Pour service rendu à l’Islam : Feu Sidi Mohamed Ben Salah dit Talmahamane Touré lauréat du Prix Ahmed Baba 2011

0

Le Prix 2011 de l’Association Ahmed Baba de Tombouctou  vient d’être décerné à feu Sidi Mohamed Ben Salah dit Talmahamane Touré, pour service rendu à l’islam en raison de son éminent rôle de fondateur de la communauté musulmane de Bamako. Ce prix a été remis, le samedi 16 juillet dernier, au vice-patriarche des Touré, Madou Touré  par le représentant du Président de la République, Alou Sangaré. La famille Touré a dédié cette distinction aux Niaré, Dravé et aux sept familles maraboutiques de Bamako à savoir Koromakala, Kalléla, Kanadjiguila, Chirifila, Fatogomala, Binafoula, Niafola. 

Le samedi 16 juillet 2011 est désormais une date inoubliable pour la famille Touré de Bamako. C’est ce jour-là que le Prix Ahmed Baba de Tombouctou a été décerné à feu Sidi Mohamed Ben Salah dit Talmahamane. C’était au cours d’une cérémonie qui s’est déroulée au Centre International de Conférences de Bamako en présence d’éminentes personnalités. On notait la présence du représentant du président de la République, Alou Sangaré, de l’ancien premier ministre Modibo Sidibé,  le 1er vice-président de l’Assemblée nationale Younoussi Touré, le président du Haut conseil islamique du Mali, El Hadj Mahamoud Dicko et plusieurs responsables des associations religieuses.

L’un des temps forts de cette cérémonie aura été la remise du prix aux familles Touré à travers feu Sidi Mohamed Ben Salah dit Talmahamane Touré. Il s’agit de diplômes de reconnaissance, du livre sacré des musulmans à savoir le Saint Coran et le grand prix Ahmed Baba pour service rendu à l’islam. C’est le vice-patriarche des Touré, Madou Touré qui a eu l’insigne l’honneur de recevoir ce trophée des mains du représentant du Chef de l’Etat, Alou Sangaré.

"Nous rendons grâce à Allah, le Tout Puissant, l’omniscient, l’Omnipotent, le Clément et le Miséricordieux qui est au début et à la fin de toute chose. Lequel a permis que ce jour arrive pour qu’on évoque les œuvres d’un de ses illustres serviteurs. Nous rendons grâce à notre Prophète, bien aimé, Mohamed (Paix et Salut sur Lui) sur sa noble famille sur ses descendants ainsi que tous ses compagnons qui ont entendu son message éclairé et l’ont suivi en dignes musulmans". C’est par ces mots aimables que le représentant de la famille Touré a prononcé son discours. L’émotion était grande, dira-t-il, au sein des familles fondatrices de Bamako à savoir les Niaré, Touré et Dravé lorsque feu Sidi Mohamed Ben Salah dit Talmahamane Touré a été retenu comme lauréat du Prix Ahmed Baba 2011 pour service rendu à l’islam. "Emotion était plus grande encore parce que le prix porte le prestigieux nom de Ahmed Baba, érudit parmi les érudits musulmans dont la réputation a franchi toutes les frontières et le temps et qui fait la fierté de toute la Umma islamique" ajoutera-t-il.

Aux dires de Madou Touré,  la première œuvre de Talmahamane est la conversion pacifique et progressive des Niaré et leurs voisins à la religion musulmane. La seconde, précisera-t-il, est "la construction de la toute première mosquée de la contrée en terre animiste. Il s’agit de celle de Dabanani connue sous le nom de Talmahamane misiri ou misirikoroni. Il en était l’imam, le cadi et assurait l’éducation islamique des enfants et des nouveaux convertis tout en vivant pleinement sa spiritualité, sa piété et sa dévotion. Il y repose".

Talmahamane a également institué la célébration du Maouloud Rassoul et la lecture quotidienne du Coran. La pratique de la célébration du Maouloud par Talmahamane continue de nos jours avec la lecture du "burda" les douze premières nuits du mois du Maouloud dans la mosquée talmahamane au Dabanani, les échanges de mets (galettes et plats de riz) entre les Dravé et les Taouti, respectivement à l’anniversaire de la naissance et celui du baptême du Prophète Mohamed (Paix et Salut sur Lui).

"Premier imam de la mosquée qu’il a construite, Talmahamane a volontiers offert à ses talibés de conduire les prières, son rôle étant de veiller à leur bonne pratique. Il a dès lors décrété qu’aucun de ses descendants ne cherche à être imam ou à convoiter une responsabilité publique. Cependant si la communauté leur confie une responsabilité autre que l’imamat, qu’ils l’assument avec humilité, honnêteté et loyauté. I a aussi décrété que tout étranger de passage venant en paix, soit reçu pendant les trois premiers jours et bénéficie de l’hospitalité sans avoir de compte à rendre avant de continuer son chemin ou de s’installer dans la ville s’il le désire. Certains finissaient par être intégrés et se voir accorder les mains d’une fille de la famille et un lopin pour habiter" a rappelé le représentant de la famille Touré.   Avant de préciser que : «la symbolique des vestibules est une manifestation concrète de la générosité, de l’hospitalité et de la tolérance que Talmahamane a léguée à la descendance de sa communauté». Descendant de Mahjou, premier émissaire du Prophète Mohamed (PSL) pour l’expansion de l’islam, Talahamane s’est constamment référé à l’Envoyé d’Allah dans tous les actes qu’il a posés avec ses voisins et coreligionnaires.
Alou B HAIDARA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER