer, la bauxite, le calcaire et les carrières. Le cheptel y est abondant. De vastes plaines sont propices à l’agriculture. S’y ajoute une diaspora dynamique et entreprenante  profondément attachée au terroir et à la mère patrie. Selon Tiébilé Dramé, en 2015, les Maliens de l’extérieur ont transféré au pays au moins 460 milliards 238 millions de FCFA dont 132 milliards de la zone UEMOA et 187 milliards 329 millions de la zone Euro. « Bien qu’étant considérée comme le premier  partenaire financier de la région de Kayes avant l’État et la coopération bilatérale et internationale, l’action de la diaspora sera limitée et insuffisante si le Gouvernement, la coopération décentralisée et les partenaires techniques et financiers n’intensifient pas les efforts pour étendre et renforcer les infrastructures, l’électrification, les nouvelles technologies. C’est à cette condition que l’épargne de la diaspora puisse servir la région », a-t-il dit. A ses dires, une demi-douzaine de mines d’or sont exploitées par des compagnies minières internationales dans les cercles de Kayes et de Kéniéba. « Malgré d’importantes ressources naturelles et humaines, la région de Kayes reste sous-développée et sous industrialisée.  Une vingtaine de manufactures constituent le parc industriel de la région. Près d’un million d’habitants sur les 2 millions 604 mille que compte la région vivent en dessous du seuil de pauvreté. La plupart des routes réalisées pendant les 20 dernières années dans le cadre du désenclavement intérieur et extérieur sont dégradées. Elles doivent être réhabilitées au plus tôt.  Plusieurs autres routes doivent être construites. Kita-Diéma, Yélimané-Nioro, Sandaré-Nioro, Nara-Nioro. Construire un pont à Bafoulabé et un pont sur la Falémé. Transformer Dag-Dag en un aéroport international sous – régional que pourront utiliser les habitants de Bakel, Tambacounda, Selibaby », a souhaité le leader du Parena. Comme perspective en matière de développement de la région de Kayes, le conférencier a souhaité la protection de l’environnement, l’assainissement des villages et des villes, la promotion des énergies propres et la promotion de l’intégration régionale. S’agissant de la gouvernance, il a fait savoir qu’une bonne gestion des ressources allouées au développement s’impose à tous les échelons: la commune, le cercle et la région. Comme elle s’impose au plan national. « La région doit s’engager à renforcer le dialogue démocratique et les espaces de liberté.

L’évaluation de la politique de décentralisation et de la coopération décentralisée aiderait à mieux aborder le tournant de la régionalisation. L’évaluation des actions issues de la Table Ronde organisée à Kayes en 1997 permettrait de dégager de nouvelles perspectives », a-t-il dit. Le président du Parena a souligné que le développement de la région nécessite la mobilisation des Kayesiens de l’intérieur et de l’extérieur. Par ailleurs, dit-il, il faut rendre opérationnelles et effectives les nouvelles régions de Kita et de Nioro.

Tiébilé Dramé invite les décideurs à la réouverture du trafic voyageur

Au cours des débats, les intervenants se sont beaucoup appesantis sur la construction des nouvelles routes dans la région de Kayes, la création des usines et surtout le redémarrage des activités du chemin de fer qui est aux arrêts depuis belle lurette. Selon Abdoul Kouyaté, ressortissant de Kita, il y a trois usines à Kita qui n’on rien servi. Il a souhaité à ce que Cepama redevient Huicoma. « Nous sommes également confrontés aux problèmes de route notamment celle de Kita-Dièma et Kita-Bafoulabé qui a d’ailleurs été totalement financée », a-t-il dit. Quant à Amadou Kamissoko du même cercle, il a cité certains facteurs comme la route, l’école, la santé, l’usine, qui, selon lui, sont indéniables pour le développement de Kayes. Kadia Cissé, conseillère à la mairie de Kita a non seulement souhaité la reprise des activités du chemin de fer mais aussi le lancement des projets de développement de la région de Kayes. Lors de ses témoignages, Me Amidou Diabaté du Parena a invité les uns et les autres à se lever pour le développement de la région. Dans ses éléments de réponse, le conférencier Tiébilé Dramé a fait savoir que des dispositions doivent être prises pour la reprise du trafic sur les rails. « Pour que cette reprise des activités du chemin de fer soit effective, il faudra associer les riverains des chemins de fer. Ceux qui vivent dans les villes et villages discutent avec le chemin de fer Dakar-Bamako, avec les autorités compétentes du Mali. Il faut au moins reprendre le trafic voyageur  pour que les populations puissent circuler facilement et librement. A long terme, il va falloir songer à la réhabilitation du chemin de fer ne serait ce que de Bamako jusqu’à la frontière malienne. Il n’y a pas de raison que dans le cadre de dialogue avec les autorités sénégalaises, avec les syndicats des chemins de fer au Sénégal, que les nôtres, nos autorités et syndicats ne trouvent pas un modus vivendi qui pourrait permettre de reprendre l’activité ferroviaire au Mali. Je crois que ça serait de la sagesse de la part de nos pouvoirs publics de songer très sérieusement à la réhabilitation du rail », a conclu Tiébilé Dramé. A la fin des travaux, la délégation a rendu une visite de courtoisie aux notabilités.

Aguibou Sogodogo, envoyé spécial à Kita

================

Réactions des intervenants à Kita lors de la conférence sur les enjeux du développement de la région de Kayes Réactions des intervenants à Kita lors de la conférence sur les enjeux du développement de la région de Kayes 

Le Parti pour la renaissance nationale (Parena) a organisé le samedi 13 mai 2017 à l’espace culturel Fan-Fan les Hirondelles de Kita, une conférence sur « les enjeux du développement de la région de Kayes ». Cette conférence était animée par le président du Parena, Tiébilé Dramé, en présence de nombreuses personnalités. Au cours et à l’issue de cette conférence, les uns et les autres ont donné leurs impressions. Lisez leurs réactions!

Me Amidou Diabaté, président de la fédération Parena du cercle de Kita

‘’ L’immigration est devenue une question tragique’’

L’objet de cette conférence est d’engager la réflexion et le débat sur les potentialités de la région de Kayes. Tiébilé Dramé est à la recherche de réponses à un certain nombre de questions importantes de la communauté nationale du Mali, particulièrement de la première région. L’immigration est devenue une question tragique. Nos enfants meurent sur la mer par centaine. Aujourd’hui, la première réponse qui apparait efficace aux yeux du président du Parena est d’engager le débat avec les populations elles-mêmes sur leurs développements pour freiner l’immigration. Kita est un cercle important de la région de Kayes, le cercle compte 33 communes. Malgré les difficultés auxquelles nous sommes confrontés, le parti Parena reste débout à Kita. Pour les militants Parena de Kita, la politique est une question de conviction. On a des militants convaincus. Le Parena a de l’avenir dans ce cercle.

Djigui Lamine Niakaté, conseiller élu du Parena dans la commune urbaine de Kita

‘’ Le Parena se porte à merveille dans le cercle de Kita’’

Mes impressions à l’issue de cette conférence sont très bonnes dans la mesure où la population locale avait besoin de telles informations, de tels échanges. Si  vous aviez remarqués, tous les représentants des 33 communes du cercle de Kita étaient dans la salle. Tout le monde s’attendait à cette conférence et ça permis de donner une large ouverture d’esprit à la population. Cela a permit aussi d’échanger avec les responsables politiques venus de Bamako, notamment qui connait Tiébilé Dramé, c’est un cadre de haut niveau. Il connait les problèmes au niveau de la gestion de notre pays. Les gens l’attendaient impatiemment pour échanger avec lui et poser des problèmes cruciaux. Le cercle de Kita a beaucoup d’handicaps. Les usines de Kita sont fermées surtout l’huicoma, le problème de route, de santé, d’éducation ont été évoqués. Par ailleurs, le train voyageur participait beaucoup au volet socio économique des riverains. Or la fermeture du chemin de fer (train voyageur) date de longtemps. Depuis sa fermeture, les villes et villages sont restées sans économies. Donc, il y a un besoin crucial qui est là. Il faut plaider toujours car la population veut sincèrement cette ouverture. Le Parena se porte à merveille dans le cercle de Kita et on a montré la preuve aujourd’hui à travers l’accueil de la délégation conduite par Tiébilé Dramé. Depuis longtemps, le Parena a fait un très bon score politique à Kita, pour preuve, dans la seule commune urbaine de Kita, le Parena a quatre conseillers. Dans le cercle, on a au moins 6 maires et plus de 80 conseillers.

