Disparition de Birama Touré suivie de la citation de Mamadou Diadié Sacko (Saxe) et d’Adama Dramé : La réaction du mouvement pour la protection de la presse contre les violences – MPV- Mali

4

Communique 

Suite à la plainte de Karim Keïta contre les Journalistes Mamadou Diadié Sacko (Saxe), Promoteur de la RFM et Adama Dramé, Directeur de publication de l’Hebdomadaire «Le Sphinx» pour un prétendu «DELIT DE PRESSE» et conformément à ses idéaux et objectifs, le Mouvement pour la Protection de la Presse contre les Violences (MPV- Mali) a rencontré Mr Mamadou Diadié Sacko dit Saxe à la Maison de la Presse le samedi 8 Juin 2019.

MPV- Mali apporte son soutien total et indéfectible à Mamadou Diadié Sacko dit Saxe et à Adama Dramé qu’il félicite, au demeurant, pour leur professionnalisme et leur sens patriotique très élevé.

Le MPV-Mali s’insurge contre toute tentative d’intimidation et de musèlement de la presse et des libertés durement acquises.

Le MPV-Mali profite de l’occasion pour demander la jonction de toutes les démarches judiciaires portant sur la disparition de Birama Touré depuis le 29 janvier 2016 et exige un procès équitable ainsi que la citation directe de tous les protagonistes.

Le Mouvement pour la Protection de la Presse contre les Violences (MPV- Mali) renouvèle son soutien aux Journalistes Mamadou Diadié Sacko dit Saxe et Adama Dramé et invite tous les confrères à se présenter à l’audience initialement prévue le 25 juin 2019 au Tribunal de la Commune III à partir de 09 H 00 mn.

Bamako, le samedi 08 Juin 2019

Le Président

Boubacar Yalcoué

«SEMAINE D’ALERTE DE LA PRESSE POUR BIRAMA, CLAUDE ET GHISLAINE »

DECLARATION DU MPV-MALI

Le 29 janvier 2016 disparaissait notre confrère Birama Touré. Depuis lors, la presse et des personnes de bonne volonté ont entrepris des démarches parmi lesquelles ‘’ la semaine d’alerte de la presse pour Birama, Claude et Ghislaine’’ initiée par le Mouvement de Protection de la Presse contre les violences à l’occasion du deuxième anniversaire de sa date de disparition, le 29 janvier 2018.

Aujourd’hui 29 janvier 2019, le flou demeure malgré les recherches et l’ouverture d’une procédure judiciaire.

Le MPV-Mali attire une nouvelle fois l’attention de l’opinion nationale et internationale sur le cas Birama.

Le MPV-MALI réitère son appel aux autorités pour qu’elles fassent toute la lumière sur la disparition de notre confrère Birama Touré.

Le MPV-MALI appelle la presse à rester mobilisée pour que cette affaire soit tirée au clair.

Aussi, face à la lenteur dans les recherches, le MPV-Mali en appelle aux organisations internationales (MINUSMA, la Croix Rouge, Reporters sans frontière)…

Le MPV-MALI rassure la famille de Birama qu’il mettra tout en œuvre afin que la vérité éclate autour de cette affaire.

Bamako, le 28 janvier 2019

Le Président

 Boubacar Yalkoué

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Il semblerait que le neveu du disparu ait porté plainte…….EN FRANCE!!!!

    Si par malheur pour Karim la plainte est jugée recevable par un magistrat Français, il y aura donc FORCÉMENT instruction et enquête…😎😎😎😎

    Et si chez nous Karim ne risque rien de NOTRE justice tant que “papa-bananier est sur le trône”😁, je doute que les magistrats toubab soient de nature à se laisser impressionner par le statut de “fils de” de notre roitelet !😁😁😁😁😁😁

    Il a donc beaucoup de souci à se faire…

  2. Sagacité
    “Alors vivement que justice se fasse donc n’en déplaise aux fauteurs de troubles”

    Ne t’inquiètes pas, petit griot de Karim…

    Au 21ème siècle, les affaires sordides telles que celle de Birama Touré ne “s’enterrent” plus et ne “s’etouffent” plus comme dans le temps !!!

    Or nous sommes bel et bien au 21ème siècle, et……..JUSTICE SE FERA COMME TU SEMBLES LE SOUHAITER !😁😁😁😁😁

    Ce qui signifie que Karim se retrouvera IMMANQUABLEMENT en taule pour de nombreuses années…😎😎😎

    Tout comme l’affaire Norbert Zongo pour Blaise et son frere, cette ignoble affaire NE CESSERA JAMAIS DE POURSUIVRE KARIM où qu’il aille et quoi qu’il fasse !

  3. Mais enfin que devient-on dans ce pays ? À cor et à cri on accuse un monsieur qui tient à établir la vérité et faire toute la lumière sur une souillure qui ne dit pas son nom voilà encore qu’on crie à l’intimidation et au baillonnement des hommes de médias. Qu’on se prenne au sérieux et qu’on s’assume enfin dignement et que l’on sache désormais que nul n’est au dessus de la loi. Alors vivement que justice se fasse donc n’en déplaise aux fauteurs de troubles.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here