Coup d’Etat militaire contre IBK : Des officiers proches du Gal Moussa Sinko Coulibaly et Amadou Aya Sanogo

3

La mutinerie militaire partie, le mardi passé,  de la ville garnison de Kati,  ayant abouti à la démission forcée du président IBK, est conduite par des officiers supérieurs  pour la plupart proches des généraux Amadou Aya Sanogo et Moussa Sinko Coulibaly.

maliweb.net – Contrairement à 2012, où la mutinerie  partie du camp de Kati conduite  par  des hommes de rangs et des sous-officiers,   le coup d’Etat militaire en cours au Mali est conduit par des officiers supérieurs issus de presque tous les corps de l’armée malienne.   En visionnant la vidéo de déclaration  des mutins, l’on peut  voir  plusieurs hauts gradés de l’armée de terre, de l’air, de la garde nationale, de la douane et  de la police nationale ainsi que de la protection civile.

Au nombre des officiers figurant sur cette vidéo, on retient le nom du Colonel Malick Diaw, qui, selon des sources,  est un officier réputé très proche du Général Moussa Sinko Coulibaly. Le Général Cheick Fantamady Dembélé,   non moins  ancien directeur de l’Ecole Alioune Blondin Bèye,  qui a également joué un rôle actif dans ce coup de force,  est un  ami du même Général Sinko qu’il a  remplacé à la tête de l’Ecole de maintien de la paix.  Le général Moussa Sinko Coulibaly, qui a démissionné de l’armée pour embrasser une carrière politique  était l’un des meneurs du Coup d’Etat de mars 2012 aux côtés du capitaine Amadou Aya Sanogo.   Aujourd’hui, il est membre du comité stratégique  du M5-RFP  qui demandait la démission de l’ancien président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta.

Il faut également noter que parmi les mutins,  l’on retrouve le  Colonel Sadio Camara.  Cet officier de l’armée est un ancien du Prytanée militaire de Kati.  Selon nos  recoupements, il  est rentré récemment d’une formation en Russie et est réputé  proche d’Amadou Haya Sanogo.   Ce dernier, après sept ans de prison dans l’affaire dite «  des 21 bérets rouges », jouit d’une liberté provisoire.

A ceux-ci, il faut ajouter le  porte-parole de ce Comité national pour le Salut du peuple,  à l’origine du putsch, le  colonel-major Ismaël Wagué,   est le chef d’état-major adjoint de l’armée de l’air. Pour le moment l’on  ignore s’il y a des affinités avec les putschistes de 2012.  Mais, une chose est sûre,  cette mutinerie  partie de Kati, pour la seconde fois,   a reçu l’adhésion  des officiers et des soldats de rang  membres de  divers corps des forces armées maliennes.

 Siaka DIAMOUTENE/Maliweb. net

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. CHERS JOURNALISTES EVITER DE FABRIQUER LES CHOSES C EST IRRESPONSABLE DE VOTRE PART UNE PAREILLE ANALYSE…..FOUTAISES…………

  2. Daimoutene, tu n’es qu’un gros menteur sans dignite, il faut donner la chance qua Maliens de refaire leur pays au lieu de mettre des labelles sur des fils honnetes de ce pays, honte a toi et honte au journalisme vegetatif!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here