Moussa Magassa, conseiller pédagogique

‘’ L’immigration clandestine a fait beaucoup de pertes en vie humaine’’

Le rôle de la diaspora malienne est très important dans l’économie du pays. Beaucoup d’argents sont transférés par cette diaspora malienne. Tiébilé Dramé a raison car l’immigration clandestine a fait beaucoup de perte en vie humaine. Dans ma commune seulement, environ 200 personnes meurent chaque année à cause de l’immigration clandestine. Pour empêcher cela, il faut mettre en valeur les plaines pour le développement de la région de Kayes. Ensuite la question que je me pose, est ce que l’aide de l’Europe en vu d’empêcher l’immigration clandestine est utilisée à bon escient ?

Karamoko Cissé, participant à la conférence

’Aidons Tiébilé Dramé pour la bonne gouvernance du Mali’’

Tiébilé Dramé est un bâtisseur. Il n’est pas venu faire une campagne. Donc, aidons Tiébilé Dramé pour la bonne gouvernance du Mali.

Amadou Kamissoko, participant à la conférence

‘’… il sera difficile de faire développer la région de Kayes’’

Je suis très content de l’arrivée de la délégation du Parena à Kita. Maintenant que devons nous faire pour la construction des routes, pour assurer l’éducation, la santé et la création des usines ? Sans ces facteurs, il sera difficile de faire développer la région de Kayes.

Kadia Cissé, conseillère municipale à la mairie de Kita

’Nous voulons des projets de développement et aussi la reprise des activités du chemin de fer’’

Ici à Kita, après l’élection, il n’y a pas question de majorité ni de l’opposition. Nous voulons tous le développement de la région de Kayes plus particulièrement du cercle de Kita. Partout, on voit des projets de développement sauf  à Kayes. Nous voulons des projets de développement et aussi la reprise des activités du chemin de fer.

Propos recueillis par Aguibou Sogodogo

PARTAGER

16 COMMENTAIRES

  1. Drame en tant que leader politique, il faut avoir le courage d interpeller les autorités italiennes car sous couvert de secours les gardes cotes italiens participent au trafic des clandestins,ils encouragent le phénomène.
    Si les gardes côtés italiens ramenaient les secourus sur les côtés lybiens,longtemps on aurait mis fin à cette hécatombe dans la meduterranee.
    Nos chefs d états africains,les ong,nos politiques qui sont de l opposition doivent interpeller l union européenne, l Italie sur la complicité des gardes cités italiens dans la perpétuation de ce trafic qui endeuillé des milliers de famille chaque jour.
    Oui s il y a un point noir sur la politique de alpha au mali,c est bien là suppression du train voyageur kayes /bamako..kayes/dakar.
    Il est nécessaire de remettre le train voyageur en ligne si on n à le soucis de développement de la région de kayes

  2. Les diagnostics il est bon de les poser et Dieu sait que nous les maliens nous les avons etabli à suffisance. Maintenant je voudrais que Tièbilé nous dise dans quelles modalités pratiques il entend transformer ce désastre en avantages pour les populations de Kayes et du Mali en général. L’exode dont il parle et qui fait des milliers de mort n’est pas dû entièrement à la pauvrété mais aussi et surtout pour certain à l’appât du gain facile croyant qu’en occident cela est possible. Nombre de jeunes réfusent le travail de la terre et veulent seulement émigrer sans qualification. L’argent qu’ils mettent dans ce voyage aller peut être sans retour peut bien les apporter mieux en investissant dans l’agriculture durant la saison des pluies et le maraîchage en période de sécheresse. La pauvrété elle est surtout mentale aussi.

