L’emploi des jeunes, un gage de paix et de stabilité politique

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

La jeunesse constitue un des maillons du développement d’une communauté, d’une nation ou d’un continent. Elle joue un rôle crucial dans la paix, la stabilité sociale, politique et économique d’un pays. Mais rien de tout cela n’est possible sans une jeunesse active et responsable.
De plus en plus, l’emploi et le sous-emploi des jeunes sont reconnus comme présentant un risque potentiel d’instabilité sociale dans toutes les régions d’Afrique. Notre pays en particulier est confronté à des défis démographiques car non seulement la frange de jeunes âgés de 15 à 25 ans augmente de plus en plus, mais l’accès à des emplois sûrs continue d’être problématique. En plus, la crise financière mondiale menace de rendre les marchés du travail encore plus difficiles, exacerbant ainsi une situation déjà précaire ou volatile pour les jeunes.
Au-delà des coûts économiques, le nombre croissant des jeunes et leurs forts taux de chômage ont d’autres ramifications sociales. Si bien que n’ayant pas ou peu de perspectives d’emploi, encore moins d’espoir sur un éventuel futur avancement, certains jeunes pourraient, à défaut d’emploi, envisager une autre alternative : participer à des activités criminelles ou à des conflits armés. En effet, beaucoup de jeunes chômeurs ont une forte probabilité ou propension à participer à des conflits ou des activités illégales. Nombre d’entre eux deviennent ainsi des victimes de groupes armés et rebelles.
Face au manque d’emploi, ils deviennent plus sensibles à la tentation d’emprunter le mauvais chemin : ce qui les rend encore plus vulnérables aux aléas de la vie. C’est que l’oisiveté et la passivité sont les pires ennemis de l’homme, surtout lorsqu’il s’habitue à leur irréalisme et autres « chants de sirène » Aussi, la jeunesse ne doit pas se laisser bercer, sinon prendre au piège par leurs mirages.
Pour leur assurer un emploi stable aux jeunes, l’accès à des politiques de gestion doit être renforcé en leur faveur. La création d’emplois viables pour eux jeunes est une condition préalable  à  l’éradication de la pauvreté et la promotion de la paix et du développement durable. Dans un pays comme le nôtre qui n’émerge pas encore de conflits (dont la crise du Nord), l’accès à l’emploi des jeunes est un élément intégral du processus d’édification de la paix.
En se focalisant uniquement sur le cas des jeunes sans emploi, on néglige le fait que de nombreux jeunes peuvent obtenir du travail, mais être sous-employés, sous rémunérés ou travailler pendant moins d’heures que selon leur souhait et en tirer ainsi moins de gains économiques. Par ailleurs, dans des zones où les opportunités d’emplois formels sont limitées, de nombreux jeunes se trouvent contraints de se débrouiller dans l’économie informelle : aussi ne figurent-il pas le plus souvent dans les statistiques officielles de l’emploi.
En fait, le problème, c’est que le sous-emploi est difficile à « évaluer » (à concevoir) pour tout homme, surtout pour un jeune  en quête d’emploi. La jeunesse étant consciente de l’enjeu, elle a plutôt besoin d’assistance et pas la moindre.
Cheick O. Keïta

SOURCE:  du   29 fév 2012.