  3. Le sujet mérite qu’on y réfléchit et essaye de trouver des solutions.
    Bravo ! à Tièblen pour avoir pensé enfin aux Maliens.
    C’est pour dire que les sujets ne manquent pas pourvu qu’on s’y intéresse aux préoccupations des Maliens. L’opposition n’a pas à attendre chaque fois, que les médias Français publient des articles pour s’en accaparer. Elle doit aller au contact des populations afin de recenser leur besoin et d’interpeler les autorités afin qu’ils prennent en compte les aspirations du peuple.
    Merci Tieblen Dramé !

    • kabako12, c’est un sujet qui a ete’ debattu par tous les regimes maliens!!!
      Je vous conseille de voir les choses sous l’angle de ce qui est bien pour le Mali!!!
      Ma Cherie MARAKAMOUSSOU Goundo Maguiraga te dira que mes tontons et mes tanties MARAKA SOWASSOUW sont a’ l’aventure a’ la recherche de… KALISSI GABE’. Le reste ne les interesse pas!
      LE PARADIS POUR YUGU ET KINGUIRANKE’ EST D’ETRE ENTERRE’ AVEC QUELQUES BILLETS D’EUROS/DOLLARS!!! Avez-vous ecoute’ Wande’ Kouyate’ et sa chanson des …KARAGO!!!
      KARAGO POUR ACHETER DES CIGARETTES!
      KARAGO POUR EPOUSER UNE JOLIE MARAKA MOUSSO!
      KARAGO POUR AVOIR LES SERVICES D’UN MARABOUT MENTEUR!
      KARAGO POUR ACHETER UN NOUVEAU CERVEAU POUR KINGUIRANKE’!
      KARAGO POUR ACHETER LE SILENCE DE YUGU AFIN QU’IL CESSE DE CASSER LES OREILLES AVEC SES IDIOTIES!
      WALAY JE SUIS ENTRAIN DE RIRE!!!! CE N’EST PAS POUR ZERO QUE MA CHERIE MARAKAMOUSSO MAMOU SACKO A TENTE’ DE VENDRE MA TETE POUR AVOIR PLUSIEURS KARAGO! RIRE!!!
      WALAY MARAKA KA WARI KO TE’ HERA YE’!!! QUE FAIRE? ILS SONT MES PARENTS MATERNELS ET J’AI HERITE’ TOUTES MES BETISES D’EUX!!!! RIRE!!!

      • Je comprends ta sympathie mais, il va falloir trouver une solution aux nombreux morts dans les mers. Rare sont ceux qui trouvent le bout du tunnel.
        On a l’impression que c’est un sujet tabou, dès qu’on en parle, on brandit les factures des milliers d’euros envoyés par ceux-là qui sont parvenus à atteindre l’eldorado. L’arbre ne doit pas caché la forêt, il y ‘ a aussi des milliers d’autres qui périssent aux fonds des océans, sans que leur proche ne puisse faire le deuil. Quoi de triste que de ne pas avoir les nouvelles d’un proche mort ou vivant !

  4. L’immigration Soninke’ n’est pas un phenomene nouveau. Les raisons sont lie’es a’ l’economie, aux guerres et au regroupement familial. Les tirailleurs senegalais (premiere Guerre Mondiale et Deuxieme Guerre Mondiale et les guerres de colonisation ont ouvert les portes de la France aux immigre’s. Il faut ajouter a’ ces causes souligne’es plus haut, les raisons d’etudes et la recherche des travailleurs exploitables par les industries francaises.
    L’immigration soninke’ est devenue un phenomene de culture depuis plusieurs anne’es. Quand tu entends des chansons du genre PARIS DJOULA TI ANA MANI MOUNDOUNOU BOUROUSOUNDI, MENOU SOU DAGA NAN TOGO!!!! On encourageait les jeunes hommes soninke’s a’ aller a’ l’aventure. Ladite aventure pouvait etre la grande ville qui se situait a’ quelques km du village soninke’ , certains pays de l’afrique centrale et/ou… HRANCHI. LE CHOMAGE MASSIF A CONTRIBUE’ A’ L’IMMIGRATION!!!! L’IMMIGRATION A VIDE’ LES VILLAGES SONINKE’ DE LEUR POPULATIONS MASCULINES. LES ECONOMIES TRADITIONELLES ONT ETE’ BOULEVERSE’ES!!!
    J’allais oublier de souligner que l’eclatement de la federation du Mali empecha des milliers de soninke’s et de bambaras maliens a’ faire les deplacements saisonniers vers le Senegal pour trouver du boulot.
    Mes amis, ce phenomene est complex et a plusieurs dimensions qu’il faut analyser si on veut des solutions viables.
    Pour terminer, je vous conseille de ne pas faire la confusion entre un FRANCO AFRICAIN ET UN AFRICAIN!!! UN ENFANT QUI A UNE MERE AFRICAINE ET UN PERE AFRICAIN MAIS QUI EST NE’ ET A GRANDI EN FRANCE, N’EST PAS NECESSAIREMENT AFRICAIN DANS SA MANIERE DE VOIR ET DE SE COMPORTER. IL EST FRANCAIS!!!
    Humanisons le developpement et creeons les conditions qui rameneront notre ami Sambou au Mali. MOI JE RESTE AUX USA!!! RIRE!!!!! IN YAFARA AWMA!!!!!! Vous avez mon ami Amadou Samake’, vous pouvez lui casser la tete! RIRE!!!!!!!!
    AW KA MONI ANI BASSI NE M’INTERESSENT PLUS!!!! RIRE!!!! JE SUIS UN VRAI YEREDONBALI FIER DE MON MAC DONALD, DE MON KFC ET DE MON CHINESE BUFFET! RIRE!!!

  5. Les Cadres et Intellectuels ressortissants de la région de Kayes sont blamables quant à la marginalisation de ses populations. Les Cadres et Intellectuels ressortissants de Kayes n’ont pas le souci du développement de cette région. Ils ne s’organisent pas pour former de groupes de propositions d’idés de developpement, ou de groupes de pression pour inciter à doter la région d’infrastrctures de développement économiques et social. Les Cadres et Intellectuels ressortissants de la région de Kayes sont pour la plupart installés dans la Capitale BAMAKO ou se sont expatriés à travers le Monde…
    En réalité de par le pouvoir traditionnel qu’ils détiennent, la région de kayes est encore de nos jours dirigée par les féodaux. Le principal souci de ces derniers est de concerver l’héritage de chefs que leur ont légué leurs ancetres. Ils sont contre toutes entreprises de developpement économique et social qui émancipaeraient les populations de la tutelle des féodaux. Il faut aller dans les villages, y vivre longtemps pour s’en apercevoir et s’en convauncre. Leur mentalité et la nature de leur influence sur les populations sédentaires analphabetes, ne permettent pas aux fils et filles de cette région, qui ont acquis un savoir par l’école, de la connaissance, ou qui ont évolué ailleurs, de revenir s’intaller dans la région. Et de pouvoir faire profiter à la population leurs acquis. C’est dommage…

    • Ce que vous dites n’est pas vrai. La region de Kayes a donne’ deux presidents au Mali (Moussa Traore’ et Alpha Oumar Konare’)!!!! Les ressortissants de Kayes sont organise’s et ont des associations. Le grand pere de mes enfants qui a dirige’ un des corps arme’s du Mali et qui fut ministre, etait le vice-president des ressortissants de la region de Kayes.
      Il faut donc vous renseigner avant d’ecrire!!!!

      • Vu la situation géographique de la région de Kayes, c’est à dire une région-carrefour frontalière avec trois pays, la République de GUINEE, du SENEGAL et la MAURITANIE…, les ressources minières, le fleuve Sénégal, les potentialités agricoles, touristiques et les apports de sa diaspora… La région de Kayes a des atouts pour devenir une capitale économique. Mais elle ne l’est pas… Et presque toute la Jeunesse de la région s’expatrie…, et parfois même au péril de leur vie.
        Des associations de ressortissants villageois de la région de Kayes, il y en a plein, j’en connais moi même pour y avoir participé. Et je suis sûr que le Grand Père de tes Enfants en est un bon exemple parmi ceux qui œuvrent pour développer la région, à encourager… Mais n’empêche que beaucoup des Nôtres périssent encore en mer en voulant aller chercher une vie meilleure ailleurs…
        Quant aux Présidents Moussa TRAORE et Alpha Oumar KONARE, ils sont des dignes ressortissants de la région de Kayes. Je n’ai jamais dit qu’il manque de cadres compétents originaires de Kayes. Je veux simplement dire que les populations de Kayes profitent pas de leur propre dynamisme et des potentialités économiques de leur région…

  6. Quant tout l’argent du pays sont donnes aux seigneurs de guerre du nord mali??? Quant creer des regions fantomes pour faire plaisir a vos amis de la france afric??? Quant on privilege 3 regions du pays en abandonnant les autres???

  7. C est le bilan de l’echec de vos amis et allies depuis 20 ans de alpha oumar Konaré a mande massamassa, le bilan d une politique que vous avez soutenus directement ou indirectement. Que font les elites de cette region? Kita merite plus que tout que faite vous? Soutenez la futur region de kita plus un plan de developpement integré urgent

  8. Je ne suis nullement surprise par les chiffres avance’s ici parce que les mauvaises conditions economiques de la region de Kayes ont fait d’elle la region malienne qui fournit un tres grand nombre d’immigre’s!!! Nos pays sont devenus un enfer terrestre pour nos populations pauvres. C’est la raison pour laquelle certains preferent prendre des risques enormes que de rester dans une misere endemique qui ne finit pas!!! LA SOLUTION PASSE PAR LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL DE NOS REGIONS, LA BONNE GOUVERNANCE ET LE PARTAGE EQUITABLE DES RESSOURCES!!! IL FAUT REVOIR LA QUESTION DU CHEMIN DE FER POUR FAIRE REVIVRE PLUSIEURS VILLAGES!!! NE BAISSONS PAS LES BRAS!!!

  9. Voilà, TIÉBILÉ a encore commencé ses manœuvres de petit monsieur ! D’abord

    Un, les centaines de jeunes qui échouent en mer chaque année ne sont ni proches, ni membres de la famille, ce qui veut dire qu’ils ne comptent pas. Ils ne sont pas d’ailleurs mieux que ceux du Centre et du Nord Mali qui sont livrés à leurs bourreaux sans pouvoir compter sur l’assistance de l’État. À KOULOUBA, on dit qu’à part quelques difficultés mineures (ce qui est d’ailleurs inhérent à toute situation de post-conflit) tout va mieux et que tout est sur la bonne voie.

    Deux, les 432 milliards CFA que la diaspora envoie par an ne vaut même pas ce que les Bourgeois envoient dans les pays d’accueil de ses migrants pour s’offrir des hôtels particuliers et diverses caprices de Grand Monsieur. Ce qui veut dire que 15 à 20 milliards d’aides à détourner par les gouvernants pèsent plus lourd que les 432 des migrants qui ne profitent qu’aux pauvres. C’est pourquoi on n’hésite pas un instant à prendre 15 milliards pour signer un accord de réadmission de migrants. Ces migrants doivent garder en tête les propos du GRAND RÉPUBLICAIN qui aimait dire que les vrais Maliens sont au Mali. Ce qui veut dire que les autres peuvent aller se faire ….

    Trois, rien que le nom de ce MAGASSA est une indication pour dire qu’il est Con avec grand C ! Comment peut-il poser la question si l’aide est utilisée à bon escient ? Où était-il quand on disait qu’il n’y aura pas de gâteau à partager ? Qu’il se le tienne pour dit; l’aide fait partie du gâteau et à part son champion TIÉBILÉ, ZOU, C. M. DIARRA et quelques rares aigris, tous les politiciens sont au banquet, même les plus controversés et les cleptomanes avérés ! Le gâteau est reservé à la secte des gouvernants …

    Quatre, le train voyageur ne servira qu’à entrainer beaucoup plus de Maninka vers Bamako alors que, franchement, WALLAYE sans mentir, je dis qu’on en a déjà assez d’eux par ici. Que l’État développe leur région mais sans le train et ça fera moins de cons ici à Bamako ! 😎😎😎😎

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here